Une Transeuropéenne

De Corfou et d'Othoni (Grèce) Article en chantier

 

 

Benitses  (Mpenitses)

Nous ne sommes pas en Italie comme initialement prévue, cela sera pour plus tard. Entre retour express en France, soucis mécaniques liés à des bulles d'air dans le circuit gasoil entre pompe et réservoir, caprices météorologiques liés à des masses d'air en conflit entre Nord et Sud, un concours d'évènements qui font que nous voici à Benitses, un charmant petit port au Sud de la cité korfiotte.

Implanté à 15 Kms de Corfou-ville, avec dans le rôle de capitaine, le prénommé Costas, Sexagénaire, frère du maire, il va et vient incessamment avec sa pétrolette et son chapeau de paille vissé sur la tête, il arpente le quai, veille, informe, discute et place les bateaux, gare à celui qui ne voudrait suivre ses conseils, non ses ordres.

 

Benitses est une agréable petite cité établie sur un ancien hameau de pêcheurs et de cultivateurs. En quelques décennies, le lieu s'est métamorphosé en une petite station balnéaire pas huppée pour deux sous, les anciennes maisons et les anciens habitants sont toujours là mais leur statut a évolué, ils sont devenus commerçants.

Benitses s'agrippe à deux collines abruptes couvertes de cyprès et est exposées au soleil levant, ce qui au petit matin est un ravissement. Le seul petit inconvénient mais on s'y plie de bonne grâce, c'est que la commune se trouve en limite du cône d'atterrissage de l'aéroport de Corfou. Comme cela, du Vendredi au Lundi, vous assistez journellement à l'aterrissage de 10 à 30 charters anglais qui plongent devant vous vers la lagune de Chalikiopoulou surlaquelle flotte l'aéroport. En bout de piste, la chapelle de Pontikonissi souhaite la bienvenue ou bon voyage selon direction, vous n'y échapperez pas elle est de toutes les cartes postales de Corfou.

Benitses est desservie par une route côtière particulièrement tortueuse et très fréquentée. Cette route draine le sud de l'île et d'innombrables hôtels, qui, admirablement placés, rivalisent de laideur, l'Hôtel Resort, Kaiser Hôtel, ElGrèco, Oasis Hôtel, etc... . Visiblement les anglais semblent avoir une prédisposition pour assurer la clientèle de cette hôtellerie Low-cost, ils sont omniprésents, ils ont même importé leurs commerces « British », l'exotisme a ses limites.

Pour les guides touristiques Benitses n'a pas bonne réputation « elle n'a rien à proposer »... voilà un jugement définitif surprenant mais qui n'est pas pour nous déplaire car là comme ailleurs nous ne cherchons pas les vitrines mercantiles, les cafés branchés où les sites touristiques sanctuarisés. Nous cherchons l'imprévu, l'inattendu, l'anticonformisme... Pour Benitses, ses richesses sont intimistes, la ville les protége en son coeur, les garde comme un secret des dieux, les masque des convoitises touristiques, cette richesse est enfouie dans son décor naturel, fondue dans une envoûtante végétation, il faut fouiner, chercher, marcher, grimper, pour découvrir ces joyaux. Comme indice il y a bien ces vestiges, pans de mûrs, amorces de voûtes, sole de bains romains et quelques mosaïques, ce qui prouvent que sous la période romaine la ville a connu une période faste, mais cet indice en appelle un autre, qui dit bains,dit eaux et c'est justement là que la ville dispose d'un vrai capital : la Vallée des cascades.

Ces bains étaient alimentés par un aqueduc en pierre qui descendait de la montagne, un ouvrage démentiel pour un tel lieu et de tels bains mais il en était ainsi des volontés romaines, la main d'œuvre ne coûtait pas cher. Remontez au-dessus des bains, au-dessus de la ville, et là, vous arrivez dans un lieu comme nul autre en Grèce, une vallée encaissée qui s'enfonce, s'encastre, s'engorge dans la montagne, une vallée perdue qu'un filet d'eau a patiemment creusée, taillée, un étroit chemin tente de suivre le ru caché qui ne sait dissiper son éternel murmure cristallin, suivez le, là vous traversez un hameau perdu dans une luxuriante végétation, progressivement vous vous élevez dans le massif arboré, l'atmosphère se fait serein, on entre dans la félicité, l'amalgame des feuillages est de plus en plus impressionnant, il vous envahit et s'accapare maintenant la totalité du ciel, la chaleur écrasante du bas a fait place à une exquise fraîcheur qui devient bain de jouvence, on respire à plein poumons les senteurs des fougères, des vignes, des bougainvilliers, des figuiers, des orangers et des citronniers, vous traversez ici des ruines d'anciens moulins, là de petits ponts voûtés, vous empruntez des voies anciennes empierrées parfois dallées, des escaliers escarpés, de vénérables sentiers muletiers et là-haut, tout là-haut, vous parvenez au berceau de cette vallée.

 

On croit pénétrer dans un des tableaux de Gustave Doré, où le Céleste communie avec le terrestre dans une divine tragédie, dans un espace d'éternité enfermée sur lui-même. Oui, c'est là, au bout de ce chemin initiatique, difficilement praticable, après avoir passé une porte basse, d'étroits couloirs et un relief accidenté, oui c'est là dans cette lumière diaphane somptueuse, onctueuse, savoureuse, voluptueuse, c'est là que la terre perd ses eaux. De ses entrailles, par spasmes, par suintement, parfois vive et avec générosité, l'eau sort de la roche qu'elle a patiemment gavée.  Par de multiples interstices, de nombreuses failles, là, à l'abri des regards, dans l'obscurité d'une crypte, dans le crépuscule d'une caverne, l'eau devient lumière. Chacune des sources fait l'objet d'une attention particulière car les multiples naissances sont confinées dans des grottes protégées par une porte, un portillon comme un trésor jalousement gardé. Depuis les temps immémoriaux, depuis que les hommes sont passés par là, ce site et ses sources sont devenues un don du ciel, un don des dieux et font l'objet d'un culte, aujourd'hui encore, la croyance n'a pu s'empêcher de dédier un monument à cette exceptionnalité car au dessus, entourée d'ancestraux oliviers au corps noueux se dresse une frêle bâtisse, St Nikolaos Vrissiliotos, une chapelle blanche qui office encore et entretient la croyance à un dieu, à un seul, qui a fait en 7 jours  un monde parfait à son image mais un monde qu'il n'a pas souhaité habiter. Pourtant l'endroit respire ici la plénitude.

 

En été, au-delà le filet d'eau de surface est tari, seuls quelques puits permettent de voir çà et là que l'eau coule dans une rivière souterraine. D'où vient-t-elle ? de tout là-haut, de Mandraka, d'Aggi Deka ou de Gastouri. Au retour, une halte s'impose à l'Argo chez Spiros, sa base hôtelière est fraîche, au bord de la piscine lézardent ses clients russes, roumains, tchèques, anglais et polonais qui ont remplacé sa clientèle grecque durement frappée par la crise. Spiros est entouré de sa femme et de sa fille pour gérer sa petite affaire, N'hésitez pas à vous rafraîchir dans une ambiance bon enfant. Son hâvre est situé à 50 m sous l'église ou 100 m au-dessus de la boulangerie http://www.argobenitses.gr/

 

            

 

Le port est là encore tout neuf... enfin presque... reste à y effectuer le branchement des bornes qui restent en état, à finir les sanitaires, à faire la voirie encroûtés dans un éternel chantier. Sur les ports et leur équipement, l'explication est culturelle, comme pour l'immobilier, on ne finit rien donc on ne paye rien... c'est d'une simplicité... 

Suite à de nouveaux déboires moteur, nous avons trouvé un diéséliste pro (c'est rare ici, tous s'improvisent spécialiste de ceci ou cela mais rares sont ceux qui ont les compétences) et nous avons changé une partie de  la ligne d'alimentation du carburant qui avait subi les outrages des autres apprentis réparateurs. Nous effectuerons les essais dès que le temps le permettra.

Eh bien oui parlons du temps, car de ce côté il y a à dire, c'est vrai que si on retient de la Grèce les énormes incendies estivaux, il va sans dire que ce n'est pas à Corfou qu'ils se développent tant il pleut et que le vert est la couleur locale. L'île de Corfou est située, délimite, devrions-nous dire les eaux de la mer Ionienne et Adriatique, là où se confrontent aussi les vents, le Maistro qui vient du Nord des Balkans et le Sirocco qui vient bien sûr du Sud, cette ligne de démarcation ne cesse de bouger et est le théâtre d'un véritableconflit des masses d'air. Comme souvent en intersaison et en de tel lieu, cela donne de brusques changements climatiques difficilement détectables par les prévisionnistes. Comme Romar1 aime le calme sinon il roule méchamment son mécontentement d'un bord à l'autre, nous attendons que le marécage barométrique qui sévit sur l'Europe s'assèche un peu.

Sur les hauteurs de Benitses dominant Corfou se situe «  l'Achilleon », le palais d'été que Sissi s'est fait construire à la fin du XIX. « C'est mon Achille, c'est à lui que j'ai dédié mon palais car il représente à mes yeux l'âme grecque, la beauté de la terre et des hommes de ce pays. Je l'aime aussi pour être rapide comme Hermès, fort et persistant comme une montagne grecque, et dédaignant à son passage comme un nuage tous les rois et toutes les coutumes et lois ».

