Une Transeuropéenne

Grèce - Et si nous parlions Economie

 

Nous ne pouvons passer sous silence les problèmes qui défraient largement l’actualité financière et économique de cette année 2010. 

Surpris ? Non. Il n'y a pas lieu d'être stupéfait, une pratique même minime de ce pays permet d'en déceler rapidement les disfonctionnements et les incohérences qui font glisser le pays au bord de la faillite.

Nous naviguons en Grèce depuis plus d’un an, nous en avons fait le tour par les mers Egée puis Ionienne mais nous en avons aussi sillonné l’intérieur des terres, hors des sentiers battus et des routes touristiques. Des points de vue qui nous ont permis d’avoir une vision directe sur le fonctionnement de la société hellène, d’en entrapercevoir les particularismes "citoyens", les déviances politiques ainsi que les dérives économiques.

C'est vrai que depuis avril, date de la crise, nous échangeons plus souvent avec les grecs et ils avouent plus aisément leur inquiétude face à l’avenir ; dans l’ensemble, ils se montrent fort conscients du chaos qui pourrait les renvoyer plusieurs décennies en arrière, à l'ère des "colonels". S'ils en veulent beaucoup à la classe politique, ils reconnaissent que collectivement il y a d'énormes abus, « chez l’autre » bien sûr. Pour résumer leurs propos, je retiendrai une petite phrase de Spiros, l’œil vif et malicieux qui a 85 ans gère toujours son petit supermarket à Kassiopi : "pendant longtemps on a bien profité du système et des défaillances de l'Etat, il nous faut maintenant payer, c'est normal"...

 

Reprenons le fil de l'histoire...

A l’origine d’une vérité cachée : Une attaque boursière…

Mais en avant propos, reconnaissons le, sans polémique, il y a carence dans le contrôle des comptes des pays de la zone euro. En déclarant que c’est aux pays de s’autocontrôler Mr Barroso avoue là son ultralibéralisme (dites à vos inspecteurs fiscaux que dorénavant qu’ils aillent pointer au pôle emploi et que vous allez vous autocontrôler, nous verrons rapidement ce que cela donnera). Après cette digression, revenons à la Grèce, sujet de ce papier.

Oui disais-je, c’est bien une attaque boursière qui a mis à jour la profondeur du gouffre de l’économie grecque…

Du fait de sa faiblesse structurelle, la Grèce a subi une violente attaque boursière menée par quelques machiavéliques traders au service des fonds de pension et de quelques banques d'affaire, ces fonds (parfois de retraites, faut-il le préciser) qui spéculent sur le dos des pays faibles… Ces traders, liés aux agences de notation, avaient une certitude : ils étaient sûrs que les pays amis de la zone euro viendraient en aide à la Grèce… et c’était bien vu… Même s’il y a eu quelques hésitations bien compréhensibles, nous avons volé au secours de la Grèce, France en tête et pour cause... C’est le pays le plus exposé à une banqueroute de la Grèce car il faut savoir que nos grands groupes bancaires sont fortement impliqués sur la péninsule hellénique. Aussi sauver la Grèce, c’était sauver nos banques… la dette grecque envers la France était alors de 75 milliards d’euros et 43 milliards pour l’Allemagne. Ceci explique cela… Sauvez la Grèce, c'était sauver le couple franco-allemand, c'était sauver nos banques... des banques qui, elles-même spéculent... faut-il le rappeler... Sauvez la Grèce, c'était aussi sauver l'Euro, cette monnaie qui dérange l'omniprésent dollar...

 

            

 

Un niveau de vie correct…

La Grèce comprend deux péninsules montagneuses et une myriade d’îles. Cette géographie lui coûte fort cher pour assurer une continuité territoriale.  Faute d'une industrie significative, l’économie repose avant tout sur les derniers armateurs, sur le tourisme qui représente 20% de son activité et sur son agriculture avec des productions axées sur l’olive, la vigne et l’orange.

Depuis le début du XXème,  devant la misère qu’offrait des montagnes arides,  beaucoup de grecs ont migré vers les USA, l’Angleterre, l’Australie, le Canada et dans une moindre mesure vers la France. Si le pays compte à ce jour 11 millions d’habitants, des estimations indiquent que 9 millions de grecs vivent hors du pays… et l'émigration perdure...

A les observer, à les écouter et à en juger à leur niveau de vie, contrairement à une idée largement entretenue par quelques données officielles souvent arrangées, le niveau de vie des grecs est assez proche de celui des français. Les prix des produits alimentaires de base sont égaux ou supérieurs aux nôtres, leur standing de vie est équivalent (65% des grecs sont propriétaires de leur logement contre 50% en France).

Si le salaire moyen mensuel de la fonction publique avoisine les 750 euros, ce qui semble peu, il faut savoir que les pensions et salaires se font sur 13, 14 ou 15 mois, ce qui modifie singulièrement le salaire mensuel lissé sur 12 mois. L’Etat a prévu de modifier cette altération pour revenir à des méthodes plus conformes avec la comptabilité publique d’un état moderne, ce qui n’est pas il faut le dire du goût de tous, notamment des principaux intéressés.

Des maux culturellement ancrés :

Travail au noir, fraude fiscale, corruption, sont les grands défis que la Grèce doit relever si elle veut rester crédible (ce qui est pour la Grèce l’est aussi pour les derniers entrants des Balkans dans l’Europe).

On imagine à tord la Grèce comme un pays pauvre, s’il l’était avant son entrée dans l’Union, le pays fortement aidé par la CEE a connu depuis son entrée une forte croissance déstabilisant aussi l’organisation socio-culturelle du pays. Malgré tout, pour entrer dans l’Union, la Grèce a triché sur ses indices économiques, en cela elle est coupable, mais à décharge, elle a été "gracieusement" aidée par la célèbre société d’affaires  et de cotations Goldman Sachs, qui n’a demandé que 300 milllions de dollars pour échaffauder un deal dans lequel les investisseurs récupèrent les droits portuaires et aéroportuaires, les recettes des péages et le produits des lotos sur 10 ans… un colossal manque à gagner pour l’Etat… et d’aussi colossaux revenus pour  les américains. 

