Une Transeuropéenne

Crotone

Il est vrai que le mot accueil est plutôt incongru en ce lieu lugubre.
Le « capitaine » qui a en charge « d'accueillir » les bateaux pourrait aisément postuler dans un film de Sergio Leone. Tout dans son physique, sa tenue, sa démarche semble sortir d'un mauvais western spaghetti, une piteuse doublure italienne d'Eli Wallach, la malice et le sourire en moins. Dans un état de négligence avancée, coiffé d'un immuable chapeau dépaillé jadis beige qu'il lève de temps à autre pour gratter une calvitie encroutée, notre homme, d'une soixantaine d'années a la peau tannée par le soleil, rarement rasé il a tout d'un vieux baroudeur rouillé resté amarré depuis des siècles au quai. Les verres gras de ses lunettes lui donnent un regard vague, une intelligence évaporée, perdue depuis des lustres, la bouche largement ouverte laisse entrevoir quelques semaines de travail pour un prothésiste confirmé. Tout en lui suinte la nonchalance d'une bestialité primitive, même dans son incompréhensible parler, il trainent péniblement les mots dans des phrases machouillées chancelantes entrecoupées de silences ou d'onomatopés. Ses restes de sandales qui lui collent au pied comme à un vieux chewin-gum laissent saillir de gros orteils jamais équarris, son pantalon de toile retroussé et débruni est devenu un essui-tout retenu par un lambeau de cuir, sa chemise d'une vieille cuvée écossaise n'a pas suivi la protubérance abdominale et le tissus s'arc-boute pour expulser les derniers boutons. Vous trouverez l'homme sous l'auvent en bois du Yacht Kroton Club exposé plein Sud, dans sa position favorite, acagnardé, somnolant dans une chaise longue, une chaise élimée qui garde, pendant ses rares absences, la mémoire de sa forme. Oui notre agent est là, dans sa position professionnelle, de 6 heures à 22 heures, affaissé, il attend, il attend... il attend le plaisancier en perdition dans ce nulle part, machouillant sans relâche une herbe invisible. Lorsqu'un claquement de voile où le bruit d'un moteur le sort de sa léthargie, il ouvre un œil torve, de l'index il relève le bord de son chapeau pour observer, jauger l'approche et évaluer le gain potentiel. Le bateau plus prés, alors il est pris d'un convulsif ébranlement, il se lève accablé, développe sans force de grands signes et va traînassant ses sandales dans une démarche de culard se poster là où le bateau se doit d'accoster. Muni d'un long crochet en fer, sans se courber il attrape la pendille, cette longue ligne de corde attachée un bout au quai et l'autre à un corps mort et auquel vous devez vous amarrer. Il faut que tout aille bien, en cas de mauvaise approche toujours possible par grand vent, voici notre homme maugréer, vocifèrer mille mots d'argot calabrais que même les Italiens ne comprennent pas... des mots qu'il accompagne d'amples gestes, comme pour chasser les oiseaux, des signes évocateurs demandant à l'incapable de repartir d'où il vient.
Une fois la bateau amarré, notre « acarien » va chercher dans sa mimétique Fiat, une photocopie quasi illisible d'un formulaire d'inscription brulée par le soleil, à charge au skypeur de remplir sur le champ la dite feuille, cela ne saurait attendre car notre homme sait que l'instant a son importance. A sa lecture le verdict tombe, tout semble mathématique, scientifique, ordonnancé, barêmé, cela fera tant d'euros, payables immédiatement. Contester relève tout simplement du bon sens tant le tarif annoncé est prohibitif pour s'amarrer dans cette bassine minable et non entretenue. S'ensuit inévitablement une négociation qui pour ma part a failli mal tourner. Notre cyclothymique lémurien ne semble vivre que pour cela, l'argent, lorsqu'il en parle, il est pris de convulsions, gesticule, mouline et gueule pour s'imposer... mal m'en a pris en prononçant la phrase de trop, celle, automatique, incontrolée, qui gicle du for intérieur « I don't paye the mafia », il explose, dégaine en 1/1000éme de seconde et me lance la prise électrique de la borne qui lui servait de béquille. L'ayant reçu à la tête, je feins tel un footballeur latin la blessure mortelle et m'écroule sur le pont arrière, ce geste, cet électrochoc a le mérite de faire chuter la tension mais aussi le tarif de 50%... Ouf ... je peux rester à quai à un tarif presque raisonnable. Ma tête va tout de suite mieux.
Voyant combien notre agent prenait cette charge avec « détachement », je l'ai observé dans sa tournée quotidienne d'encaissements. Comme je m'en doutais, j'ai pu constater des écarts significatifs dans les droits de port, cela passait allègrement de 40 à 90 euros par jour pour un bateau de même longueur, 36 pieds... Demander un reçu relève d'un sérieux manque de confiance voire de la provocation... la réponse est immuable « ok ok domani, domani, domani » toujours demain...
Ce port financé par la CEE, faut-il le préciser, est décidément une énigme. Bien que le nombre de yachts soit limité à une trentaine tout au plus, s'y déroule à longueur de journée un étrange ballet, un incessant défilé de grosses cylindrées pilotées par de lugubres fantômes aux larges lunettes de soleil : Porsche Cayenne, dernier Land Rover, 4x4 Audit, Mercedes SL 500, Jaguar, etc, une démo digne du salon de l'auto de Francfort ou de Monte-Carlo... c'est apparemment le « là où il faut être vu » ? Un autre manège semble également immuable, tous les jours à 19h une imposante berline noire s'arrête, la vitre conducteur s'abaisse et des liasses de billets passent des profondes poches du vieux pantalon camboui à des mains plus propres. Interrogez... vous n'aurez pour réponse qu'un regard égaré tant la question semble incongrue ou de trop ???
Mais bon nous sommes à Crotone, une ville où règne la Mafia, la liste des énigmes que recèle la cité est sans fin.

