Une Transeuropéenne

De l'Ile de Samothrace (Samothraki) à Thessalonique


Dans un lumineux petit matin, nous quittons Gobçéata la plus septentrionale des îles égéennes turques. Romar 1 fend l'eau cristalline de la Mer de Thrace. A tribord venant à notre rencontre un impressionnant banc de dauphins fait cap au sud vers les Sporades. Autant par respect que pour contempler cette impressionnante migration nous coupons notre moteur et filons silencieux sur notre erre. Sublime image avec en arrière plan Samothrace.
  
 
La lumière est telle, que le cône nu de 1600 m du mont Fengari semble déjà nous dominer, ses flancs dénudés et déchirés viennent se faire battre et mourir dans la mer. Nous devons contourner l'île par l'Ouest pour aborder à Kamariotissa, la ville cotière.
 
 
 
Le port est calme, en dehors de la rotation journalière du ferry d'Alexandroúpoli, la vie paraît l'avoir déserté, il faut dire que le caillou de 6 km de rayon est peuplé de moins de 3000 habitants. Nous trouvons une place à la proue d'un vieux chalutier dégoulinant de rouille. La bourgade est assez quelconque et ne recèle rien d'exceptionnel, elle se morfond au bord de l'unique promenade sur laquelle s'alignent les restaurants en attente des touristes de passage. Les cost-guards se montrent peu enthousiastes à l'idée de nous faire les formalités « comme vous allez à Kavala, faites les formalités là-bas, mais ne leur dites pas que vous êtes passés ici".
 
 
À première vue, l'île est façonnée d'un relief tailladé à la hache dans le marbre, son pourtour accidenté est difficile d'accès mais abrite quelques rares et minuscules plages de galets, au dessus desquelles s'élève l'aridité des montagnes. L'île n'attire pas les masses, seuls les randonneurs assoiffés de paysages désertiques, les historiens passionnés d'archéologie et quelques mystiques attirés par le sanctuaire des Grands Dieux, empruntent, chacun leur propre voie en quête de leur graal.
 
  

Peuplée successivement par des Pélasges, des Cariens puis des Thraces, à la fin du VIIIe siècle, l'île reçoit une colonie d'habitants de Samos et prend alors le nom de Samos de Thrace pour se fondre ensuite en Samothrace.

Très longtemps ce rocher a été le plus célèbre de l'archipel égéen, une gloire forgée à coups de sanctuaires par de mystérieuses divinités. Il y a plus de 4000 ans les Cabires étaient en ces lieux vénérés. Hermétiques, énigmatiques, symboles des pouvoirs occultes de l'esprit, qui étaient-ils ? le mystère demeure car différentes versions nous sont parvenues. A ce jour on sait qu'ils formaient une tétrade dont les noms étaient : Axiéros, Axiocersus et Cadmillus ou Casmillus ; plus tard, ces noms furent traduits, tantôt en ceux de Vulcain, Mars, Vénus, Amour ou Harmonie; tantôt en ceux de Cérès, Pluton, Proserpine, Hermès ou Mercure, comme on peutle constater les querelles de mythologues ont de beaux jours dans le poulailler de l'histoire. Mais nous préviennent-ils les Cabires n'ont rien à voir avec les Curètes, les Corybantes, les Dactyles et autres Dioscures... nous sommes rassurés car les cabires eux sont censés protéger les navigateurs, ouf.

Le grand prêtre du culte cabirique, appelé Eues, recevait la confession de ceux qui se faisaient initier. La dernière cérémonie de l'initiation qui ouvrait à l'accès des mystères s'appelait thronisme : l'initié, après avoir subi les plus terribles épreuves,était assis sur un trône éclatant de lumière, le front couvert d'un voile, couronné d'un rameau d'olivier et ceint d'une écharpe, tandis que tous les prêtres et les mystes, se tenant par la main, exécutaient autour de lui des danses symboliques. Des pré francs-maçons ???