          

Sissi, l'impératrice                                   Le palais d'Achilleon                                Achille veille sur la baie 

La description d'Henri Miller est des plus caustiques, mais n'est-ce pas d'ailleurs un peu sa nature, dans le « Colossede Maroussi » il balaie ce palais d'une « loufoquerie » pompéienne. Il est vrai que si l'ensemble dispose d'une admirable vue sur la baie de Corfou et l'île aux souris, l'architecture, le décorum et les sculptures en font un site un tantinet mielleux, dégoulinant... mais à décharge, le palais a subi les affres du temps et de multiples affectations, Palais de Sissi, puis de la famille royale grecque avant de devenir celui du Kaiser « GuillaumeII », il fut transformé lors de la première guerre en hôpital par les serbes et les francais avant de devenir propriété de l'Etat grec, à la seconde guerre, il est réquisitionné par les italiens puis les allemands pour en faire leur poste de commandement, après la guerre, le site devient tour à tour, centre d'apprentissage, lieu de vacance pour les enseignants, puis un casino qui le restaure minutieusement avant que l'Etat ne le reprenne pour en faire un musée et un palais accueillant par deux fois des sommets de l'Union.

Sinon, ne croyez pas qu'en cette terre lointaine, nous soyons à l'abri de la planète foot, nenni, la coupe occupe comme dans nombreux pays du Monde une place privilégée, tous les restaurants, bars, commerces sont dotés de l'inévitable grand écran allumé à toute heure...s'il n'y a pas de débordements enflammés à l'issue des matchs quelques voitures arborent les couleurs des équipes du jour et roulent tambour battant, c'est à dire ici normalement.

Éliane et François nous ont rejoint pour quelques jours, nous ferons quelques aller retour à Corfou, la vie se déroule paisiblement au pied de la forteresse corfiotte, la quiètude du soir invite quotidiennement François à prendre son piano à bretelle et à nous jouer quelques airs marins. Le public alentour apprécie ses moments enchanteurs.

 

Comme le Sud de l'île ne nous est pas aussi familier que le Nord, nous avons loué une petite Fiat Panda toute neuve pour le découvrir. Il nous faut traverser la brume qui enveloppe les sommets de l'île pour parvenir par des voies goudronnées mais étroites et pentues à Chlomos, un petit village typique accroché à flan de montagnes avec une vue imprenable sur la mer Ionnienne. Le village est constitué d'un amas d'habitats anciens en surplomb d'une vallée escarpée mais généreusement végétalisée, les maisons sont drainées par nombre de ruelles et de multiples escaliers fraîchement dallées de pierre jaunes, ce qui confère à Chlomos une indéniable couleur touristique, les quelques tavernas rivalisent pour offrir la meilleure vue possible. Quelques vieilles qui semblent sorties des cartes postales sépia vaquent à leur occupation matutinale, nous échangeons quelques « Kalispéra », le "Bonjour" grec, certains tombent dans le vide probablement par saturation d'éphémères visiteurs.

Lefkimmi

La deuxième ville de l'île, Lefkimmi, paraît sans âge tant il est difficile de caractériser cette ville vieillotte qui s'étire sur d'ancien marais jusqu'à un canal pris dans la vase et qui abrite quelques caïques de pêche. Tirailler entre les temps modernes et les temps anciens, la vie y est modeste et l'économie  encore fortement rurale.

A l'entrée de la ville notons la présence çà et là d'ânes bâtés, ils ne sont pas là pour intégrer le décor photographique fort prisé des touristes en mal d'authenticité mais pour transporter toutes sortes d'ingrédients , paniers de légumes et de fruits, fourrage... Souvent ils sont menés par de vieilles femmes coiffées de leur traditionnelle pièce de tissus pliés, l'un et l'autre semblent résignés à porter les fardeaux de cette vie simple.

A l'extérieur de la ville une nouvelle avenue financée par l'Union Européenne descend à un grand port désert et dénué d'activité. Au bord de cette avenue fantoche se sont greffées quelques entreprises, mais les greffons ont défaillis et laissent place à des friches industrielles, seules les trois moyennes surfaces de type Lidl laissent espérer une raison d'être à cette avenue perdue.

Kassiopi :

Au Nord Est de l'île, face à l'Albanie, voilà Kassiopi. Construite sur une petite presqu'île surplombée par le Château des Angevins, une forteresse écrasée enveloppée par une forêt d'oliviers, d'orangers et de citronniers, au delà la côte est ciselée menue et présente une multitude de petites criques qui forment autant de plages très prisées par les touristes avertis. Au pied du château, le port où les plus grosses unités de pêche se sont muées en bateaux d'excursion.

 

A la tombée de la nuit, les quais s'agitent et deviennent lieu d'animation, de rencontres et de discussions. Au Nord, au delà de la mer, on distingue clairement l'Albanie qui ne semble pas souffrir de problème énergétique, la ville brille de mille feux et la longue promenade de Saranda forme à elle seule une illumination tout à fait occidentale...


Île d'Othoni

 

Othonoi, un petit caillou grec posé sous le talon de la botte italienne, un îlot de 10 km2 planté entre Italie, Grèce et Albanie. Le caillou entend bien rester hellénique face à l'envahisseur italien, une maison sur deux arbore le drapeau hellénique rayé bleu avec une croix blanche pour mieux déjouer les ritals qui débarquent aux beaux jours. Le village est là niché au fond de la baie, la rue principale faite de nids de poule aligne les 5 Tavernas dont une pizzeria et l'unique épicier de l'île. Les gens d'ici : des gens d'ailleurs pour tout dire tant ils sont rares à vivre ici à l'année, les autres sont des revenants en quelques sortes.

Dans les années 1910, la misère a fait fuir une partie de la population vers la terre promise, le nouveau monde, les photos sur la Taverna « New-York 1910 » relate cette histoire. Nombreux sont les insulaires qui ont quitté l'île pour faire fortune aux Amériques, les enfants et aujourd'hui les petits enfants ont suivi cette voie mais ces derniers reviendront-ils au pays ? les vieux en doutent. Interrogez les, tous se sont un temps exilés, qui, dans la restauration ou la marine marchande puis sont revenus ouvrir un petit business sur le caillou. Dans la réalité, une fois l'été passé, la plupart des "Othoniotes" vivent à Corfou, seule une petite centaine de personnes hiverne ici.

Toute simple, tranquille à souhait, la vie de l'île est rythmée par l'arrivée de la navette qui la dessert, l'approvisionne, la ravitaille car ici il n'y a rien, hormis en fin d'après-midi le retour d'une demi-douzaine de pêcheurs côtiers. Ils naviguent avec des caïques, des barcasses de bois, de 5 ou 6 mètres, tout bonnement dirigées à la barre franche. Beaucoup d'entre eux travaillent en couple. Une fois au port, la pêche débarquée, le pont rincé et les lignes à nouveau appâtées, c'est le repas du soir à bord avec les amis, les bouteilles circulent d'un bateau à l'autre, ce n'est que tard qu'ils rentreront dormir pour une courte nuit. Demain à 5 heures ils repartiront. Cette apparente quiétude laisse filtrer malgré tout une ambiance assez énigmatique, il est vrai qu'au centre d'une triade de pays dont l'Albanie qui se réveille d'une période de plomb, cet îlot recèle de multiples potentialités et fait l'objet d'une attention toute particulière des cost-guards. Et pour cause, d'incessantes allées et venues de bateaux rapides débarquent et/ou embarquent plus ou moins discrètement quelques personnes, quelques marchandises.

 

 

L'afflux touristique de l'île repose sur deux points, être une base de vacances proches de Corfou et surtout, être une escale incontournable pour qui fait la traversée entre Grèce et Italie, ledit canal d'Otranto, ligne de démarcation des mers Ionienne et Adriatique est une zone à la réputation difficile.

L'île vient d'agrandir à l'Est du village son port pour en faire une base tout à fait acceptable mais très controversée parce que mal protégée. Là encore tout est neuf donc rien n'est achevé et ni en service... promis, c'est la dernière fois que je mentionne ce mal endémique...

Aux WE des beaux jours la paisible cité s'anime, on nous a prévenu « Italia - Fiesta»...  le port accueille des « voileux » italiens qui viennent y faire la fête...  bientôt ils sont une dizaine, l'un « Dance » arrive en fanfare, accordéons, guitares, chants, assurément le WE s'annonce chaud. Un homme orchestre les arrivées, attribue les places, qui est-il ? le mystère est là entier, il n'est pas maire, nous saurons seulement qu'il s'appelle Tassos et qu'il tient une des 3 tavernas du village, il est partout où cela bouge, un pêcheur débarque, il arrive avec son puissant 4x4 noir, l'aide à la manoeuvre et repart avec son pochon de poissons... des plaisanciers arrivent, il est là, Tassos possède aussi un bateau de promenade et organise quelques excursions...

 

 La baie d'Ormos Ammos (Othoni) - En arrière plan dans la pointe Limini Avlaki (le port)

Nous mettons à profit la météo incertaine et ce n'est pas un euphémisme pour visiter Othoni et voir s'il se peut à partir du sommet de l'île (340m) l'Italie voisine, mais la voie goudronnéeet en lacet aboutit à un petit hameau inclus dans des oliviers, sublimes mais encore bien loin du sommet, par manque d'équipements nous n'irons pas tout en haut... mais cette montée révèle de magnifiques panoramas sur la baie et le village, tout autour ce n'est qu'un vaste massif impénétrable, une vue sublimée par les parfums qu'exalte la végétation méditerranéenne en pleine floraison à cette période de l'année, elle explose, nous nageons dans des baumes composés de sauges, de térébenthines, de genêts d'Espagne, de chênes kermes, de cistes, de lentisques, d'oliviers, de cyprès, d'amandiers, de genévriers et de myrtes... les "tsimboukaria", des cyclamens sauvages, très parfumées et très légèrement rosées. C'est l'ivresse avant l'heure.

 

Romar 1  amarré à Limin Avlaki 

Othonie :

Tranche de vie

Lundi 

5:00 :

Le jour se lève avec sa tête des mauvais jours, l'horizon lui a le front bas, il est bouché, autour de nous le petit port s'éveille, les moteurs comme les pêcheurs fument, toussent, crachotent, il faut sortir de cette torpeur matinale et partir en mer malgré le vent annoncé.