Comme il faut relativiser, tout ceci n'est rien au regard de ce à quoi Romar 1 venait d'échapper. Annoncé à 4-5 Beaufort, le coup de vent s'est mué en une tempête de 10/11 BF. Au petit matin, on assiste au décompte de cette nuit cauchemardesque, les vedettes des Guard-Cost accompagnent au port des bateaux déroutés, un voilier anglais avec un couple de vieux bourlingueurs qui se sont faits « la peur de leur vie », ils ont lancé à 4h00 un « Mayday », un voilier français doit évacuer un équipier qui, dans le grain, s'est cassé plusieurs côtes... le catamaran Poitou-Charentes et son équipage usé sont venus se protéger et se refaire une santé pendant quelques heures.

La mauvaise météo nous laisse du temps pour découvrir la ville. Si à première vue, comme le rappellent les guides nautiques qu'il ne faut pas prendre à la lettre, Crotone paraît glauque tant l'atmosphère du port empèse sur la ville, il convient de prendre de la hauteur et d'aller au-dessus des fantômatiques bas quartiers portuaires car là-haut se découvre l'histoire d'une autre civilisation, plus propre, plus moderne, plus accueillante avec des quartiers dotés de superbes architectures, imprégnés d'histoire et riches d'une superbe citadelle qui domine le golfe.
Crotone a connu son âge d'or à l'antiquité aux VI et V siècle av JC, c'était une des plus grande ville de l'antiquité, elle était réputée pour son grand nombre de sanctuaires, la cité des dieux, si sa réputation reposait sur la beauté de ses femmes, présente en 1789 dans l'œuvre de François-André Vincent Zeuxis et les filles de Crotone, elle reposait aussi sur son école de Médecine et plus particulièrement sur l'école de Pythagore que le Maitre présocratique, ex-champion olympique de Pugilat (Boxe) ouvre ici après ses multiples voyages.

 

Comme la mer est encore mauvaise, prenons le temps et fouillons un peu l'histoire les rites de cette école Pythagoricienne. Après admission les postulants avaient 3 degrés successifs à franchir, les néophytes réduits pendant 3 ans au silence, les acousmaticiens (auditeurs) et les mathématiciens. Les enseignements varient selon les grades, ils ont trait à l'arithmétique, la géométrie, l'astronomie, la musique, la poésie, les sciences naturelles, la philosophie et la politique. Pour les adeptes, les règles de vie sont strictes, continence sexuelle, règles diététiques draconiennes. Si les exercices intellectuels et spirituels sont la base, l'examen de conscience est quotidien tout comme l'entretien physique et le sport font partie intégrante de la discipline pythagoricienne. Est ce à ce titre que la fille de Pythagore Myïa épousa « Milon de Crotone », qui fut six fois champion olympique de lutte ? La légende dit bien que doté d'une force herculéenne, sa fin fut tragique, seul dans une forêt il entreprit de fendre un arbre pour mesurer sa puissance mais sa main resta prisonnière du tronc et il fut ainsi la proie des bêtes sauvages. Cette légende a été gravée dans la pierre en 1682 par l'artiste Pierre Puget sur commande de Colbert pour Louis XIV. L'artiste figea la scène dans un marbre de Carrare, le « Milon de Crotone » est exposé au Louvre et symbolise la vanité des efforts humains et le fait de s'engager dans une action téméraire.