Samothrace a trouvé une « autre tête » pour devenir célèbre, « Niké » la "Victoire" femme ailée, prestigieuse statue découverte en 1875 par notre vice-consul lors d'une campagne de fouilles, l'originale de cette « Victoire » se trouve aujourd'hui au musée du Louvre, le site ne dispose que d'une poussiéreuse et pâle réplique abandonnée dans un coin du musée... 
 
 
 
Mais laissons les dieux Cabires et ses hiérophantes dans les ruines de leurs sanctuaires et allons nous ressourcer dans un des nombreux trous d'eau dont la montagne est truffée car l'île regorge côte Nord de vallées encaissées d'une arbustive verdeur invitant à la fraîcheur et à la méditation.

En fin d'après-midi, une jeune femme à l'accent français nous aborde, elle est originaire de Samothrace mais vit avec son mari grec à Montpellier où après ses études à l‘université, elle est devenue œnologue. Aussi avoir une représentante de la capitale de la Septimanie, chère à Georges Frêche pour nous conseiller restaurants, plats et vins est appréciable, sur son évocation nous aurons droit à quelques gourmandises supplémentaires.

Dans la nuit, la mer s'est méchamment chargée, nous tenterons de sortir mais bien vite nous reviendrons nous placer sous la protection des Cabires. Nous mettrons à profit cette journée pour visiter le Nord de l'île et nous prendrons la navette pour monter à Hora, situé à 20 minutes à l'intérieur des terres, c'est le chef-lieu de l'île est construit à flanc de montagne en théâtre ouvert sur la mer ce qui en fait un village très pittoresque.

 

Ile de Thassos

Sous la protection des cabires, nous prenons la mer pour la plus grande des île des Sporades du nord, la plus septentrionale des 2000 îles grecques, Thassos. Dès la sortie du port se profile à l'horizon les 1200 m de l'Hyspalion entouré des 5 sommets de cette île posée à 5 km du continent. La lumière matinale est divinatoire, elle précise et affine les moindres détails du relief de ces côtes lointaines, une vision rarissime. L'abordant par l'Est / Nord Est, l'île déploie sa luxuriance au pied de laquelle s'étalent de magnifiques plages. Il n'est pas étonnant que depuis les premières colonies établit ici il y ait 8 000 ans, cette île suscite des convoitises, l'île fut sans cesse envahie, jusqu'aux oracles de Delphes qui demandèrent à Thasos, fils d'Agénor et de Poséidon, frère d'Europe de prendre possession de l'« île des Brumes ». Son sous-sol aurifère en fit une île prospère, l'activité artistique et culturelle y prirent un essor exceptionnel tant et si bien que Limenas, la capitale recèle encore de nombreux témoignages archéologiques de ces époques de gloire, à l'image de son théâtre antique qui veille sur la ville. Station balnéaire, Thasos et ses 15000 habitants savent garder la mesure, si les nuits sont longues, elles ne sont pas démentielles car notre sommeil n'en pâtira pas. Si près du continent Limenas est tournée vers le tourisme aussi tavernas traditionnelles, boutiques souvenirs, vins locaux forment le décor du front de port. La jonction à Kavalla, juste en face n'est que pure formalité, enfin presque, parce que de formalités il faut parler car depuis notre entrée en Grèce, personne n'a voulu nous enregistrer, nous allons enchaîner les bureaux de la capitainerie, de la douane, des cost-guards et de police pour être en règle... un dimanche c'est long mais nonchalant. A l'arrivée beaucoup de papiers signés mais aucun justificatif ? Le port est assez grand mais y trouver de la place n'est pas chose aisé car c'est un grand mélange de bateaux de plaisance, bateaux de ravitaillement, ferries, bateaux de pêche, bateaux croisière, sans espace défini, nous trouverons un emplacement idéal tout près du centre-ville. Au fildes millénaires, Néapolis, Christoupolis, puis Kavalla, la macédonienne, s'est façonnée une position charnière entre Athénes et Constantinople, la ville est riche, ses commerces florissants, ses cafés et restaurants branchés. Au-dessus du port l'ancienne citadelle a été transformée en Palace