10 :00

Les dernières fratries de chats jouent dans la poussière moite du chemin. A droite, l'usine électrique et ses groupes électrogènes fournissent l'île en énergie, plus loin c'est le cimetière avec ses uniformes croix de marbre blanc, devant, l'église de son clocher séparé, elle porte en faîtage une enseigne : une croix de néon bleue allumée la nuit, probablement pour signaler que la maison de Dieu est ouverte 24/24, l'effet est baroque et mensonger car elle est souvent fermée. Plus loin, le village baigne dans une pesante chaleur printanière, les baromètres ont lourdement chuté, la vie s'est arrêtée. Ici, c'est la Mairie qui abrite également les Cost-Guards, plus loin, sous l'auvent d'un simili bar est garé un vieux pick-up japonais «de luxe» de marque Isuzu, il semble tout droit sortir de Bagdad Café, un de ces engins capables de traverser par lui-même les déserts et les mers pour rouler rouiller ici, la corrosion grignote petit à petit ses extrémités, ses multiples couches de peinture ne peuvent cacher l'origine des publicités qui servent de rustines métalliques à sa carrosserie, cet antique véhicule est la voiture de livraison de l'épicier. Devant ce vestige,  face à la mer, assis sur un banc et quelques sièges en plastique décoloré, des anciens sont alignés, ils attendent, regardent la baie ou bien la ligne d'horizon ou le néant ou bien encore l'infini. De temps en temps, un mot est lancé, mais ne rebondit pas, il s'écrase sur le sol en béton, personne n'a voulu le rattraper, il fait trop lourd, seul par intermittence, le son granuleux d'un Komboloï (chapelet grec), tournoyant autour de vieux doigts frotte le silence. Un homme passe dans la chaleur et lance un « yassas » (bonjour), parfois il est repris par l'un ou l'autre ou plus souvent laissé à l'abandon, sec sur le béton, parfois s'amorce une phrase, un échange, le dialogue s'installe, monte en puissance, puis s'essouffle au bout de quelques minutes, à bout de mots, le silence se réinstalle, se réapproprie l'espace un temps volé, ainsi va la vie ici à Othonoi, avec là comme ailleurs ses instants d'éternité...

 

Il nous faut quelques provisions, le« supermarket » est là adjacent au bar, pour y rentrer il faut emprunter une porte dérobée seule connue des initiés, la grand porte n'est ouverte que le soir de 18h à 22h, le lieu est haut de plafond, là accrochés aux poutres finissent de mûrir des seaux en plastique et autres ustensils, les murs sont couverts d'étagères qui, selon les rayons, montrent que certains produits sont indisponibles ou en petite quantité, on y trouve de tout de laquincaillerie à la droguerie, des produits frais à la vaisselle, vu l'état,certaines boîtes de conserve ont dû être fournies avec la voiture... L'épicier est d'une extrême gentillesse, il parle l'anglais avec cet incontournable accent américain qui lui sied si bien à l'image de sa casquette publicitaire vissée sur la tête, si faute d'or, il a abandonné ses dents aux Amériques, son visage finement ciselé par les ans et ses yeux clairs laissent percer le sourire d'une douce sérénité. Nos courses faites et payées, nous sortons mais le silence d'avant est couvert par un sourd bruit de fond sur lequel s'appuie un long coup de trompe, c'est la navette qui signale son approche ... Les vieux sortent de leur torpeur, se lèvent et s'avancent, l'épicier démarre les 6 cylindres de son carrosse corrodé et l'avance lentement vers l'embarcadère, devancé par quelques camionnettes, nous les rejoignons au point G de l'île. Les embarcadères sont toujours le point de convergence des insulaires, le quai de l'autre monde, celui des adieux et des retrouvailles, un lieu d'informations et d'échanges.

Sous l'œil vigilant du cost-guard, la navette « Pegasse » accoste, quelques touristes descendent... s'ensuit un déchargement de colis, cageots, sacs de pain, jerricans de carburants, packs de boissons, un inventaire de la vie matérielle de l'île, quelques m3 de marchandises désordonnées sont ainsi étalés à la poussière sur le quai, chacun prélève ce qui lui revient, après quoi on charge les bidons vides, de nouveaux cageots, de nouveaux colis, l'unique passager monte à bord avec ses bagages. Deux coups de corne « Pegasse » annoncent aux autochtones et aux cigales son départ imminent, il libère tous ses chevaux-vapeur pour manoeuvrer et rejoindre l'île-continent : Corfou....il est 12 heure, c'était le point culminant de la journée... maintenant, l'île peut replonger dans sa torpeur... jusqu'à demain...

14:00 Les derniers voiliers sont partis, reste un très beau motoryacht italien et Romar 1. C'est la somnolence qui s'installe doucement, il n'y a plus de mouvement, l'île est immobile, seule la mer inlassable s'active.

16:00 Curieusement, le port commence à faire l'objet de bien des attentions, des véhicules vont et viennent sur le vaste terre plein, certains s'arrêtent, observent et repartent... d'autres vérifient les amarres des quelques coques encore présentes, le baromètre joue au yoyo, depuis sa chute du matin, il se relève, péniblement...

17:00

Un voilier approche, il semble bien près des hauts-fonds qui sont là, signalés sur les cartes mais non balisés en mer. Emilio, le tout italien du « My Life » siffle, nous agitons les bras, nous ne sommes ni vus ni entendus... le voilier persiste et ignore les écueils qui sont là à quelques mètres devant lui. Soudain un grand bruit, le voilier stoppe net, il a heurté une des nombreuses roches sous un mètre d'eau. Après quelques instants d'incrédulité et de flottements qu'on perçoit à bord, le bateau bat arrière toute puis prend plein sud avec une vigie à l'avant, il arrivera au port sans plus d'encombre mais l'alerte a été chaude car laisser sa quille en ces lieux, c'est à coup sûr perdre le bateau.

Un camion de type « dernier taxi pour Tobrouk » débarque sur la cale, sac de pomme de terre, filet des produits du pays, pochons d'herbes, tout est chargé dans  un bateau rapide, 6 passagers embarquent, rapides signes d'adieu, ce sont ceux qui travaillent en Italie, le WE est fini. Chacun prend place et connaît par habitude les gestes pour larguer les amarres. Avec 600 chevaux, ils y seront à la nuit.

18:00

Tassos, l'activiste du port arrive en catastrophe, un fort coup de vent 8 BF du sud vient d'être annoncé, nous serions mal protégés ? il faut nous déplacer, la place des pêcheurs est libre car ils sont partis se protéger ailleurs, c'est rassurant. S'ensuit le déplacement de nos unités motorisées, il faut mettre le nez au vent, cela implique un ancrage plus un double amarrage, la protection des aussières. Ouf, nous sommes parés pour affronter le coup de Sirocco.

20:00

Installés au restaurant, nous avons droit aux infos grecques, à l'attaque israélienne du navire d'une ONG turque, de l'économie nationale qui suit le baromètre... ensuite l'inénarrable bulletin météo, plus de 30 minutes de prévisions météorologiques et marines, une émission à part entière, très très pointues, les cartes annoncent bien du 7/8 BF de Sud tournant demain en fin de journée au Nord/Ouest, c'est bien notre veine... mais que faire, nous ferons avec... La nuit est agitée, au milieu de la nuit les équipages se lèvent et veillent aux amarres car le vent est là et bien là mais à l'opposé de celui annoncé, plein Nord/Ouest, c'est-à-dire dans notre dos et il n'a aucune envie de virer au Sud comme annoncé. Cela dit une grosse houle rentre dans le port et berce bien notre nuit.

Ce matin, dépités, les italiens du « Troll » qui n'ont pas fermé l'œil quittent de bonne heure Othonoi pour rejoindre Corfou. « Good Trip »...un peu plus tard un anglais en navigateur solitaire viendra amarrer son voilier, puis ce sera celui de deux italiens qui rentrent en Italie, un coup de main en ces temps mouvementés n'est pas superflu, cela créé tout de suite un lien.

N'ayant pas trouver d'internet, un coup de fil en France nous indique que ce coup de vent va durer au moins 48 heures,il n'y a plus qu'à attendre. Ce matin, les cost-gards sont venus pour démarrer leur embarcation, rien, refus total d'obtempérer, le moteur refuse. Avis aux passeurs, aujourd'hui, la voie est libre aux trafics.

Tout ici est incompréhensible, dans le ciel azuré se tient un étrange rodéo de nuages blancs et gris, dessous la mer d'un bleu profondis dresse ses crêtes blanches, entre les deux, catalyseur plus que médiateur, le vent souffle, siffle, hurle parfois comme pour régler ce ballet indiscipliné mais rien n'y fait...le ciel reste indocile et les eaux impétueuses, l'île, spectatrice, reste immobile, seul Romar bouge... pourtant notre démarche sur terre prouverait que l'île bouge...

ïle de Mathraki (entre Corfou et Othoni) 

Samedi :

On pensait faire un saut sur le continent nous refaire un plein d'euro, allez savoir pourquoi, la navette annoncée n'est jamais venue. Qu'à cela ne tienne et c'est le bouquet, Spyros notre homme de la Tavernas revêtu du blouson des Cost-Guard part avec le chef des cost-guards sur le bateau de service. Mais que diable, pour quelle importante mission cet équipage est-il parti si vite ? nous auront la réponse à leur retour 3 heures plus tard, ils sont accompagnés d'un pope. Pardi, pas de navette, pas de pope, pas de messe, quand on dit que la religion et l'Etat ne font qu'un (article 3 de la constitution), l'exemple est là sur ce minuscule caillou.

La météo : le baromètre joue à on ne sait quel jeu, il baisse et monte brutalement comme si quelques traders jouaient sur l'indice du vent, en peu de temps, la mer évolue dans un sens ou un autre, Eole peut tourner en quelques minutes et les prévisions se montrent rarement bonnes.