( il convient de dire que Goldman Sachs a joué contre la Grèce au plus fort de la crise… quand on dit que le libéralisme a une morale, ce n’est pas un vain mot…).

Mais tout ceci n’aurait pu se faire sans un mal qui ronge la pays : la triche.

La triche : un mal endémique, une gangrène qui touche tous les rouages de l’Etat et de la Société.

Sans tomber dans la caricature, tous les grecs ne sont pas bien sûr à mettre à l’index, loin s’en faut, mais le mal repose non pas sur le vol qui est condamné par la toute puissante église orthodoxe mais sur la triche, l’arnaque ou la roublardise… L’entourloupe est tellement incrustée dans la culture qu’elle semble inscrite dans les gènes du grec et ce, quelque soit son statut…

Le travail au noir : un statut quasi officiel

Un point flou et non des moindres est l’économie souterraine, celle-ci est de notoriété publique : le volume du travail au noir représenterait selon les experts 35% du P.I.B... Beaucoup de salariés ont un double emploi, un déclaré, l’autre pas. Notre expérience dans l’Attique lors de notre panne démontre s’il le fallait encore comment le grec est prêt à vous aider pour vous soutirer de l’argent, 500 euros par ci 500 euros par là pour un petit boulot, ce, sans facture et sans garantie… parfois avec l’appui et les outils de son employeur… Dans tous les pays, le travail au noir existe mais en Grèce ce travail a quasiment un statut officiel.

La fraude fiscale : un sport olympique

Le deuxième point noir de cette défaillance est la fraude fiscale, un sport national très prisé. Payer l'impôt est un signe de naïveté extrême. Quasiment aucun grec ne paie d’impôt, que ce soit sur le revenu ou sur l’immobilier. Un exemple récent paru dans la presse grecque, l’un des plus célèbres chirurgiens-dentistes d’Athènes déclarait percevoir 850 euro par mois, la célébrité ne paie pas. Bien sûr ne sont pas intégrés les constants dessous de table, une pratique courante même chez les médecins hospitaliers, comme on nous l’a relaté. 

Ou encore cette expérience personnelle, lors de notre incident, il nous a fallu sortir le bateau de l’eau avec une grue de 50 T, le coût est passé subitement de 600 à 720 euro lorsque nous avons réclamé une facture, ou encore lors d’achat d’équipements nautiques, si vous ne demandez rien et que vous payez cash, la  TVA passe à l’as, c’est gagnant/gagnant, seul l’Etat perd…

De tels exemples sont infimes mais ils sont aussi légions, et ce, dans tous les corps de métier.

Autres exemples : Les services fiscaux d’Athènes n’avaient que 500 piscines d’enregistrées, après contrôle par voie aérienne, ils en ont trouvées 15 000 soit 30 fois plus.

Une nouvelle loi vient d’instituer un impôt sur les constructions illégales (une manière de les légaliser, comprenne qui pourra), cette taxe va rapporter 3 milliards d’euro à l’Etat… rien de moins… 

Il va sans dire que ces pratiques sont inscrites dans le paysage depuis des temps immémoriaux, la Grèce des colonels où le chacun pour soi servait de leitmotiv n’y est pas pour rien, mais si ce système perdure c’est qu’il y a manifestement des collusions au sein de l’administration. Cet état de fait s’associe à une corruption solidement ancrée...

La corruption :

Et Oui le troisième mal du pays est la corruption, corruption à tous les étages. Régulièrement des scandales éclatent, là ce sont des fonctionnaires qui avec une enveloppe de 3000 euros vous obtenaient un permis de construire sous quinzaine et ce, dans des zones inconstructibles, c’est comme cela ou bien vous patientez 2 ans. Là, ce sont 10 inspecteurs fiscaux qui se sont faits arrêter dénoncés par leur  train de vie pharaonique ; ils appliquaient la loi des 3 tiers, une méthode simplissime qui veut qu’en cas de fraude avérée et après accord du fraudeur, l’inspecteur encaisse 1/3, l’Etat le 2ème tiers et le contrevenant gagne le dernier tiers. Du gagnant - gagnant sauf pour l'Etat.

Dans ce champ de la corruption, là encore, nous avons un exemple que nous aurions volontiers évité lors de notre panne. Un expert maritime du Pirée est nommé, celui-ci ne verra le bateau que de l’extérieur mais il exige que le moteur soit sorti et entièrement démonté pour l’expertiser. Il s’avèrera qu’il était de connivence avec le mécanicien pour nous mettre un moteur neuf à 30 000 euro dans un délai de 3 mois. Conclusion, nous ferons appel à nos mécaniciens français qui ne mettront que 10 heures à changer la pièce cassée pour 10 fois moins chère.

Ne parlons pas du niveau politique, les exemples sont tellement nombreux qu’il faudrait y consacrer un catalogue sur mesure… car tous ces travers ne pouvaient avoir lieu sans contrepartie pour le personnel politique…

 

Les Grecs sont riches, le pays est pauvre…

Ce postulat posé il faut avouer que si les grecs sont riches, l’Etat, lui est pauvre, si pauvre qu’il a du mal à financer les services régaliens, enseignement, santé, infrastructures… des services qui sont aujourd’hui sinistrés.