Kavalla et Le Mont Athos

Ce matin nous quittons Kavalla de bonne heure car il nous faut joindre Porto Kufo à  60 miles et la météo s'annonce bonne. Au cours de la première heure de navigation, l'horizon s'est obscurci et la houle s'est muée en lames, Romar 1 commence à jouer au culbuto, plus que de se faire secouer comme un hochet, nous préférons nous mettre à l'abri dans la baie d'Eleftere, comme le port est saturé de bateaux de pêche, nous accostons à un bout de quai désaffecté. Bien nous en a pris car l'orage éclate et se fait d'une extrême violence, ça cogne, flashe, bruisse, grince, de toutes parts, la fin d'après-midi et la nuit n'est qu'éclairs, tonnerre et pluie diluvienne et coups de vent tonitruant. Au petit matin, un grand calme règne sur la baie, flotte dans les airs une odeur âcre de terre mouillée et sur les eaux mortes du golfe des caisses en polystyrène envolées des chalutiers amarrés...

 

Avec quelques traces des fureurs de la nuit, nous quittons notre douce baie pour le Mont Athos situé sur l'Agio Oros, le troisième doigt de la péninsule Chalcidique à l'Est de la Macédoine. Bien qu'à 40 miles nautiques, le profil de la montagne sacrée s'esquisse déjà, nous ne la quitterons plus des yeux de la journée. Sa cime encore enneigée est auréolée d'un éternel nuage blanc comme pour bien signifier la sainteté du lieu. Probablement à l'adresse des mécréants qui croisent au large et ne croient à rien. Nous naviguons très au large pour éviter d'avoir à frotter cette terre diabolique aux roches tranchantes, non ce n'est pas par crainte d'une contamination christique ni pour respecter la règle épiscopale simple et formelle mais maritime qui interdit aux bateaux ayant femme à bord de s'approcher à moins de 500 m des côtes. Oui le caillou est interdit aux femelles en général et à la gente féminine en particulier. C'est la règle de l'abaton. Cette presqu'île ne veut être lieu de tentation... A moins que les femmes occupent une place importante de leur pensée, dans leurs prières, bien sûr...

 

Mais qu'est donc le Mont Athos ?

C'est vrai que dans l'imaginaire occidental, le Mont Athos, c'est dans un site idyllique, le symbole du mysticisme chrétien, fait d'ermitages inaccessibles, de popes barbus et d'incantations perpétuelles.

Pour en parler je laisse la parole à la revue « Ulysse » qui s'est, contrairement à nous, immergée dans ce haut lieu spirituel.

"L'histoire de la Sainte-Montagne (Aghion Oros, en grec) a commencé en 963 avec la fondation du monastère de la Grande Laura. La république du Mont Athos, communauté théocratique orthodoxe unique dans le monde, en héberge vingt depuis plus d'un millénaire. Un "territoire autonome auto-administré" de 360 km2, entre mer et montagne.

La Sainte-Montagne est aussi appelée Jardin de la Vierge. La tradition veut que le Mont Athos soit consacré en tant que legs de la mère de Jésus ; lorsqu'elle y aurait fait escale sur sa route vers Chypre, elle aurait admiré la beauté du paysage et demandé à son fils de lui en faire cadeau. Pour ne pas "altérer" la dévotion à la Vierge, reine en ces lieux, il a été décidé en 1 060 que les femmes en seraient bannies. "Le Mont Athos est interdit à tout animal femelle, toute femme, tout eunuque et tout visage lisse", décrète le chrysobulle de l'empereur Constantin Monomaque. A l'exception des poules dont les oeufs entrent dans la composition des peintures pour les icônes.

Certains moines de la Sainte-Montagne sont plus pragmatiques, comme le père Joachim, qui rappelle qu'on retrouvait, il y a quelques siècles, des femmes de bergers dans les lits des moines. Mais "l'absence de femmes évite les distractions. Cela permet d'aller au bout de son cheminement, sans tentations." Le Mont Athos est un lieu hors du temps. Deux mille moines environ perpétuent encore la tradition de sa liturgie ancestrale.