Cela fait huit jours que nous sommes bloqués ici, on connaît tout le monde et tout le monde nous connaît, mais nos liquidités ont des limites ici sans distributeur, il nous faut prendre une décision ou bien rebroussé chemin ou faire le saut vers l'Italie. Le choix est clair, la météo est bonne pour là où nous sommes mais n'est pas bonne du tout pour notre destination, l'Italie.

 

 


Publié à 22:08, le 28/12/2010,
Mots clefs : transeuropeaLouis-Marie Bosseauothonoicorfumer ionnienneOthoniecorfouGrèceBateaunavigation

{ Lien }

De Thessalonique à Kiato (Golfe de Corinthe)

La marina s'avère fort prétentieuse et n'a d'yeux que pour les grosses unités qui viennent s'exhiber ici. Le lieu est très cher, l'amabilité calculée sur votre étendue financière. De service ? n'y comptez pas, aucun, absolument aucun, informations pratiques sur la ville, documentation sur la région, de quelle ville ? de quelle région ? Ne cherchez pas, il n'y a rien. J'oubliais pour pimenter, ou plus exactement pour corser le lieu, le port est situé au pied d'une colline meublée de bars de nuit et de boîtes qui déversent en contrebas des amalgames techno, des décibels saturés, les vibrations sont garanties pour la nuit... Ce quartier est, il est vrai, celui de la Jetset de Thessa. Pour s'en convaincre, il suffit de monter au sunset boulevard, où s'étalent par dizaines des bars ultra branchés et restaurants huppés et où s'enfilent les derniers to model, les derniers modèles du salon de l'auto version cabriolets et grosses berlines... ça donne... La nuit s'annonçait musicale, elle le fût... Bon, comme Thessalonique, on a déjà vu, nous n'avons qu'une envie : fuir , fuir au plus vite...

 

Le Mont Olympe et Platamonia

Etape de 46 miles, la longue traversée de la baie de Thessalonique en laissant au loin les raffineries et autres activités portuaires et la mer est d'une huile bleutée, aucune ride, le calme plat... à quelques miles un petit vent d'Ouest fraîchement raffiné vient nous embaumer. Notre objectif initial était Pydna mais le port encombré de barques de pêche s'avère si minuscule que l'annexe y ferait figure de navire et pour parfaire le tableau le lieu n'a rien de paradisiaque, baraques défoncés, ateliers en tôles rouillées, quais surchargés de mille ferrailles, l'endroit est pour le moins inhospitalier. Nous longeons donc la côte, sur la carte, le port de Paralia paraît tout à fait acceptable mais, oh rage, son accès est bouché par une barge dotée d'une puissante grue, le port est fermé pour cause travaux et qui plus est, une fête foraine est installé sur ses quais, après la Techno les flonflons, bonjour la nuit, non merci. Nous filons au Sud et passons au pied du Mont Olympe, le sommet à 3000 m est noyé dans des nuages qui s'accrochent à lui comme des berniques. Voilà notre port, il est refait à neuf et astucieusement divisé en 3 bassins, un pour la pêche, un pour les petites embarcations et un pour la plaisance, des quais équipés de bornes, c'est Byzance... non c'est Platamonia. Là comme ailleurs, tout est prévu, tout est prêt, sauf l'organisation humaine pour le faire fonctionner. Capitainerie, sanitaires, bornes électriques, prises d'eau, tout est là, fraîchement inaugurés mais l'intendance ne suit pas, rien n'est ouvert, rien n'est branché. Faute d'avoir eu la fête foraine, nous avons eu droit à quelques  gâteries "classées X", pensant être seul au monde, un jeune couple est venu faire leur petite affaire, pensez donc sous nos hublots, engager en trois temps, une parade en trois mouvements qui n'avait rien de nuptiale, pour sitôt fait s'engueuler... non mais...

 

au fond le mont Olympe 

10 Juillet

Platamonia / Stomio (10Mn)

Une petite brise force 3 est bien présente, comme la houle devient cassante et hachée, que le vent monte, nous naviguons que deux heures pour nous poser à Stomio, une petite ville, que dis-je un village côtier un tantinet suranné. En surplomb, l'ancien village aux maisons authentiques distribuées par des raidillons particulièrement ardus pour une population visiblement âgée, mais il fait chaud et c'est l'heure de la sieste, quand on dit heure, il faudrait mieux parler au pluriel car la sieste grecque se fait de 15 à 17... et à ces heures plus rien ne bouge, plus rien ne bruisse, même les insectes se taisent, c'est l'heure du chaos estival où seul règne le soleil.

 

Samedi 11 Juillet

Stomio / Agiocampos ( 16Mn)

Alors que nous quittons le port, un pêcheur nous fait signe que le temps va changer, il est vrai que des nuages menaçants arrivent au loin, nous rebroussons chemin, une bonne décision car une bourrasque et une grosse averse viennent balayer le port. La dernière goutte évaporée et l'azur retrouvé, nous quittons pour de bon Stomio. Nous longeons une côte ciselée, falaises escapées, petites plages camouflées dans des criques étriquées... se succèdent. 

 

Le bateau va bien, la brise est légère. le paysage se métamorphose. Si les sommets du PELION sont nus et de pure minéralité, les basses montagnes appelées «montagnes noires » sont, quant à elles, densément boisées et impénétrables. A partir de là nous longeons une côte inabordable, inaccostable, limite...barbare.
 
 
 
Qu'ils soient français, roumains ou grecques, tous ont cette propension existentielle à faire des remous, nous parlons des Costs-Guards, leur bateau s'arrête dans une superbe gerbe d'eau à un mètre de Romar 1 qui n'apprécie guère ce genre d'approche. Alors que les deux bateaux se touchent, ils nous interrogent par VHF : ils veulent connaître notre destination ? Nous improvisons une réponse car rien n'est déterminé, ils n'en demandent pas plus. Sans doute des oiseaux de mauvaise augure car peu de temps après le ciel se charge noir, le baromètre bascule et le vent forcit en quelques minutes de 2 à 4 BF, heureusement il nous reste 3 Mn avec des méchantes lames de travers pour nous abriter à Agiocampos. Là encore, nous ne disposions que d'une vue satellite de Google Earth, nos cartes marines ne marquent rien hormis un brin d'abri pour barcasse mais derrière se cache en fait un nouveau port (désert parce non répertorié). Le long quai est doté de nombreuses bornes bien sûr non branchées, comble du modernisme ou de l'ironie, elles disposent de prises RJ45 pour que les bateaux branchent un téléphone filaire. L'ensemble est fort bien protégé par des môles constitués d'énormes tripodes en béton culbutés en vrac.
 
 
Sont à quai 3 voiliers ukrainiens arraisonnés par les « Costs-Guards » grecs, sans entretien et ainsi abandonnés leurs jours à flot sont comptés. Tout au bout, un bateau de pêche grec de 80 pieds attend que la mer se calme, l'équipage est constitué exclusivement d'Egyptiens, ils mangent et dorment à même le pont bâché ou dans la cale. Bien qu'éloignés de la ville les quais sont comme partout des espaces très prisés par les pêcheurs à la ligne à la pointe de la modernité, détection ultrasonique de touches, bips électroniques, bouchons luminescents, manque plus que l'ipad pour communiquer avec l'appât et aiguiller la prise. Le lieu doit être bon car les technos pêcheurs se relaient jour et nuit dans un incessant va et vient, bizarrerie, on ne les voit jamais rien pêcher.
 
          
 
«Comme le port a été inauguré l'an dernier, pour son alimentation, il faudra attendre la prochaine inauguration» plaisante un grec de passage, fin connaisseur du système hellénique. L'après-midi c'est un incessant défilé de visiteurs, l'un d'eux s'arrête, se présente en français, il est avocat, inscrit au barreau de Larissa (la capitale régionale), donne des cours de Droit et a étudié le français au Lycée, etc... le dialogue s'instaure et l'invitons à s'asseoir à bord pour continuer cette agréable conversation... L'homme a dans les 45 ans, nous remarquons rapidement sa propension à se signer dès qu'un nom de saint est prononcé, notre remarque confirme l'emprise de la foi sur cet homme de loi... mon prénom Louis-Marie est pour lui une hérésie, je suis un homme et avoir la mixité dans mon double prénom relève du sacrilège, quasiment du blasphème et il se signe trois fois encore, 3 signes de croix triangulés et à l'envers... comme pour s'expier ou pour conjurer je ne sais quel mauvais sort. La prudence nous porte vers d'autres sujets, nous passons à notre itinéraire, là encore, indéniablement nous sommes sur les pas de St Paul, je vous le dis, c'est un signe, passés au pied du Mont Athos, là encore, nous sommes bientôt des envoyés divins, nous essayons bien de lui faire prendre conscience que le pouvoir religieux est ici omniprésent, que la richesse appartient à l'église et que la République du Mont Athos est anti-européenne, là nous franchissons la limite et sommes en état de péché mortel, cela nous vaudra plus de signes de croix que de réponse consistante...l'homme est, devrons nous conclure, particulièrement illuminé, l'avocat de Christ Jésus. Notre homme céleste se rend régulièrement sur la montagne sacrée voir son confesseur et se ressourcer... il y trouve une énergie telle qu'à la fin il lévite... oui oui 1 bon mètre nous fait-il de la main. A son départ, il nous signifiera sa déception de n'avoir converti ces âmes damnées. Impies, nous sommes, impies, nous vivons, impies nous mourrons, Amen.
 
 
 


La mer Egée fait encore sa tête des mauvais jours, clouant un peu plus Romar 1 dans ce coin perdu. En cette fin d'après-midi saturnienne, nous parcourons Agiocampos. La ville est filiforme, toute allongée sur son front de mer, avec une promenade parsemée de commerces, bars et restaurants aux constructions hétéroclites, les rues et parkings sont gorgés de voitures, l'immense plage est sectorisée et chaque tronçon est géré par un bar de plage avec équipements musicales, plagistes, chaises longues et parasols.