Dans leur logique libérale CEE, FMI, et Banque Européenne de Développement ont demandé par systématisme à l’Etat de réduire son train de vie. La demande de cette nouvelle troïka est pour le moins paradoxale, que l’Etat mette de l’ordre dans ses budgets et il y a de quoi comme nous le verrons dans le prochain paragraphe, mais ici en l’occurrence, ce n’est pas un trop d’Etat qu’il faut stigmatiser mais un plus qu’il faut adopter. Un Etat plus fort, respecté aidera la Grèce à dépasser cette crise et à se surpasser. C’est pourquoi la liste des réductions budgétaires parait en totale contradiction avec la problématique hellénique car ce ne sont pas les dépenses régaliennes qu’il faut réduire mais les recettes qu’il faut aller chercher. Améliorer l’enseignement, l’un des plus catastrophiques de l’Europe, s’inscrire en université n’est pas une sinécure car souvent il faut plusieurs d’années d’attente et allonger quelques liasses pour passer les filtres. On comprend mieux la révolte de la jeunesse. Le système de santé est tout aussi en péril, il n’est pas bon de se retrouver hospitalisé en Grèce… Indéniablement la posologie des financiers n’apparaît pas la plus adéquate pour remettre la Grèce debout… déjà le chômage vient de faire un bond avec 11,6% officiellement, 20% d’après des experts indépendants… là aussi la clarté semble de mise… 

Des choix politiques dispendieux :

Une erreur d’appréciation : les JO.

Patrie de l’Olympisme, la Grèce a, en 2004, célébré avec grandeur les 100 ans des JO modernes. Aujourd’hui, elle en paie chèrement l’organisation. Si cette manifestation a permis d’améliorer considérablement les infrastructures de transport d’Athènes et de sa région, l’Attique, elle a aussi gravement creusé le déficit de l’Etat. Qui ne se souvient pas des menaces qui ont pesé sur les jeux, erreurs techniques, retards colossaux, surcoûts astronomiques (9 milliards au lieu de 4 prévus)… Non seulement la facture a été démesurée mais suite à de conséquentes erreurs d’appréciation, de nombreux investissements, comme par exemple le très grand complexe de presse, n'ont pas été reconvertis et sont déjà des ruines olympiques qui n’ont rien d’antiques… Il en est ainsi de nombreux ouvrages qui ne trouvent pas d’affectation et risquent encore de coûter à l’Etat. Les économistes pensent que les JO grèvent annuellement le budget grec de 10% et ce jusqu’en 2014… 

Des coûts à sabrer et à dégoupillonner :

Le budget militaire grec : 13,4 milliards d'euros, soit 5,6% du PIB - le 1er d’Europe par habitant

Pourquoi ? il faut savoir que la Grèce, 11 millions d’habitants est toujours en conflit avec la Turquie  (71 millions d’habitants) au-delà des résurgences de l’occupation ottomane (jeter un œil sur le découpage géographique de ces deux pays limitrophes facilite grandement la compréhension, le cas de Chypre excepté). La Grèce très sensible sur son espace territorial maintient donc un colossal budget militaire dont l’Allemagne et la France sont, avec les USA, les principaux bénéficiaires en tant que pourvoyeurs d’armes. A cela ni l’Allemagne ni la France, ni l’Europe n’ont demandé à la Grèce de baisser ce budget... Deux nouveaux sous-marins seront bien construits par la firme allemande Thyssen Krupp, pour le modeste coût de 1,2 milliard d’euro, l’hypocrisie et le cynisme sont ici aussi de mise. Signe de détente ou par obligation, les deux belligérants, l’un, la Grèce, qui veut réduire son abyssal déficit budgétaire, l’autre, la Turquie, qui veut montrer à l’Europe sa bonne volonté, veulent parvenir à des accords de bons voisinages. Ainsi, les deux chefs de gouvernement, Erdogan et Papandréou se sont rencontrés en juin et ont décidé unilatéralement de baisser leur budget militaire… signe de détente… le temps le dira…. le rafale que voulait imposer notre président attendra…

L’orthodoxie de l’église grecque

Comme déjà dénoncé dans d’autres articles, l’Eglise est inscrite dans la Constitution grecque en l’article 3.

Comment admettre qu’une religion soit en Europe encore inscrite dans les tables de la Loi, alors que d’un autre côté elle s’affranchit de ladite loi avec la république théocratique et autonome du Mont Athos toujours interdit aux femmes ?

Comment admettre que l’église grecque, première fortune et plus gros propriétaire foncier du pays avec 130 000 hectares de terres à bâtir, de forêts et de plages puise dans le budget de l’Etat 350 millions d’euro par an pour payer ses prêtres ?

Comment admettre que cette église soit au centre d’une multitude de scandales fonciers et financiers :

Détournement de 2,58 milliards d’euros de prestations sociales par le primat d’Athènes, l’archevêque Ieronymos II. Une erreur…

Celui du Patriarche de Corinthe, Mgr Panteleïmon, qui s’est retrouvé avec 300 000 euro sur son compte sans qu’il n’en connaisse la provenance… probablement un don du ciel… après enquête il s’est avéré que cette divine somme provenait d’un détournement de subventions européennes… l’argent s’était comme les brebis probablement égaré… l’affaire est passée devant la justice des hommes… Dieu attendra…

Ces scandales impliquant l’église sont légion et le PASOK, actuellement au pouvoir a promis d’y mettre de l’ordre…

 

Un coup de poignard dans le dos ou la rencontre de deux vieilles civilisations :