Cette authenticité attire des milliers de pèlerins, en majorité grecs. Notis, manager d'un hôtel à Thessalonique, vient pour la septième fois. "Je rends visite à un ami dans un monastère. Chaque orthodoxe doit venir sur cette terre sainte au moins une fois dans sa vie." Mikhaïl, un Albanais de 26 ans, est en pleine rédemption : "J'ai fait beaucoup de mauvaises choses dans ma vie. Ma rencontre avec un pope à Athènes m'a remis sur le droit chemin, celui de la foi. Une des premières étapes de ma nouvelle vie est d'effectuer ce séjour ici." Comme lui, 120 000 pèlerins viennent chaque année faire oeuvre de chasteté, pauvreté et obédience durant quelques jours. Ils suivent les offices, prient, se recueillent devant les icônes. Par foi, pour l'éveil à celle-ci, le calme ou la découverte.

L'entrée au Mont Athos est limitée à 100 orthodoxes et 10 non-orthodoxes par jour. Thomas, Français d'une trentaine d'années, est venu en curieux, "impressionné par un mode de vie à la fois simple et difficile". Dans les monastères, le pèlerin est nourri et logé. Il doit seulement s'acquitter d'un droit d'entrée de 35 € pour obtenir le diamonitirion. Ce laissez-passer, indispensable pour accéder au Mont Athos, spécifie votre religion.

Le monastère d'Iviron, dans le nord-est de la Sainte-Montagne, a été fondé au Xe siècle. Il se dresse sur une baie pittoresque, à l'embouchure d'un torrent. Le déroulement de la journée est immuable. Dans les monastères, on se lève à 2 h du matin pour la prière privée, après seulement cinq heures de sommeil. Une liturgie commune rassemble les moines dans le katholikon à partir de 3 h 30, lorsqu'un moine circule dans la cour en frappant avec un bâton sur une grande planche en bois. L'office s'achève avec le petit-déjeuner, vers 7 h. La journée est ensuite consacrée à sa tâche : cuisine, accueil des pèlerins, travail aux champs, nettoyage...

A 17 heures, les vêpres commencent et durent jusqu'à 20 heures. Le dîner est ensuite servi : dix minutes, pas une de plus, pour manger, en silence à écouter la parole donnée par le frère anagnostis. Si vous ratez le créneau, vous ne mangerez pas ! Ce soir-là, le repas est frugal : tomates, concombres, feta. Certains moines préfèrent laskete, kellia ou kalyvates, des petits monastères où habitent deux à sixmoines. Le père Joachim vit avec le père Epifanios dans la kellia de Mylopotamos, une grande bâtisse accrochée à la falaise. C'est en partie pour échapper à la rigueur des monastères qu'il a choisi la vie en kellia...

Un pèlerinage au mont Athos doit être vu comme un séjour itinérant. Impossible de rester plus d'une nuit dans le même monastère. Tous les matins, après les quatre heures d'office et le petit-déjeuner à base d'olives et de pain, les pèlerins prennent la route. Des bus rejoignent la capitale, Karyès. Les visiteurs peuvent aussi arpenter les sentiers aux pavés inconfortables qui relient les monastères. Entre une heure et deux heures de marche au bord d'une mer au bleu profond...

Au Mont Athos, on utilise le calendrier julien et non le calendrier grégorien comme dans la majeure partie du monde. Le calendrier julien reste en correspondance avec le Soleil, sans intervention humaine alors que le calendrier grégorien est décalé de treize jours.

Icône : Du mot grec "eikona",petite image, l'icône est une peinture religieuse. Les images, dans la confession orthodoxe, sont sacrées et l'esprit du personnage représenté setrouve dans la peinture. C'est pourquoi on embrasse l'icône. L'iconographie est un art sacré et l'iconographe se prépare dans le jeûne et la prière.