 

 

 

 

Malgré la mer survitaminée la population est là, allongée baignant dans une atmosphère saturée de décibels survoltés. Un peu en retrait, loin de ce vacarme, nous apprécions nos rafraîchissements. Soudainement, derrière la pointe, le ciel se plombe d'un noir profond, d'un noir menaçant, une lourde chape céleste avance lentement, inexorablement, obscurcissant progressivement tout ce qu'elle recouvre, avalant la lumière et repoussant au large le soleil, le jour se fait nuit. En quelques minutes le vent se lève, s'engouffre, s'amplifie, il prend de la force, il devient violent et entend bien tout déménager... et de fait, le grand nettoyage commence, les touristes un instant médusés, s'agitent, paniquent, s'affolent, ils veulent plier chaises longues, serviettes et parasols, mais le vent leur arrache des mains, contraints d'abandonner face à un ennemi invisible, ils se replient médusés, s'enfuient en sauvant quelques affaires, le joug d'Éole les expulsent, ils courent, propulsés, chassés par le vent, ils tentent de quitter ce chaos, tout vole, tout s'envole en d'incontrôlables aéronefs, les parasols sont devenus javelots acérés, les transats bondissent dans des pas de géants désarticulés, même le sable se lève et s'enfuit en de longs nuages gris. fuir cet apocalypse en voiture, impossible, la route côtières est un imbroglio d'automobiles dans lequel les containers poubelles qui ont pris les voiles roulent tout couvercle battant et jouent aux auto tamponneuses.

 

Nous interceptons une voiture qui tente un demi-tour dans cette grande foire, cette grande débandade, nous enjoignons son jeune conducteur paniqué de nous transporter au port pour renforcer les amarres du bateau, il est désappointé devant cette marée d'objets volants et de voitures en tous sens... qu'importe, nous arrivons, le remercions vivement.

Une fois le bateau mis à l'abri de la pluie, nous regardons passer au large cette mini tornade et quelques minutes plus tard, le ciel est de nouveau bleu, le vent est tombé, que s'est-il passé : rien. Le lendemain nous constaterons que les gargotes ont été sévèrement touchées, parasols, chaises amoncelées, serviettes et toiles accrochées dans les arbres, portiques et mats couchés, enseignes et sonos arrachées... une plage de désolation... la musique s'est tue.

Mardi 14 Juillet

Agiocampos / Kamari

 

A 5 H, le bateau de pêche parti hier soir rentre au port pour décharger sa cargaison, au moment de notre départ, les égyptiens viennent nous apporter 2 kg d'anchois que nous préparons illico en marinade. Malgré le beau temps apparent, la houle résiduelle de 4 Bf est appelée à se renforçer, notre volonté de changer d'air nous pousse à partir longer les côtes Thessaliques. La montagne est toujours là, les rives y sont toujours escarpées, colorées de quelques villages et animées de colonies de cigales. Bien que l'entrée du port de Karami soit imperceptible, nous parvenons à la découvrir, le lieu est charmant, bucolique, un long quai, peu de bateaux, quelques barques mouillent au milieu du petit bassin. Le village situé à 2 km est un hâvre de paix et de toute beauté.

 

 

Mercredi 17 Juillet

Kamari / Kiriaki (40 Mn)

Nous laissons à notre gauche l'île de Skiatos (qui fait partie des Sporades) pour nous engager le long de l'île d'Evia que l'on va accompagner jusqu'au sud de la Grèce...

 

 
en rose, l'île d'Evia
 
La houle se lève et la navigation devient inconfortable, le petit port de Platania est saturé, nous filons vers le Golfe de Volos situé à 12 miles, nous savons qu'ils existent des mouillages bien protégés et des petits ports mais cela devient dur, les quelques voiliers qui sont dans le secteur éprouvent également des difficultés car le vent ne cesse de tourner et la houle ne sait plus quel sens prendre. Au fond d'une grande baie est niché un superbe village de pêcheurs, c'est Kiriaki, le village est construit au ras des quais nous optons pour une place derrière un voilier danois, nous accostons quasiment dans les tavernas. Le village est aussi authentique que tranquille qui s'avère être une très belle escale.

 

         

Mercredi 19 et jeudi 20 Juillet

Kiriaki /Livanates / Khalkis

En avant toute, pendant quelques jours nous allons parcourir le vaste bras de mer qui sépare les 200 km de l'île d'Evia du continent. Pour l'heure cap sur Rahes, une ville située au Nord de cette espace maritime. Montagnes arides, petites cités côtières et carrières à ciel ouvert se succèdent ? Rahé, un ancien port de pêche mué en port de plaisance, malheureusement s'il dispose de tous les commerces, aucun n'accepte la CB, de la monnaie en plastique, nous sommes bien dans le pays des espèces sonnantes et trébuchantes. Comme la charmante cité balnéaire n'offre ni banque, ni distribank, et comme nous sommes à sec, la seule solution pour manger est d'aller voir ailleurs, là où niche un distributeur.

         

A 20 miles au Sud, Livanates disposerait d'un robot argenté. En avant toute. Bien que le port ne soit pas dimensionné pour accueillir une unité telle Romar 1, nous nous blotissons, en biais et en bout de quai, pas idéale mais suffisant. La ville isolée, esseulée, possède quand même une boîte aux trésors, c'est bon pour le ravitaillement.

                                 

KHALKIS 

Le lendemain, direction Khalkis, étape obligée pour qui emprunte cette passe maritime car Kalkis est un isthme doté d'un pont très bas, un pont mobile qui ne coulisse qu'une fois par jour, par nuit devrais je dire car ce pont à péage ne s'ouvre brièvement qu'à la renverse de la marée, en pleine nuit, juste le temps nécessaire pour faire passer les bateaux en attente, un retard de votre part, et hop vous serez bon pour le lendemain. Amarré en plein cagnard le long du quai en pleine ville, nous sommes au cœur des décibels des bars branchés. Allons remplir les formalités, le bureau du péage nécessite un jeu de piste, quand aux formalités, là aussi cela tourne à la farce, pour payer des redevances, Romar 1 a connu des calculs sur le volume en tonneaux, sur la longueur en mètres ou des ratios longueur / largeur calculés en pieds, jamais sur son poids, c'est chose faite, la logique s'appuie ici sur la bascule, plus votre bateau est lourd plus le péage sera pesant ??? 55 € pour 15 T. Tout est lourd ici, c'est lassant, agaçant, compliqué et irrationnel, et pompon, la peu aimable administration locale ne connaît pas la carte bleue, seules ne sont admises des espèces. Mettez-vous en attente sur le canal 12, nous vous donnerons les instructions. A 19.00 - verdict, soyez prêts, vous passerez entre 20 heure et minuit, voilà qui relève d'une précision hellènique.

 

23 H la VHF crépite, l'ordre est inverse de celui de 19.00 ? nous passerons les derniers, et oui nous sommes arrivés les premiers ? Logique ? Non, le fort courant qui coure depuis 21 h s'est calmé, le pont glisse doucement et son ouverture relève du spectacle, par centaines les spectateurs applaudissent, commentent, filment, photographient, les dix bateaux montants s'alignent coté ville hors du chenal pour laisser le passage aux descendants... c'est bon c'est à nous, nous faisons office de bateaux balaie sous des crépitement de flashs.

 

Sitôt le pont franchit nous plongeons dans l'oubli et dans la nuit, nous suivons notre petite flotte qui rapidement s'éparpille, certains filent, d'autres vont mouiller dans une anse quasi invisible, nous préférons les pontons du port de plaisance mais la passe cachée par le quai industriel n'est pas signalée et donc difficile à trouver dans l'obscurité. Pas une ombre de mat, pas une ombre de coque, le port est désert et énigmatique ? Qu'importe un ponton se présente à nous, ne le rejetons pas, un rapide coup d'œil nous indique que les bornes d'énergie sont neuves mais déjà hors d'usage. Nous apprendrons que le port est fermé pour cause de vacances... logique en juillet. Non ?

 

Vendredi 19 Juillet

Khalkis / Oropos / Panagia

 

Aux premières lueurs nous quittons le port semi désertique de Khalkis, cap sur Oropos, la mer est plate et parcourue de légers frémissements sous les volutes de vent, à bâbord, les monts de l'île d'Obé sont d'un total dénuement, quelques rachitiques arbrisseaux peinent à vivre. Côté continent le paysage est aussi plat que la mer, rien ne dépasse si ce n'est quelques cyprès esseulés. S'ouvre à nous la ville d'Oropo avec à l'ouest le port des ferries et devant la cité, le bassin du port mixte pêche et plaisance. Pour la plaisance seuls sont admis les bateaux grecs, ce qui fait bien peu de places pour les pavillons étrangers, quoique une place nous convient dans l'angle, en quelques manœuvres, nous nous y glissons. Mais les versions divergent, certains pêcheurs nous autorisent d'autres veulent nous refouler, qu'importe, nous allons faire quelques courses dans cette ville agréable et particulièrement bien achalandée. Un responsable du port nous retrouvera et nous demandera de quitter rapidement les lieux car le port est réservé aux grecs et qu'une grosse unité arrive, bien que surpris, nous nous exécutons. On ne veut pas de nous, qu'à cela tienne, nous irons voir ailleurs.

 

 

 Bien que les couleurs de l'Europe flottent, le port serait réservé aux Grecs ? 