La Grèce a eu besoin de l’aide des pays de la zone euro et de la manne européenne pour tenir le choc financier mais elle a mis un deuxième fer aux feux…un fer qui pourrait à terme faire très mal à l’Europe. Elle a trouvé plus qu’un appui, un allié qui, comme elle a une histoire millénaire, un allié qui cherche à s’implanter partout dans le monde et qui dispose d’une main d’œuvre bon marché, un allié qui abonde de produits manufacturés, un allié qui possède une puissance financière salvatrice pour un pays en péril, ce partenaire est la Chine. La Chine cherchait à s’implanter dans le Sud-Est Européen. Cette crise est une chance pour ce nouvel empire économique car les deux pays viennent de passer d’importants accords commerciaux : la Chine prend la gestion des terminaux porte-conteneurs du Pirée - les grèves des dockers n’y ont rien changé - parallèlement elle investit dans les chemins de fer, les infrastructures routières et les Télécom grecs. Le fait que la Grèce soit encore leader mondial de la flotte maritime marchande n’y est pas pour rien car elle vient de commander aux chantiers navals chinois 15 navires… des navires que nos chantiers européens n’auront pas… la solidarité a un sens… unique en la matière…

Cette implantation chinoise va bien au-delà de ces investissements, la présence chinoise dans le pays est de plus en plus visible. Pour exemple, sur la seule route qui relie Corfou à Benitses, c'est-à-dire 15 kms, c’est plus d’une dizaine de moyennes surfaces qui se sont établies, principalement dans l’habillement : China Town, China World et autres China Pacotilles qui pratiquent des prix fort attrayants en cette période de disette budgétaire.

Le tourisme : quand la vache à lait se tarie

Le tourisme était le fer de lance économique de la Grèce et représentait 20% de l’économie, mais vu l’excessive augmentation des prix, le tourisme souffre : -15 % en 2009 et  les chiffres pour 2010 annoncent un recul proche de 30 %. Si une dizaine de paquebots ont renoncé pour faits de grève à l’escale athénienne, plus grave la restauration et l’hôtellerie sont dans un état de quasi faillite. La clientèle fait désormais cruellement défaut, les gîtes sont déserts et certains hôtels n’hésitent pas à casser les prix voire à fermer lorsque les charges dépassent les frais incompressibles, c’est un marasme économique sans précédent. Quand on sait que l’économie repose sur cette manne, cela laisse perplexe sur les chances d’une sortie rapide de crise. La nouvelle clientèle issue des pays de l’Est ne compense pas, loin s’en faut, celle des pays occidentaux. La raison en est simple, les commerçants grecs ont pensé pouvoir presser la vache à lait touristique et faire leur CA sur deux mois. C’était oublier que les clients occidentaux vivent aussi la crise et qu’ils ne sont plus prêts à se faire éponger, quand on voit des prix de consommation supérieurs à ceux pratiqués sur les plus belles promenades occidentales… cela laisse songeur… l’expresso à 4 €… non merci…

Ceci dit en 3 mois, nous remarquons une fulgurante prise de conscience et de notables changements dans les comportements quotidiens. Le plus évident est sans conteste le droit à un ticket de caisse et le devoir de l’emporter pour tout achat ; une autre nouveauté, tous les commerces sont dorénavant dotés de vraies caisses enregistreuses... Tout achat doit laisser une trace, le fisc y veille, dans la nouvelle loi fiscale, les grecs qui justifient leurs achats peuvent prétendre à un bonus fiscal. Cette simple mesure a impacté dès le premier mois les recettes de l’Etat sur la TVA, recettes  qui ont augmenté de 8 % et un déficit public  réduit de plus de 40 % au premier semestre 2010. Mais la route est longue et accidentée… Certains grecs sont pessimistes et pensent que leur culture ne leur permettra pas d’éponger le déficit… à eux de voir…  ce qu'ils veulent construire...

 

 

 

Septembre 2010 - Louis-Marie BOSSEAU


Publié à 18:43, le 29/12/2010, dans Articles thematiques, Athènes
Mots clefs : louis-MariebosseauRomar1egliseGrècecorruptionorthodoxeeuropeéconomie

{ Lien }

Europe - Turquie : un Pont entre passion et raison

Le sujet est sensible pour nombre de pays européens, certains sont pour, comme l'Espagne, d'autres réticents comme l'Allemagne et d'autres franchement hostiles comme la France, selon les propos de son Président. Tout est affaire de position, d'opposition. Mais sur quoi reposent ces opinions contrastés pour ne pas dire tranchées ? Plus que de l'entrée de la Turquie et du tracé de frontières, ne serait ce pas plutôt le dessein de l'Europe qui est au centre de la question ? Quelle vision de l'Europe avons-nous ?

Une question récurrente est bien celle de sa dimension, de la définition de ses frontières. De tous temps, le tracé des frontières est sujet au mieux à caution voire à polémiques, au pire, à des guerres. Les nombreux avis sur les limites de l'Europe m'ont toujours interpellé car souvent elles sont posées arbitrairement en s'appuyant sur des données partielles ou partiales. On se réfère soit à la géographie, soit à l'histoire, soit à l'économie... et rarement on ne s'appuie sur une analyse globale. Alors dépassionnons le débat et tentons la plus longue transversale possible ; elle n'a pas l'ambition d'être exhaustive, mais elle élargit singulièrement l'analyse et jette, faute de pavé, un passerelle à la compréhension...

 

Sur quelles bases définir des frontières ?

Oui car frontières il y a, après les avoir créées, nous n'arrivons plus à les transcender, à les sublimer et nous avons, pauvres mortels, besoin de lignes séparatives, des limites que les capitaux, eux neconnaissent pas.

Géographiques

Si nous prenons des critères géographiques :

L'Europe n'est qu'un sous-continent, elle n'est que la péninsule occidentale du continent indo-européen appelé l'Eurasie. Malgré cela, essayons tout de même de délimiter l'Europe, nous avons au Nord : la Baltique, à l'Ouest : l'Atlantique, au Sud : la Méditerranée, à l'Est : le Bosphore ainsi que les 2 massifs : Caucasien et Ouralien.

Que voyons-nous ?