En France, il existe des extensions du Mont Athos : En 1978, Aimilianos, higoumène (le supérieur) du monastère de Simonos Petra, décide de renvoyer en France trois moines, dont le père Elie et le père Placide. Leur mission : créer des dépendances du Mont Athos. Quatre lieux ont vu le jour : le monastère de la Transfiguration à Terrasson-Lavilledieu en Dordogne, le monastère Saint-Antoine le Grand à Saint-Jean-de-Royans dans le Vercors, le monastère de la Protection-de-la-Mère-de-Dieu à Solan dans le Gard. Et depuis 1996, le père Séraphin vit en ermite sur l'île de Porquerolles. Au monastère de la Transfiguration résident cinq moniales et une novice, accompagnées du père Elie, fondateur, aumônier et père spirituel de la communauté, tous français. Leur vocation première est la prière, l'étude et le labeur ascétique. Comme les moines de la Sainte-Montagne. "Les offices sont moins longs, nous avons plus de travail et nous vivons davantage dans le siècle qu'eux, mais nous suivons le même typikon - le livre qui contient les instructions monastiques - et la même règle de vie", explique la soeur Silouanie. Ils donnent un enseignement spirituel et accueillent des croyants pour les offices liturgiques. La petite communauté possède aussi neuf chambres pour des retraites.

Ici, les rites sont figés depuis plusieurs siècles. Des ermites résidaient déjà là au milieu du IXe siècle. "Le plus célèbre d'entre eux, Saint-Pierre l'Athonite, aurait vécu pendant cinquante ans reclus dans une caverne, se nourrissant d'herbes et de racines", s'enthousiasme le père Joachim, avec un sourire malin à peine dissimulée par sa barbe épaisse ».

Pour compléter ses propos, il faut savoir que la péninsule est un véritable état théocratique dont les modalités de fonctionnement sont opposées à la Grèce antique, les monastères sont dirigés par un higoumène. Cet "abbé" n'est pas élu par ses pairs mais désigné à vie par son prédécesseur.  Quant à leurs ressources, les moines du Mont Athos sont de véritables hommes d'affaires, ils possèdent d'un vertigineux patrimoine foncier avec des îles, d'immenses pars éoliens, des usines, des monastères partout dans le monde... d'invraisemblables privilèges comme celui de ne pas être imposable et de bénéficier des subventions européennes pour restaurer les coûteuses restaurations immobilières.

Après cette rapide visite par procuration, revenons à bord de Romar 1, la mer s'est durcie et est plus cassante, les rouleaux veulent nous envoyer sur les récifs, mais Romar 1 n'entend pas s'y résoudre et luttent, lame après lame. Visiblement, Dieu veille à la tranquillité de ses ouailles, comme il nous est interdit et impossible d'accoster, nous contournons donc l'offrande divine, le doigt marial. Là-haut, quelques ermitages seulement accessibles par les voies aériennes sont creusés dans la roche, accrochés à la falaise, soutenue par d'invisibles forces. Tout,ici, est impénétrable. Si sur le versant nord certains manifestent quelques gestes d'hostilité,, nous viendrons troubler leur vie érimitique, un moine du Sud n'hésitent pas à brandir un drapeau byzantin pour rappeler son attachement passé. Il faut dire que le Mont Athos n'est pas avare d'allègeances, ils sont politiquement très souples, tout à tour, ils épouseront successivement les thèses d'Hitler, puis ceux des colonels puis  ceux du communismeet, tout récemment Poutine viendra se ressourcer en ce haut lieu.

 

Porto Kuffo

Cap donc de l'autre côté du Golfe de Sithonie, sur le deuxième doigt, sur l'index de la Chalcidique. La cote est toujours aussi primitive, fatras de rochers ciselés, arêtes vives, pics acérés, falaises crevassées, cailloux éboulés, blocs égarés, chicos d'une bouche édentée, seules quelques criques pourvues de minuscules plages laissent du répit au harcèlement marin, il nous reste à trouver la faille dans ce maquis côtier, franchir la passe qui donne accès à la rade de Porto Kuffo.