En avant tout, les guides et cartes nous désignent Panagia. Nous entrons par l'échancrure d'un massif abrupt et aride dans la vaste baie d'Almiropotamou, l'entrée est marquée par les vastes bassins circulaires d'une ferme marine. Nous voici devant les quais de la petite ville, une chance pas ou peu de bateaux y sont amarrés. Là encore, il y a divergence, une personne nous fait signe d'accoster mais au moment où nous mettons pied à terre, un restaurateur vient nous dire qu'il faut illico partir car un bateau à passager est attendu et de nous montrer l'autre côté de la baie où plusieurs voiliers sont au mouillage. Ne cherchant pas la contradiction, ils ne veulent pas de nous, qu'importe, allons en face. Tant et si bien qu'à la nuit tombante, une dizaine de bateaux mouillent dans ce coin de baie tandis que le quai est toujours vide. Ce doit être cela l'accueil grec...

 

 

 

Samedi 20 juillet

Panayia / Lavrio

Le soleil se lève sur la baie, juste un léger souci, les repères ont bougé, il semble que nous soyons déjà partis, vite un coup d'œil au sondeur, bizarrerie, il indique 70 m au lieu des 7 m d'hier soir, assurément avec 30 m de chaîne, l'ancre ne tient plus, le voilier français est comme nous, il dérive. Nous remontons la ligne de mouillage et quittons la baie. Heureusement que cela ne s'est pas produit durant la nuit, l'alarme n'était pas branchée, où serions-nous ? de l'autre coté de la baie a frotté le quai interdit ?

 

Longeant la côte de l'Attique, nous passons Marathon mais le site est militarisé avec interdiction de pénétrer dans la baie, nous longeons Rafna pour parvenir à Rafti. Cette côte jadis aride vit pour l'heure d'une urbanisation sauvage et agressive, les espaces libres se font très rares, même les collines les plus inhospitalières sont mitées de complexes immobiliers. Notre désir de nous y poser est vite balayé par le débordement d'un nautisme puissamment motorisé. Nous mouillerons deux heures à l'abri d'un îlot au calme tout relatif car nombre de bateaux passent et repassent, nous larguant vagues et vapeur de benzine.

 

Nous tentons de trouver un point plus charmant près du cap Sounion, la pointe sud de la Grèce continentale. Comme nous passons devant, nous lançons un appel VHF à l'Olympic Marina, là encore le silence règne. Nous tentons d'y faire une halte, mais dès l'entrée, le gardien du port nous refuse l'accès au motif que le port est complet, une vue de l'esprit plutôt fantaisiste car de la place il y en a ! Nous nous rabattons sur Lavrio à 2 miles de là. Ce grand port mixte : commerce, ferries, pêche et plaisance n'offre guère de places, après longue négociation Romar1 se trouvera un bout de quai à cul dans la zone « charters ». Bien sûr, à peine posé, un quidam prétendument capitaine vient réclamer son dû, mais sans reçu, pas d'argent...

 

Le lendemain, la météo s'est dégradée, du 7 BF est annoncé pour plusieurs jours. Nous profitons de ce répit à l'abri pour visiter cette ancienne ville minière. Grâce aux fonds européens, la cité restaure les vestiges d'un passé argentifère qui a longtemps été l'apanage d'une société française. Soucieux de creuser ce passé nous tenons à visiter le musée de la mine, mais il est fermé, alors allons au musée archéologique, fermé... Décidément la chance ne semble pas inscrite ou dans nos gènes ou dans ceux de la ville. Pourtant les panneaux annonçant des financements européens sont légions, mais là comme ailleurs en Grèce, on investit en oubliant juste le budget de fonctionnement, cela parait chronique. Décidément l'accueil n'est pas la vertu cardinale dans cette portion du pays.

    

                    Le minerai de Lavrio                           Sculpture : les mineurs                  L'embarcadère minéralier Eiffel (classé) 

Au cours de la semaine nous serons dérangés par un convoyeur de chez Vernicos gêné par notre présence, plusieurs fois il manifestera sa mauvaise humeur par des propos particulièrement injurieux accompagnés de signes aussi déplacés que significatifs, un coup de pouce tranchant la gorge... un signe courant dans cette contrée...

Au bout de la maigre avenue crachote d'une mauvaise sono un discours inaudible, un pope en tenue d'office s'adresse à quelques personnes debout dans le carrefour, la circulation est bloquée. L'homélie achevée, se met en place un étrange cortège avec dans l'ordre sur la grille de départ, la voiture de police tous gyrophares allumés, la fanfare municipale suivie de loin par le pope et les porteurs d'un autel où repose une immense icône de Ste Anne, derrière une nouvelle flopée de dignitaires religieux en habit de lumière, talonnés par les représentants des corps dé.constitués, politiques, armées, police, enfin pour clore la procession le bon peuple... et pendant toute cette calvacade de plus d'une heure, les cloches sonnent, sonnent, sonnent... des cloches que les bars tentent de couvrir en déversant des flots de musique disco... c'est la fête aux décibels...

  

Le jeudi après-midi, la mer ne s'est guère améliorée et nous décidons de changer de places pour laisser la quai aux charters du vendredi. La manœuvre n'est pas aisée car dans le port très sale traînent beaucoup de corps morts et de nombreuses aiguilles d'amarrage. Alors que Romar1 se trouve au milieu du bassin, il est un bref instant brutalement retenu puis poursuit sa route, point mort pour vérifier, tout semble aller, l'hélice a dû cisailler un lien inopportun, mais quelques secondes plus tard, l'alarme, tous les voyants s'allument, le moteur cale et ne veut pas repartir, je saute ouvrir la cale, horreur, le fond du bateau est une mare d'huile. Reprenant la barre, je laisse le bateau poursuivre son erre et vise le quai du port de commerce qui est là devant, l'accostage moteur arrêté est sportif dans la forte houle. Les amarres passées, le constat est rapide, le moteur 6 cylindres de près d'une demi tonne a bougé, ses supports sont cisaillés, le périple s'arrêtera là. Le moral a pris un sérieux coup...

 

Après moult péripéties avec les autorités portuaires il est décidé de sortir le bateau de l'eau le lundi. Autant vous dire que le week-end n'est pas joyeux d'autant plus que ce quai est perdu au bout du port industriel et est soumis à la houle et aux remous des ferries...

                

Romar 1 est mis sur son brancard

Lundi, le grutier est là avec grue et camion. Romar1 est emmené sur son brancard loin des regards, à  500 m de là dans un sinistre no man's land contigu au port. Le propriétaire du lieu est déjà là et réclame déjà de lamonnaie. Le mécanicien marin tout proche vient faire le diagnostic :« c'est grave » merci mais encore « il faut sortir le moteur pour évaluer les dégâts ». L'assurance «Allianz» prévenue depuis le vendredi nous envoie après moult relances un expert d'Athénes (Spyros Karamalis). Le mercredi suivant l'expert arrive mais sa corpulence non-marathonienne l'empêche de monter à bord, il envoie donc son dandy de fils à bord mais le minet refuse de descendre dans la cale par peur de se salir, difficile dans ces conditions d'établir un diagnostic. J'y descends et prends pour la deuxième fois les photos des points importants. L'expert reprend à son compte les propos du mécano, à vrai dire, il s'avère que c'est un de ses anciens employés, « il faut sortir le moteur ». Ok, comment voulez-vous procéder, leur méthode est simplicisme : couper le bateau en deux, rien de moins. Sceptique, j'envoie un mail au constructeur, sa prompte réponse est claire : Qui sont ses mécaniciens ? il n'est pas absolument pas nécessaire de trancher un bateau pour sortir le moteur. L'expert et le mécanicien campent sur leur position et ne veulent pas entendre parler de la méthode douce du constructeur. Que faire, l'assurance voue une confiance aveugle dans son expert et veut nous obliger à suivre sa méthode, cela tourne aigre.

          

Le boot (cordage) qui a fait office d'arrache-moteur et les fixations coupées net 

 

Faute de ne pouvoir vivre à bord, nous nous rabattons sur le seul hôtel de la région situé à 5 km de Lavrio ? Pendant 10 jours nous nous discutons avec le mécanicien, l'expert et l'assurance pour faire évoluer la situation, rien n'y fait, c'est la ronde des sangsues, un prétendu menuisier vient sur conseil du mécanicien démonter les boiseries préalable à la découpe du bateau, un électricien s'invite pour déposer le réseau électrique, un autre l'électronique, tous réclament d'être payés cash avant le travail, l'assurance par téléphone accepte et nous demande d'engager les travaux, mais sans papier desdites entreprises nous refusons. Il faut dire que les quelques bateaux étrangers parqués près de Romar ont de quoi nous faire douter, ils sont tous partiellement démontés et sont abandonnés. Les conditions ne nous semblent pas bonnes, la confiance n'est pas de mise.

    

Romar 1 et ses voisins d'infortune dans le no man's land gravement pollué de l'arrière port

(une zone au coût prohibitif) 

Las de ces palabres et épuisés, nous décidons de rentrer en France. Allianz ne veut pas nous suivre, nous envisageons toutes les possibilités, un rapatriement par la route, par la mer, une réparation au Pirée ou ailleurs. Ayant quelques notions de mécanique, avant de partir je constitue un solide dossier technique pour avoir d'autres avis, constructeur et mécaniciens marins français. Le chantier naval m'envoie ses recommandations, mes mécanos français les leurs, elles se recoupent, seule l'assurance se range à l'avis de l'expert. Il a déjà pré-chiffré les travaux pour permettre un diagnostic à 15 000 euro, prix hors réparations ni le probable changement du moteur, tiens donc... De retour en France, je croise aux fêtes de l'Erdre, Pascal, le patron charentais du « Dépôt du moteur », grand spécialiste des moteurs marins, je lui donne illico le feux vert pour trouver les pièces nécessaires, ce qui sera chose faite en 48 heures, ils me livrent les pièces dans la semaine et me propose de venir faire le travail en Grèce après ses vacances, on ne peut rêver mieux. Chiche.

Je réserve 4 places d'avion pour Octobre. Partis la veille avec Laurent nous pompons l'huile qui souille la cale et mettons en place le logistique nécessaire et préparons l'arrivée des sauveteurs.

