Une Transeuropéenne

Annexe 1 . Les Fleuves frontaliers

Fleuve frontalier

 

Au-delàdes mers, la terre. Assez rapidement, l’homme a voulu marquer son territoire,et à l’évidence, les limites naturelles ont été déterminantes dans l’assemblagedes territoires, le découpage des pays, et pour cause elles étaient intangibles,sauf à déplacer les montagnes et à assécher les fleuves. Quand ces territoiresse sont fait nation, ces limites sont devenues des frontières à surveiller.

 

Partantdu constat, qu’une barrière c’est une limite spatiale, cela diminueautomatiquement les échanges, les flux des personnes et des biens, les pays,que ce soit pour des raisons politiques, des tensions diplomatiques, desembargos économiques ou des risques sanitaires, ont joué avec, en les ouvrant,en les fermant ou en les filtrant.

 

Ces effets sont particulièrement criants le long du Danube quiest frontalier sur les 3/4 de son cours avec 12 pays traversés et longés. Aucours de son histoire, il a été soumis à tous les aléas frontaliers, ainsi,pendant plusieurs siècles, dans l’antiquité, il a servi, de frontière Nord/Sudentre les Barbares et l’Empire romain, au cours du dernier millénaire, defrontière Est/Ouest sous l’empire ottoman puis sous l’Europe des blocs.

 

Le Danube, contrairement à d’autres fleuves, a été un point deconfrontation de nombreux peuples, engendrant des flux et des refluxdémographiques. A coup d’incessantes immigrations, les régions balkaniques,constituées d’une multitude d’identités, sont devenues particulièrementhétérogènes et donc difficiles à délimiter, les conflits de ces dernièresdécennies en sont la preuve la plus tragique. Espérons que l’Europe ne soit pascontrainte d’appliquer le principe des traités de Wesphalie «cujus region ejusreligio», cela sonnerait alors pour le monde, une nouvelle régression.

 

Paradoxalement, aujourd’hui, s’il est dans sa longueur, un axede relation et d’échange grâce à l’importance de sa voie d’eau, il est aussi unaxe de séparation, dans sa largeur, avec, d’une rive à l’autre, d’importantesdifférences politiques, culturelles et linguistiques. N’oublions pas que le mot : rival vient du latin rivalis, qui signifie :habitants des rives opposées d'un même fleuve ?

 

Commeles fleuves frontaliers européens, le Danube avait, souvent, pour premièrefonction, une fonction militaire, il était une ligne de défense, un rempartcontre l’envahisseur. Rapidement, il en a acquis une autre, économiquecelle-là, qui a favorisé l’installation, sur ses berges, des communautéshumaines, des villes puis des industries. Malheureusement, le beau Danube estégalement synonyme de pollutions, comment admettre que Bucarest (2 millionsd’habitants) ne dispose pas de station d’épuration, comment admettre querégulièrement se produisent des accidents industriels, comment admettre que desorganismes internationaux participent à ces exactions en bombardant sousl’égide de l’Otan des raffineries serbes, comment admettre que les multinationales de l’agro alimentaires déversent leurs stocks chimiques au prétexted’augmenter la productivité. Comme les nuages, les pollutions des rivières sejouent des frontières, elles les dépassent.

 

Et si nous, aussi, essayons de dépasser ce concept de frontières, de lignesisobares de la politique, il conviendrait de s’interroger sur le rôle desnations, peut-être dépassé. Pour preuve, le Danube est un corridor fluvialinternational qui relie l’Orient à l’Occident. 
Publié à 08:00, le 2/10/2008,
Mots clefs : danubeFleuvefrontieres

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Septembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

de Circéo à Nettuno
Sur le Mezzogiorno
de Maratéa à Naples
Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
de Gioia Tauro à Maratéa

Amis