Deux pays sont sur hors zone, nous pourrions dire hors jeu : Malte, en Afrique et Chypre en Asie. Deux pays qui sont rentrés dans l'Europe sans l'ombre d'un doute ou d'une moindre question. Pourtant, l'un comme l'autre ne sont exempts de reproches en matière de droit européen : paradis fiscaux,  pavillon de complaisance (1) et territorialité pour Chypre...mais cela est un autre débat...

Deux pays, la Russie et la Turquie s'étendent au-delà de notre espace communautaire et ont pied en Asie : Pour la Turquie, seul 5% de son territoire est en Europe dont Istanbul, la capitale économique, 10 % de la population.

Mais cela lui enlève-t-elle leur droit d'appartenir à notre communauté ?

Le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Espagne, le Danemark et la France possèdent des territoires hors de l'Europe, et même aux antipodes, leur nation s'étale sur plusieurs continents... Cela ne semble pas leur poser de problèmes.

La tectonique des plaques ne peut visiblement pas répondre à la problématique posée.

Historiques

Appuyons nous alors sur l'histoire

On entend dire que l'Europe s'est forgée une identité historique. Si on remonte les siècles, à quel moment devons-nous arrêter l'horloge du temps ? Au cours des quatre derniers millénaires, ce ne sont que migrations, invasions, razzias d'esclaves et si on se cantonne au dernier millénaire, quelle référence prendre : l'Europe de Charlemagne, celle du Saint Empire romain germanique ou bien celle de Napoléon ?

Regardez bien le compteur temps car un empire a toujours été présent sur cette période en Europe, l'empire ottoman... La Turquie aurait-elle une histoire commune avec l'Europe ?... N'oublions pas l'alliance entre François Ier et Soliman le Magnifique pour contrer Charles Quint ?

Là encore, on voit que seule la solution historique ne peut être véritablement retenue.

 

 

Culturelles

Continuons notre analyse et prenons le caractère culturel pour ne pas dire cultuel. Nous avons renié depuis longtemps nos origines grecques puis romaines et leur avons préféré il y a près de 2000 ans le monothéisme et les fonds baptismaux judéo-chrétiens. Oui, c'est vrai, on peut dire que l'Europe est judéo-chrétienne, mais la  restera-t-elle « at vita éternam » ? aucun exemple de telle civilisation dans l'histoire humaine. Pour l'argumentaire,faisons simple, référons-nous au traité de Westphalie « cujus regio, ejusreligio ». Mais oui, le problème n'est-il pas là ? Nous  formons un club chrétien et le Turc est lui, musulman. Ce serait une incompatibilité ? l'huile et le vinaigre ne se mélange pas

Cette soudaine révulsion de la Turquie ne reposerait-elle pas, en fait, sur une définition religieuse de l'Europe ? Dans ce cas, le sort de la Turquie est scellé, mais avouez que diable, le problème demeure. Que devons-nous faire de la France, du Royaume-Uni, de l'Allemagne, qui comptent au total 13 millions de musulmans ?

Regardez dans la salle d'attente de l'Union Européenne, s'y trouvent l'Albanie, la Bosnie, le Kosovo (un état si cher à Bernard Kouchner), des régions qui comptent respectivement 40, 50 et 90 % de musulmans, Ok, refusons leur l'entrée... à tous...

Un autre point et non des moindres, la Turquie est, par sa constitution (4),laïque, si la laïcité fait l'objet d'attaque par le gouvernement, elle tient bon car elle imprégnait déjà l'empire ottoman, le Vizir dirigeait l'Etat et le Calife était chef religieux. Ce principe de laïcité n'est pas partagé par tous en Europe, regardez la Grèce voisine où l'Eglise dispose d'un article 3 dans la Constitution qui la fait jouir de certains privilèges dont celui d'avoir une république autonome théocratique, celle du mont Athos, un Etat pour qui les textes européens ne s'appliquent pas (mais qui perçoit cependant des subventions communautaires ???). Et que dire des nombreux autres pays dont la Constitution fait foi d'une religion ? Et puis, avouons-le, est ce que la laïcité est, chez nous, exempt de reproches ? Avouons le, l'argument culturel ou cultuel ne tient pas tout seul.

Maintenant examinons d'autres paramètres qui, s'ils ne peuvent former de frontières à eux seuls, doivent être intégrés dans une réflexion globale. Ces éléments sont d'ordre stratégique, économique, démographique, diplomatique et politique.

 

Stratégiques

Pour qui veut se pencher un instant sur une carte constate que la Turquie tient, par sa position géographique, une place hautement stratégique.

Que ce soit d'ordre militaire ou économique, la Turquie détient avec les détroits du Bosphore et des Dardanelles les clés d'une porte qu'elle peut ouvrir ou fermer aux flottes maritimes.

Dans le cadre des tensions du Moyen-Orient, ses frontières avec la Syrie, l'Irak, l'Iran, font d'elle, un indéniable et salutaire espace-tampon avec l'Occident.

Autre argument et non des moindres est la place de la Turquie qui se trouve au cœur du réseau énergétique européen. Elle détient là encore un jeu de clés essentiel avec :

Ses corridors maritimes où transitent annuellementplus de 150 millions de barils de brut.

Ses réseaux d'oléoducs et gazoducs, BTC Ceyhan, BlueStream et Nabucco qui drainent le gaz et le pétrole de Russie, de la mer Caspienne et du Moyen-Orient,

Ses hubs énergétiques qui alimentent l'Europe du Sud.

 

 

Autre point stratégique, la Turquie détient un atout de taille dans le jeu moyen-oriental, c'est atout, c'est l'EAU ou l'Or blanc ! L'eau manque déjà au Moyen-Orient et elle manquera de plus en plus... Or, cette ressource est vitale pour l'Irak et la Syrie. Cette eau peut être source de différends transfrontaliers et peut peser directement ou indirectement sur la politique de ses voisins.

Pour être bref : Le smart power (2) turc est simple, clair et efficace : la gestion de l'eau (soft power) et la pression militaire (hard power) c'est à dire : le château d'eau et le château fort.