Arrivés de la veille au soir, ils plongent à 7 h du matin dans la cale, le moteur est repositionné, les pièces changées. A 17 h précise, je tourne la clé, le moteur démarre comme si rien ne s'était passé, encore une heure de vérifications diverses, l'opération est terminée. N'ayant pas prévu un dépannage aussi rapide il me faut réserver urgemment des places dans l'avion du lendemain matin. Ouzo, Retzina, coktails divers arroseront ce dépannage express.

BRAVO PASCAL, BRAVO PATRICE. MERCI AUSSI A LAURENT qui a profité de cette sortie pour faire à Romar un lifting, antifouling... entre deux plongées dans la décharge sous-marine de Lavrio.

Vous voulez savoir, à la suite d'un courrier d'avocat, Allianz a réglé sans rechigner l'intégralité des frais inhérents à l'incident, cela correspondait à 70% de la pré-expertise ??? Nous sommes bien bons...

     

Lavrio /Aegina

Comme il n'est aucunement dans notre intention de laisser Romar1 dans cet univers hostile, nous le faisons mettre à l'eau le surlendemain de la réparation afin de balayer au plus vite ces mauvais souvenirs. Hormis quelques péripéties propres à cette région comme la nécessité d'une liasse de papiers à remplir et quelques  billets (of course) pour le mettre à l'eau puis une évidente mauvaise foi pour obtenir le plein d'eau, nous larguons les amarres pour le Cap Sounion. Nous avons hâte dépasser sous le temple de Poséïdon qui marque la pointe sud de la Grèce continentale.

 

Direction Aegina, une île sagement posée entre Athénes et le Pélopenèse. La météo est parfaite et la navigation agréable. Quelques heuresqui suffisent à gommer ses 3 mois de galère. Aegina est un lieu enchanteur et l'accueil d'une tout autre teneur. Dès notre arrivée au quai principal face aux terrasses, le responsable du port arrive en scooter, nous aide à l'amarrage, nous explique le fonctionnement des bornes, nous fait payer de symboliques euros et nous souhaite un agréable séjour. Si, si cela existe.

 

Nous sommes faibles, Aegina, nous plaît d'emblée. La ville vit du tourisme et le sait, la navette qui ne fait qu'aller et venir du Pirée déverse à chaque passage sa cohorte de japonais, américains, européens... qui viennent déambuler dans ce dédale de ruelles commerciales pour celle près de la promenade. Partout les étals débordent amplement, on y trouve de tout, commerces spécialisés, accastillage, quincaillerie, drogueries, épiceries et habillement.

 

 

7 Avril

Délaissant  Athènes noyée dans sa pollution, nous mettons cap au Nord du Golfe de Saronique pour franchir le Canal de Corinthe et trouver la mer Ionienne. Ce canal est un vieux rêve que Néron aurait eu ? Mais ce n'est qu'en 1894 que le rêve impérial verra le jour, après 12 ans de travaux herculéens, un consortium français l'ayant financé c'est un bateau français qui le franchira le premier le « Notre Dame du Salut ». No Comment. Reconnaissons que les 6,5 km de passage dans cette saignée d'ocre haute de 50 m est grandiose, le prix de cette grandeur : 150 €  pour un 12m. Heureusement qu'au péage les cartes bancaires sont acceptées.

 

Arrivée à Corinthe, dès l'entrée du port, un ponton est à notre disposition. Renâclant à monter visiter l'ancienne ville là haut sur la montagne, nous nous rabattons sur la ville neuve. Rien de particulier, si ce n'est que l'architecture ou plus exactement l'absence d'architecture fait de cette ville reconstruite après le terrible tremblement de terre de 1858, une ville pour nous sans âme, sans grand intérêt. Au cours de la nuit, à deux reprises, il faut nous lever pour faire fuir des intrus qui, avec beaucoup d'aplomb, tentent de glaner quelques objets ou argent ? C'est pas la peine de s'éterniser ici. Filons sur Kiato, dernière étape de l'année. Panos contacté nous attend avec une place pour hiverner.

        

La ville que nous fréquentons pendant une semaine n'a pas de caractère spécifique, tracée au carré elle est d'après guerre et ne semble pas baigner dans une longue histoire, rapidement nous prenons quelques habitudes avec une taverna située sur la promenade, tenue par les 4 membres d'une même famille. Simples et bon enfant, les tables sont, c'est une constante dans les tavernas grecques, recouvertes d'une nappe en papier plastifié jetables retenues par 4 pinces, les chaises sont souvent paillées et peintes aux couleurs de la maison. La carte est souvent bilingues Anglais Grec, et est composée des incontournables spécialités helléniques, salades grecques, feuilles de vignes, calamars, fritures, poissons, agneaux... A la fin du repas, le dessert est généreusement offert par les taverniers, selon votre degré d'intégration et le montant de l'addition, vous pourrez prétendre à quelques liqueurs du cru. A votre départ, desservir est d'une redoutable efficacité, les restes des assiettes sont rassemblés au milieu de la nappe qui est mise en bouchon puis expédier, le service suivant peut démarrer.

Panos Kanellos possède une petite société de charters Alkyon Sailing, il a gentiment accepté de nous attribuer un emplacement sur son quota de places, il surveillera le bateau et fera tourner le moteur toutes les quinzaines. Quelqu'un de confiance et d'une extrême gentillesse toujours prêt à rendre service. Qu'il en soit encore une fois ici remercier.

Pour ceux que cela intéresse http://www.alkyonsailing.gr/   

Panos Kanellos 


Publié à 17:20, le 25/12/2010,
Mots clefs : kiatopanos KanellosAthènesLavrioegéelouis-MariebosseauRomar1GrèceBateau

{ Lien }

De l'Ile de Samothrace (Samothraki) à Thessalonique


Dans un lumineux petit matin, nous quittons Gobçéata la plus septentrionale des îles égéennes turques. Romar 1 fend l'eau cristalline de la Mer de Thrace. A tribord venant à notre rencontre un impressionnant banc de dauphins fait cap au sud vers les Sporades. Autant par respect que pour contempler cette impressionnante migration nous coupons notre moteur et filons silencieux sur notre erre. Sublime image avec en arrière plan Samothrace.
  
 
La lumière est telle, que le cône nu de 1600 m du mont Fengari semble déjà nous dominer, ses flancs dénudés et déchirés viennent se faire battre et mourir dans la mer. Nous devons contourner l'île par l'Ouest pour aborder à Kamariotissa, la ville cotière.
 
 
 
Le port est calme, en dehors de la rotation journalière du ferry d'Alexandroúpoli, la vie paraît l'avoir déserté, il faut dire que le caillou de 6 km de rayon est peuplé de moins de 3000 habitants. Nous trouvons une place à la proue d'un vieux chalutier dégoulinant de rouille. La bourgade est assez quelconque et ne recèle rien d'exceptionnel, elle se morfond au bord de l'unique promenade sur laquelle s'alignent les restaurants en attente des touristes de passage. Les cost-guards se montrent peu enthousiastes à l'idée de nous faire les formalités « comme vous allez à Kavala, faites les formalités là-bas, mais ne leur dites pas que vous êtes passés ici".
 
 
À première vue, l'île est façonnée d'un relief tailladé à la hache dans le marbre, son pourtour accidenté est difficile d'accès mais abrite quelques rares et minuscules plages de galets, au dessus desquelles s'élève l'aridité des montagnes. L'île n'attire pas les masses, seuls les randonneurs assoiffés de paysages désertiques, les historiens passionnés d'archéologie et quelques mystiques attirés par le sanctuaire des Grands Dieux, empruntent, chacun leur propre voie en quête de leur graal.
 
  

Peuplée successivement par des Pélasges, des Cariens puis des Thraces, à la fin du VIIIe siècle, l'île reçoit une colonie d'habitants de Samos et prend alors le nom de Samos de Thrace pour se fondre ensuite en Samothrace.

Très longtemps ce rocher a été le plus célèbre de l'archipel égéen, une gloire forgée à coups de sanctuaires par de mystérieuses divinités. Il y a plus de 4000 ans les Cabires étaient en ces lieux vénérés. Hermétiques, énigmatiques, symboles des pouvoirs occultes de l'esprit, qui étaient-ils ? le mystère demeure car différentes versions nous sont parvenues. A ce jour on sait qu'ils formaient une tétrade dont les noms étaient : Axiéros, Axiocersus et Cadmillus ou Casmillus ; plus tard, ces noms furent traduits, tantôt en ceux de Vulcain, Mars, Vénus, Amour ou Harmonie; tantôt en ceux de Cérès, Pluton, Proserpine, Hermès ou Mercure, comme on peutle constater les querelles de mythologues ont de beaux jours dans le poulailler de l'histoire. Mais nous préviennent-ils les Cabires n'ont rien à voir avec les Curètes, les Corybantes, les Dactyles et autres Dioscures... nous sommes rassurés car les cabires eux sont censés protéger les navigateurs, ouf.

Le grand prêtre du culte cabirique, appelé Eues, recevait la confession de ceux qui se faisaient initier. La dernière cérémonie de l'initiation qui ouvrait à l'accès des mystères s'appelait thronisme : l'initié, après avoir subi les plus terribles épreuves,était assis sur un trône éclatant de lumière, le front couvert d'un voile, couronné d'un rameau d'olivier et ceint d'une écharpe, tandis que tous les prêtres et les mystes, se tenant par la main, exécutaient autour de lui des danses symboliques. Des pré francs-maçons ???

Samothrace a trouvé une « autre tête » pour devenir célèbre, « Niké » la "Victoire" femme ailée, prestigieuse statue découverte en 1875 par notre vice-consul lors d'une campagne de fouilles, l'originale de cette « Victoire » se trouve aujourd'hui au musée du Louvre, le site ne dispose que d'une poussiéreuse et pâle réplique abandonnée dans un coin du musée... 
 