 

Le village est là, lové dans son anse avec comme port un unique ponton en béton désarmé, le décor bien que semi désertique est superbe, pas étonnant que durant la dernière guerre un sous-marin soit venu s'y abriter. La survie ne tient qu'au tourisme car dans ce bout de doigt arthrosé qui ne montre nulle part, seuls poussent les cailloux. Sur les bords de l'eau, les tavernas se succèdent, terrasses ombragées, menus rallongés,elles patientent jusqu'au soir, au réveil des quelques clients égarés, plus loin sur la rive, posé sur un socle, un hélicoptère semble faire office de monuments aux héros, une stèle égrène une litanie grecque, une liste de noms gravés.  Leur nombre relève plus d'une catastrophe que d'un simple accident. En fait, l'histoire nous parviendra bien plus tard, ce mémorial évoque la disparition le 11 Septembre 2004 à 5 Miles nautiques des côtes de 17 personnes, du numéro deux de l'église orthodoxe le patriarche d'Alexandrie Petros VII, de onze de ses proches dont l'évêque de Madagascar et des 5 membres de l'équipage, leur hélicoptère gros porteur Chinook de l'armée grecque s'est mystérieusement abîmé en mer alors qu'il se rendait au Mont Athos. Mais le souvenir se rouille.

Comme nous sommes à sec, il nous faut remplir les soutes, le kiosque d'épicerie ne présentant rien d'alléchant, nous longeons l'unique route goudronnée et là-haut dominant son petit monde, il y a « Captain », un tavernier-épicier rabatteur à grande gueule, toujours prêt à tout pour vous extirper quelques sous, nous n'y achetons que le strict nécessaire. La station-service située plus bas accepte de nous livrer illico avec un petit camion 400 litres de diesel avec paiement CB (oui oui cela existe).

 

Port de Néa Folkia 

Et de deux, nous reste à franchir le troisième doigt du trident chalchidique, pour cela nous optons pour le couper par le canal de Potidéa avec préalablement une pause à Néa Folkéa. Contrairement à ce que nous pensions, la journée ne sera pas folk du tout mais plutôt rock ‘n roll car ce fut un concentré comme sait le faire la mer Egée, vent tournoyant, courants tournants, lames brisantes, mer hachée, tout, nous vivrons tout,  les seuls moments de calme relatif furent à l'abri de Turtle island et à l'arrivée au port de NéaFolkéa.  Si l'unique quai est réservé aux pêcheurs, il y a par chance de la place sur le coté plage, it's perfect. Là-haut en front de mer les Tavernas nous attendent.

Canal de Potidéa 

Kallikratia - Thessalonique

Route pour Potidéa, nous atteignons le canal en 1 heure et voilà vitesse réduite nous franchissons cette saignéeétroite, un isthme d'un kilomètre qui débouche sur la Therme bay, le corridor de la Saloniki bay, la baie de Thessalonique. Pour ce jour nous ferons étape au Port de Kallikratia, le port est un vaste chantier, et les places rares, nous nous ferons une petite place dans l'angle SE au milieu d'une décharge flottante peu ragoûtante. Encore heureux c'est gratuit. Là encore dans la rue principale, nous pouvons constater que les fonds européens sont religieusement employés, l'église orthodoxe s'est refaite une santé.

 

Le lendemain pendant 6 heures nous côtoyons la rive jusqu'à Thessalonique, nous croisons plusieurs cargos qui sortent du golfe ainsi qu'un remorqueur qui tire péniblement deux barges sans âge, ici et là des pêcheurs en barque attendent le poisson... La ville s'ouvre à nous, de droite à gauche un large front urbanisé dans lequel est inclus un vaste port voyageur qui distribue toutes le nord de la Mer Egée, de longs quais industriels qui desservent de fumeux complexes industriels... nous savons les marinas à l'Est, mais pour laquelle opter car nous avons l'intention de laisser le bateau deux semaines, les différents appels VHF ne répondent pas plus que les appels téléphoniques, notre choix nous pousse vers Kalamaria marina qui paraît mieux protégée.

Ponton d'accueil, salutations, attribution d'une place, une fois les formalités accomplies et Romar 1 amarré, une bonne sieste s'impose. 

 

Publié à 08:29, le 27/11/2010,
Mots clefs : porto kuffoThraceegéesamothracelouis-MariebosseauRomar1Bateaunavigation

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

de Circéo à Nettuno
Sur le Mezzogiorno
de Maratéa à Naples
Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
de Gioia Tauro à Maratéa

Amis