 

Oui le château-fort car la Turquie est dotée d'une armée très bien équipée et bien entraînée. Forte de plus de 750 000 hommes l'armée turque est la 2ème de l'Organisation Atlantique, elle participe depuis longtemps aux nombreuses opérations multinationales, que ce soit sous mandat de l'Otan, de l'Onu ou de l'Union européenne (UE), ses champs d'opération se trouvent en Bosnie, au Kosovo, dans l'Océan Indien et en Afghanistan avec 1800 hommes.

Enfin, son positionnement géopolitique est propice à l'installation de bases arrières, les Américains y ont installé 2 importantes bases militaires. 

 

Diplomatiques

Une « voix » puissante.

La Turquie est membre fondateur de l'ONU en 1945, de l'OCDE en 1960 (elle en fête le 50ème anniversaire), de l'OSCE (5) en 1973, du G20 en 1999 et du Conseil de l'Europe depuis 1949, de l'OTAN depuis 1952, seul pays musulman a en être membre. La Turquie est aussi le premier pays à majorité musulmane à reconnaître Israël et ce, dès  1949 , il est également le seul à entretenir des relations mais sans ménager ses critiques.

Située à la confluence des grandes aires régionales que sont l'Europe, les Balkans, le Caucase, le Centre-Asie et le Moyen-Orient, la Turquie occupe une position singulière : une position qui l‘autorise à mener une offensive diplomatique de premier ordre et à s'inviter aux tables des négociations sur plusieurs terrains sous tension dont Russie-Géorgie, Palestine-Israël, Israël-Syrie, Iran, Afghanistan, etc... Cette percée n'est pas du goût de l'Europe dont la diplomatie est toujours en chantier interne et n'arrive pas à parler d'une seule et même voix.

Mais si la Turquie s'implique dans les conflits internationaux, elle n'est cependant pas exempte de reproches sur ces différends frontaliers : la question de Chypre, ses relations avec la Grèce, la reconnaissance du génocide arménien et le problème kurde restent d'actualité et forment des pierres d'achoppement quant à son adhésion.

 

 

Sur Chypre

Cette question est inscrite en toutes lettres dans le protocole d'adhésion. La Turquie bouge, non seulement elle n'en fait plus un casus belli mais elle vient d'ouvrir les check points du mur de séparation et donc libérer le passage. Elle doit aussi ouvrir prochainement ses ports aux grecs et faire des propositions sur ce dossier.

 

Sur la Grèce

Ses relations tendues avec la Grèce portent essentiellement sur la territorialité. Si on consulte les cartes et l'histoire, la tension est compréhensible. Là encore, il faut remarquer qu'une normalisation est en cours. Les Premiers Ministres turc et grec, Mrs Erdogan et Papandréou, se sont rencontrés au mois d'août dernier et ont passé un certain nombre d'accords de coopération frontalière, ils se sont notamment engagés à baisser significativement leur budget militaire. Malheureusement sous la pression de la cynique diplomatie française et allemande, principaux pays pourvoyeurs d'armes, Mr Papandréou a annoncé en Octobre 2010 qu'il renonçait à cette baisse.

Laissons leur le temps de tisser des rapports issus du passé et d'un découpage que nous leur avons imposé. Aujourd'hui en mer Egée, ils se partagent la manne du tourisme, mais sauront-ils trouver un compromis pour partager celle du pétrole qui est au fond ???

 

 

Sur l'Arménie

L'Arménie, un processus de normalisation a été mis en place en 2009 et dans l'opinion publique turque. La reconnaissance se fait très lentement, là aussi, laissons leur le temps. Avons-nous fait toujours la nôtre à l'encontre de l'histoire ?

Sur les Kurdes

Le problème kurde est certainement le plus compliqué du fait du chevalement du territoire kurde. La reconnaissance de la langue kurde est un pas que les députés kurdes ont apprécié et forcé le PKK à une trêve, mais pour combien de temps ?

 

Économiques

La Turquie a de tous temps été une plaque tournante, un lieu d'échanges commerciaux entre l'Orient et l'Occident, même pour les matières illicites. Avec l'union douanière, les entreprises peuvent expédier vers la CEE leurs produits exonérés de droits de douane, les grands groupes industriels européens y ont vu leurs intérêts et y implantent leurs usines, la main d'œuvre est productive et peu dispendieuse ainsi la Turquie est un pays émergent appelée dans les milieux industrielles la « petite Chine »... Mais avant d'exporter, il faut combler un marché émergent de premier ordre car les besoins des turcs sont immenses, biens de consommation, services, infrastructures...

L'économie turque relève de deux sphères, privée et publique : Privée avec des industries en pleine expansion et une imposante agriculture, publique avec les transports, les communications et plusieurs grandes banques.

Elle fait partie des ténors mondiaux dans le verre plat, les écrans TV, le ciment, l'électro-ménager, l'automobile, le textile,etc...

15éme économie mondiale, avec cette année une croissance de 10,2 %, l'économie turque est une des plus dynamiques de la planète, 2ème après la Chine et la première en Europe.

Après avoir ramené sa dette de 120 à 47%, la Turquie respecte les critères de Maastricht en matière de déficit budgétaire et de dette publique...  ce qui n'est le cas d'aucun des vingt-sept membres de l'Union européenne, un comble.

Démographiques

Avec une population de 76 millions d'habitants au 3/4urbaine, une population très jeune avec 30% de - 15 ans et un âge médian de 27,7 ans, la Turquie fait peur à la Vieille Europe. Avec un taux de fécondité de 2,5 enfants par femme, cette population avoisinera les 90 à 100 millions en 2050. 