Publié à 17:26, le 8/09/2011,
Mots clefs : louis marie bosseaucrotonetarenteromar 1italiebateaumafia

{ Lien }

La traversée Grèce Italie

En cette fin août Romar1 laisse une Grèce en proie aux flammes, le feu dévaste à bâbord les sommets corfiotes de Sidari et sur tribord les montagnes gréco-albanaises de Sagiada. Décidément quand ce ne sont pas les relations diplomatiques entre les deux pays qui s'enflamment, ce sont les montagnes qui s'embrasent...
Après une courte et discrète halte à l'île d'Othonie pour éviter que Calypso, qui a déjà retenu dans une grotte Ulysse, ne nous prenne en otage, nous partons nuitamment pour l'Italie. Les prévisons sont contradictoires ce qui rend la météo difficile à appréhender. La navigation nocturne s'avère étonnament tranquille mais à l'approche du jour, en quelques minutes, un épais brouillard émerge des flots et nous enveloppe, notre vision se réduit à 20 m. Sans radar nous sommes à l'étouffé, dans une ouate scélérate qui atténue même les sons, nous naviguons à l'aveugle, l'attention est maximale, tous les sens sont en éveil, la tension à son comble car nous sommes au cœur d'un corridor maritime très fréquenté. Après 4 heures de concentration et de mélasse, la gangue aqueuse s'estompe paresseusement... il était temps car tout juste sortis de cette brume axphysiante nous devons manœuvrer pour éviter un cargo... les gouttelettes changent de front et c'est une sueur à postériori... Un peu plus tard nous croisons deux puissants semi rigides, ils bondissent séparément vers nous, l'un à 10h, l'autre à 14h mais à un mile devant ils s'arrêtent simultanément et nous font face. Flics ou Bandits, Pirates ? Traffic ?... s'ensuit un long round d'observation, ici au milieu de ce nulle part, de cette route nauséabonde qui dessert les Balkans, une zone réputée pour les trafics en tout genre, cela ne rassure pas, toutes les suppositions sont permises...que cherchent-ils ? A l'aide des jumelles, nous remarquons que des hommes immobiles, nous observent aussi,? qui est chat ? qui est souris ? nous feignons tout simplement de les voir et passons au milieu, une fois croisées les 2 embarcations repartent vers leur destinée inconnue.
En fin d'après-midi, les côtes italiennes se dessinent au loin, abruptes, torturées, accidentées, déchiquetées et entaillées d'une multitude de fissures laissant apparaître des crevasses et des grottes inhospitalières. La mer se creuse sous le vent de la Baltique, le fameux « Maestro » déclenche une forte houle croisée, le soleil fuit, la pluie s'abat brutalement, les températures s'effondrent de 32 à 16°. Au fil de notre approche, la mer se fait toujours plus mauvaise, plus cassante, dans ce tohu bohu maritime, un mousqueton rompt et l'annexe suspendue à l'arrière ne tient plus qu'à une seule manille elle oscille, se balance, bat la poupe, tape et retape le balcon arrière, le barbecue heurté se dessoude et plonge au fond, adieu les grillades... à l'intérieur du carré l'ordre se fait désordre, qu'importe « ordo ab chao... ».

Paradoxalement, ce temps de chien ne refroidit en rien l'ardeur des italiens, de nombreux bateaux entrent et sortent du port dans d'impressionnantes gerbes d'eau et de franches rigolades. Ils sont fous ces Ritals...
Nous voici enfin posés en Italie, mais nous sommes toujours dans le chaudron magmatique dans lequel s'amalgament mythologie et histoire, antiquité et modernité, l'Odyssée d'Homère, la route de St Paul, les Chemins des Croisades, des périodes de prospérité, de disettes, de famines, de conquêtes, d'invasions et d'éternelles luttes d'influences.

Pour nous situer géographiquement, disons que nous arrivons à la base de la talonnette, à l'extrême sud du Mezzogiorno, « le midi » italien. Comme en France où le Sud commence Porte d'Italie, le Mezzogiorno commence au Sud de Rome et comprend les Abruzzes, la Campanie, la Calabre, le Molise les Pouilles, la Sicile et la Sardaigne. Mais l'ossature de la région la plus septentrionale est constituée des régions des Pouilles, de la Basilicate et de la Calabre, ces régions reposent sur la chaîne des Apennins dont les sommets avoisinent les 2000 m. Plus qu'une épine dorsale, c'est une région pris parfois de soubresauts, une zone très sensible aux tremblements de terre... mais ici il n'y a pas que la terre qui tremble, la population aussi parfois... mais pour d'autres raisons.

Jusqu'à l'unification par Garibaldi en 1861, ces pays constituaient un royaume qui fut à tour à tour normand, angevin, napolitain, espagnol. Et des tours nous allons en voir, chaque cap, chaque baie, chaque relief possède la sienne, elles forment en fait les clous qui tient la semelle.


Publié à 16:51, le 27/07/2011, Othonoí
Mots clefs : romar1louis-marie bosseaumerbateauothonoiothoniecorfoutranseuropeaitalieadriatique

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Avril 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

de Circéo à Nettuno
Sur le Mezzogiorno
de Maratéa à Naples
Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
de Gioia Tauro à Maratéa

Amis