La modernisation de la Turquie fait que les émigrés rentrent ; le pays s'engage vers un solde migratoire négatif, c'est à dire une émigration inversée. La seule ombre est que la Norvège (population vieillissante avec un chômage inférieur à 3%) vient de lui faire appel pour inciter  400 000 turcs à venir y travailler...

 

Politiques

Pour cela, il faut regarder comment fonctionne l'Europe et comment s'articulent ses instances.

La répartition est faite sur une base démographique.

Au Parlement Européen, la répartition des sièges est proportionnelle à la démographie. Ainsi donc sur les actuels 785 sièges, l'Allemagne (82 millions d'hbts) dispose de 99 députés, la France (64 millions d'hbts) 78 comme la Grande-Bretagne (61 millions d'hbts). Avec 76 millions d'habitants, la Turquie arriverait en seconde position avec donc plus de sièges que la France. Une entrée perçue non pas comme un apport ou un partage mais surtout comme une réduction des pouvoirs. Que deviendrait l'axe fondateur franco-allemand ? La France, fille aînée de l'Eglise, ne peut raisonnablement admettre pareil affront... venant d'un pays d'Orient , un pays musulman.

Oui, le problème est politique et c'est pour cela qu'il est inavouable. Les divers arguments frontaliers évoqués ne sont jamais que des subterfuges, des leurres pour dévier l'opinion vers des voies sans issues... des voies bien bordées d'arguments souvent simplistes pour ne pas dire populistes.

Si ces différents points ne résistent pas à l'analyse et balaie la thèse de l'incompatibilité, il faut convenir que la Turquie a quelques points noirs à régler :

 

Politiques

Deux questions politiques :

                        -jusqu'où peut aller le rapport de force entre la laïcité et l'islam ?

                        -le positionnement politique de la Turquie avec ses voisins du Moyen-Orient ?

 Sociétal

Un gros problème est celui des Droits de l'Homme, pour exemple, la Cour Européenne des Droits de l'Homme a, en 2009, rendu 1627 arrêts, 356 concernait la Turquie.La liberté d'expression est certainement un des points noirs du pays, car il est inadmissible que des journalistes, des écrivains soient emprisonnés pour délit d'opinion.

Si les femmes ont obtenu le droit de vote en 1930, iln'en reste pas moins que dans certaines régions, elles sont des objets de subalternité où brimades, violences domestiques, mariages forcés, polygamie voire crime d'honneur servent de rapports humains (plus de 1000 femmes ont été tuées en 2009). Les conditions sociales et culturelles s'améliorant, ces pratiques tendent à diminuer. Espérons qu'à partir de fin 2010, la Présidence turque du Conseil de l'Europe, dont le rôle majeur porte sur l'élargissement des droits de l'homme puisse l'aider à progresser en la matière.

 

 

Mais qu'est-ce qui pousse la Turquie à vouloir rentrer dans l'Europe ?

La question est intéressante et se vaut d'être posée car la réponse n'est pas si évidente qu'il n'y paraît. Hormis d'intégrer un grand bloc homogène, la Turquie n'a-t-elle pas plus à perdre qu'à gagner ? L'adhésion à l'Europe nécessite des compromis tortueux et impose des normes bureaucratiques qui impactent les moindres aspects de la vie quotidienne. Il n'est pas sûr que tous les turcs s'y retrouvent. En entrant dans l'Europe la Turquie prend le risque de perdre un peu de sa culture.

Des enjeux économiques

Les perspectives de l'adhésion ont été le fer de lance de la modernisation de la Turquie, l'économie turque est certainement la grande gagnante de ce formidable effet levier, avec les accords économiques qui la mettent sur le même pied que les principaux pays de la communauté, elle est en pleine expansion et est le pays qui progresse le plus en Europe...

Des enjeux financiers

La Turquie dispose d'une excellente note dans les agences de notation, pourquoi prendre des risques avec des pays de la zone euro, une zone que personne ne maîtrise et qui présente un certain nombre d'handicaps économiques.

Des enjeux sociaux

Le pays ne dispose pas loin sans faut d'un système de protection sociale équivalent aux pays occidentaux, mais elle cherche à les mettre en place alors que nos gouvernants cherchent chez nous à les réduire voire à les détruire.

Une grande partie de la population vit de petits boulots, des petits jobs qui n'auront plus leur place dans une société européanisée où tout est régi par des normes, des règles qui ne sont pas forcément réalistes ou en adéquation avec les pays. Juste un exemple prenons le cas du tri sélectif, en Turquie, celui-ci n'existe pas à l ‘échelon des ménages, à l'arrivée tout est trié, car entre les deux bouts, un nombre inimaginable de petites mains vont faire la sélection dans la rue... autant de petits boulots qui disparaîtront... Oui, bien sûr, Véolia est là, règlera là encore le problème... par un colonialisme capitalistique, en prenant au passage une grande part du gâteau et supprimant des milliers de petites mains...« Le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous »...

Des enjeux de politique intérieure

L'AKP, actuellement majoritaire est un parti d'origine islamiste, fondamentaliste et anti-occidental. Abandonnant ses oripeaux traditionnels, l'AKP s'est drapé dans les habits de la démocratie pro-européenne pour accéder au pouvoir. Ses succès électoraux ont dopé cette mue opportuniste et a transformé en profondeur l'AKP, Par mimétisme, peut-être ?  Plus que de chambouler la constitution sur laquelle veillaient jalousement l'armée et la justice,l'AKP a puisé dans sa légitimité pour réécrire les lois et affaiblir les gardiens de la laïcité, héritiers d'Ataturk.

Si le toilettage législatif s'opère au prétexte de l'adhésion, au nom de la liberté religieuse il annonce aussi le retour à une théocratie, à peine voilée. 

Conclusions :

Les frontières sont issues des traités politiques liés aux guerres et aux amnisties, cela forme l'histoire et la géographie. Les frontières sont des lignes isobares politiques qui changent et évoluent. L'Union Européenne a voulu transcender les frontières dans un souci de paix. Cette unité européenne avait au temps passés déjà existée mais n'était due qu'à des conquêtes et des guerres (Charlemagne, Napoléon).

Derrière cette question d'adhésion se cache en fait une question plus profonde, quelle Union voulons-nous ?

Une Europe économique et monétaire avec des valeurs démocratiques communes ?

Une Europe politique avec des ambitions stratégiques mondiales ?

Certes, l'Europe est loin d'être parfaite tant son élaboration recèle d'erreurs de construction et de calendrier, cependant elle est là et elle a permis de pacifier les peuples dans cette partie du globe. Ou bien on s'en tient là et on se referme - c'est dans l'air du temps, à tous les échelons - ou bien on s'ouvre lentement aux autres, sans frein mais sans précipitations. Il convient de remarquer que la Turquie croit certainement plus en l'Europe que nombre de pays européens.

Notre empressement à l'élargir pour combler le trou béant du mur n'a pas été opéré avec toutes les garanties nécessaires, aussi la nouvelle Europe est devenue frileuse et se rétracte dans quelques nauséeux nationalismes. Maintenant que ses pays fondateurs sont devenus vieux, elle se montre encore plus méfiante, méfiante de ce qui est loin, méfiante de ce quilui paraît différent, d'où cette peur de voir l'étranger s'installer dans ses fauteuils attitrés et lui soustraire une parcelle de pouvoir. Pourtant, il est incontestable que la Turquie deviendra un jour Européenne, elle est déjà depuis l'après-guerre dans tous les organismes internationaux et européens.

Oui c'est vrai, son arrimage n'est pas simple car elle a de nombreux problèmes à régler (ceci dit, nous lui imposons des chapitres réglementaires que nous n'avions pas exigés des derniers pays entrants). Cette entrée est jalonnée de 33 épreuves imposées par les critères de Copenhague. Le pays s'emploie à mettre de l'ordre dans des pans entiers de ses institutions, ce qui impose des référendums, de nouvelles lois, de nouveaux concepts. Sa jeunesse et son dynamisme lui permettent cette souplesse qui nous manque, les résultats sont là, son économie s'envole, les salaires ont doublé en moins de dix ans. Cette évolution n'est pas sans peser sur son inflation et sur sa culture multimillénaire. Si, au bout de ces efforts, elle essuyait un refus, cela serait une très grande frustration pour le peuple turc, un camouflet, pour eux mais aussi pour les européens... Déjà percevons-nous en cette fin 2010, une certaine lassitude qui peut nourrit une certaine désillusion, d'ailleurs le ralentissement des réformes est patent...

Abandonner la Turquie à la porte de l'Europe ne relève-t-il pas d'une absence de véritable vision européenne, d'une paranoïa collective instrumentée par des ténors politiques, car qu'on le veuille ou non, la Turquie est la porte d'entrée de la Maison Européenne, ne pas l'intégrer voudrait dire que la porte est extérieure à la maison. En cas de refus, le désenchantement des turcs pourraient les faire se tourner vers l'instable Moyen-Orient où règnent pauvreté, insécurité, conflits, pénuries... et où l'islamisme intégriste prospère. Oui certains aimeraient que la Turquie forme une Communauté Méditerranéenne avec les pays du Moyen-Orient, Mais ne serait-ce pas créer 2 blocs l'un islamique l'autre chrétien... 

Déjà j'entends au loin, l'Hymne à la joie, notre hymne européen.

 

Louis-Marie BOSSEAU - Août 2010

 

 

(1)  Données 2008 : 1500 bateaux battent pavillon maltais et  2800 bateaux pavillon chypriote ce qui fait de l'Europe la première puissance maritime mondiale.

(2)  Smartpower = pouvoir intelligent / soft Power :pouvoir souple / hardpower : pouvoir dur

(3)  Chypre est divisée depuis 1974, date de l'intervention de l'armée turque dans le nordde l'île en réponse à un coup d'Etat d'ultranationalistes chypriotes grecs, soutenus par la dictature des Colonels à Athènes, visant à rattacher de force l'île à la Grèce. Ce putsch avait également pour objectif la destruction de la minorité turque. L'intervention militaire turque qui visait à protéger la population turque s'est soldée par la division de l'île en deux entitée politiques, une administration grecque au sud et la République Turque de Chypre du Nord (RTCN).

Des pourparlers sont en cours à l'ONU pour tenter de réunifier l'île, mais le referendum qui s'est tenu en 2005 sous l'égide des Nations Unies a été rejeté par la partie grecque alors qu'il a été massivement approuvé par les Turcs. Sous la pression de l'administration chypriote grecque et du gouvernement d'Athènes, la RTCN subit un embargo agressif et se trouve politiquement et économiquement isolée sur la scène internationale. Devant le soutien massif de la population chypriote turque au referendum pour la réunification, l'Union Européenne s'est engagée à mettre un terme à l'isolement de la RTCN, mais elle se heurte depuis au blocage systématique des Chypriotes grecs.

(4)  Articles 1 à 3 dela Constitution.  L'Article premier stipule que "l'Etat turc est une République" qui,selon l'Article 2, est un "Etat de droit démocratique, laïque et social, conformémentaux concepts de paix sociale, solidarité nationale et justice; respectueux des droits de l'homme et attaché au nationalisme d'Atatürk...", et qui est, d'après l'Article 3, " un tout indivisible avec son territoire et sa nation..."

(5) OSCE :Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe


Publié à 09:51, le 23/12/2009, dans Articles thematiques,
Mots clefs : traitéintegrationstratégieturquieoccidentpeuplemer noireorienteuropeéconomie

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Avril 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

de Circéo à Nettuno
Sur le Mezzogiorno
de Maratéa à Naples
Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
de Gioia Tauro à Maratéa

Amis