 
 
Mais laissons les dieux Cabires et ses hiérophantes dans les ruines de leurs sanctuaires et allons nous ressourcer dans un des nombreux trous d'eau dont la montagne est truffée car l'île regorge côte Nord de vallées encaissées d'une arbustive verdeur invitant à la fraîcheur et à la méditation.

En fin d'après-midi, une jeune femme à l'accent français nous aborde, elle est originaire de Samothrace mais vit avec son mari grec à Montpellier où après ses études à l‘université, elle est devenue œnologue. Aussi avoir une représentante de la capitale de la Septimanie, chère à Georges Frêche pour nous conseiller restaurants, plats et vins est appréciable, sur son évocation nous aurons droit à quelques gourmandises supplémentaires.

Dans la nuit, la mer s'est méchamment chargée, nous tenterons de sortir mais bien vite nous reviendrons nous placer sous la protection des Cabires. Nous mettrons à profit cette journée pour visiter le Nord de l'île et nous prendrons la navette pour monter à Hora, situé à 20 minutes à l'intérieur des terres, c'est le chef-lieu de l'île est construit à flanc de montagne en théâtre ouvert sur la mer ce qui en fait un village très pittoresque.

 

Ile de Thassos

Sous la protection des cabires, nous prenons la mer pour la plus grande des île des Sporades du nord, la plus septentrionale des 2000 îles grecques, Thassos. Dès la sortie du port se profile à l'horizon les 1200 m de l'Hyspalion entouré des 5 sommets de cette île posée à 5 km du continent. La lumière matinale est divinatoire, elle précise et affine les moindres détails du relief de ces côtes lointaines, une vision rarissime. L'abordant par l'Est / Nord Est, l'île déploie sa luxuriance au pied de laquelle s'étalent de magnifiques plages. Il n'est pas étonnant que depuis les premières colonies établit ici il y ait 8 000 ans, cette île suscite des convoitises, l'île fut sans cesse envahie, jusqu'aux oracles de Delphes qui demandèrent à Thasos, fils d'Agénor et de Poséidon, frère d'Europe de prendre possession de l'« île des Brumes ». Son sous-sol aurifère en fit une île prospère, l'activité artistique et culturelle y prirent un essor exceptionnel tant et si bien que Limenas, la capitale recèle encore de nombreux témoignages archéologiques de ces époques de gloire, à l'image de son théâtre antique qui veille sur la ville. Station balnéaire, Thasos et ses 15000 habitants savent garder la mesure, si les nuits sont longues, elles ne sont pas démentielles car notre sommeil n'en pâtira pas. Si près du continent Limenas est tournée vers le tourisme aussi tavernas traditionnelles, boutiques souvenirs, vins locaux forment le décor du front de port. La jonction à Kavalla, juste en face n'est que pure formalité, enfin presque, parce que de formalités il faut parler car depuis notre entrée en Grèce, personne n'a voulu nous enregistrer, nous allons enchaîner les bureaux de la capitainerie, de la douane, des cost-guards et de police pour être en règle... un dimanche c'est long mais nonchalant. A l'arrivée beaucoup de papiers signés mais aucun justificatif ? Le port est assez grand mais y trouver de la place n'est pas chose aisé car c'est un grand mélange de bateaux de plaisance, bateaux de ravitaillement, ferries, bateaux de pêche, bateaux croisière, sans espace défini, nous trouverons un emplacement idéal tout près du centre-ville. Au fildes millénaires, Néapolis, Christoupolis, puis Kavalla, la macédonienne, s'est façonnée une position charnière entre Athénes et Constantinople, la ville est riche, ses commerces florissants, ses cafés et restaurants branchés. Au-dessus du port l'ancienne citadelle a été transformée en Palace

Kavalla et Le Mont Athos

Ce matin nous quittons Kavalla de bonne heure car il nous faut joindre Porto Kufo à  60 miles et la météo s'annonce bonne. Au cours de la première heure de navigation, l'horizon s'est obscurci et la houle s'est muée en lames, Romar 1 commence à jouer au culbuto, plus que de se faire secouer comme un hochet, nous préférons nous mettre à l'abri dans la baie d'Eleftere, comme le port est saturé de bateaux de pêche, nous accostons à un bout de quai désaffecté. Bien nous en a pris car l'orage éclate et se fait d'une extrême violence, ça cogne, flashe, bruisse, grince, de toutes parts, la fin d'après-midi et la nuit n'est qu'éclairs, tonnerre et pluie diluvienne et coups de vent tonitruant. Au petit matin, un grand calme règne sur la baie, flotte dans les airs une odeur âcre de terre mouillée et sur les eaux mortes du golfe des caisses en polystyrène envolées des chalutiers amarrés...

 

Avec quelques traces des fureurs de la nuit, nous quittons notre douce baie pour le Mont Athos situé sur l'Agio Oros, le troisième doigt de la péninsule Chalcidique à l'Est de la Macédoine. Bien qu'à 40 miles nautiques, le profil de la montagne sacrée s'esquisse déjà, nous ne la quitterons plus des yeux de la journée. Sa cime encore enneigée est auréolée d'un éternel nuage blanc comme pour bien signifier la sainteté du lieu. Probablement à l'adresse des mécréants qui croisent au large et ne croient à rien. Nous naviguons très au large pour éviter d'avoir à frotter cette terre diabolique aux roches tranchantes, non ce n'est pas par crainte d'une contamination christique ni pour respecter la règle épiscopale simple et formelle mais maritime qui interdit aux bateaux ayant femme à bord de s'approcher à moins de 500 m des côtes. Oui le caillou est interdit aux femelles en général et à la gente féminine en particulier. C'est la règle de l'abaton. Cette presqu'île ne veut être lieu de tentation... A moins que les femmes occupent une place importante de leur pensée, dans leurs prières, bien sûr...

 

Mais qu'est donc le Mont Athos ?

C'est vrai que dans l'imaginaire occidental, le Mont Athos, c'est dans un site idyllique, le symbole du mysticisme chrétien, fait d'ermitages inaccessibles, de popes barbus et d'incantations perpétuelles.

Pour en parler je laisse la parole à la revue « Ulysse » qui s'est, contrairement à nous, immergée dans ce haut lieu spirituel.

"L'histoire de la Sainte-Montagne (Aghion Oros, en grec) a commencé en 963 avec la fondation du monastère de la Grande Laura. La république du Mont Athos, communauté théocratique orthodoxe unique dans le monde, en héberge vingt depuis plus d'un millénaire. Un "territoire autonome auto-administré" de 360 km2, entre mer et montagne.

La Sainte-Montagne est aussi appelée Jardin de la Vierge. La tradition veut que le Mont Athos soit consacré en tant que legs de la mère de Jésus ; lorsqu'elle y aurait fait escale sur sa route vers Chypre, elle aurait admiré la beauté du paysage et demandé à son fils de lui en faire cadeau. Pour ne pas "altérer" la dévotion à la Vierge, reine en ces lieux, il a été décidé en 1 060 que les femmes en seraient bannies. "Le Mont Athos est interdit à tout animal femelle, toute femme, tout eunuque et tout visage lisse", décrète le chrysobulle de l'empereur Constantin Monomaque. A l'exception des poules dont les oeufs entrent dans la composition des peintures pour les icônes.

Certains moines de la Sainte-Montagne sont plus pragmatiques, comme le père Joachim, qui rappelle qu'on retrouvait, il y a quelques siècles, des femmes de bergers dans les lits des moines. Mais "l'absence de femmes évite les distractions. Cela permet d'aller au bout de son cheminement, sans tentations." Le Mont Athos est un lieu hors du temps. Deux mille moines environ perpétuent encore la tradition de sa liturgie ancestrale.

Cette authenticité attire des milliers de pèlerins, en majorité grecs. Notis, manager d'un hôtel à Thessalonique, vient pour la septième fois. "Je rends visite à un ami dans un monastère. Chaque orthodoxe doit venir sur cette terre sainte au moins une fois dans sa vie." Mikhaïl, un Albanais de 26 ans, est en pleine rédemption : "J'ai fait beaucoup de mauvaises choses dans ma vie. Ma rencontre avec un pope à Athènes m'a remis sur le droit chemin, celui de la foi. Une des premières étapes de ma nouvelle vie est d'effectuer ce séjour ici." Comme lui, 120 000 pèlerins viennent chaque année faire oeuvre de chasteté, pauvreté et obédience durant quelques jours. Ils suivent les offices, prient, se recueillent devant les icônes. Par foi, pour l'éveil à celle-ci, le calme ou la découverte.

L'entrée au Mont Athos est limitée à 100 orthodoxes et 10 non-orthodoxes par jour. Thomas, Français d'une trentaine d'années, est venu en curieux, "impressionné par un mode de vie à la fois simple et difficile". Dans les monastères, le pèlerin est nourri et logé. Il doit seulement s'acquitter d'un droit d'entrée de 35 € pour obtenir le diamonitirion. Ce laissez-passer, indispensable pour accéder au Mont Athos, spécifie votre religion.

Le monastère d'Iviron, dans le nord-est de la Sainte-Montagne, a été fondé au Xe siècle. Il se dresse sur une baie pittoresque, à l'embouchure d'un torrent. Le déroulement de la journée est immuable. Dans les monastères, on se lève à 2 h du matin pour la prière privée, après seulement cinq heures de sommeil. Une liturgie commune rassemble les moines dans le katholikon à partir de 3 h 30, lorsqu'un moine circule dans la cour en frappant avec un bâton sur une grande planche en bois. L'office s'achève avec le petit-déjeuner, vers 7 h. La journée est ensuite consacrée à sa tâche : cuisine, accueil des pèlerins, travail aux champs, nettoyage...

A 17 heures, les vêpres commencent et durent jusqu'à 20 heures. Le dîner est ensuite servi : dix minutes, pas une de plus, pour manger, en silence à écouter la parole donnée par le frère anagnostis. Si vous ratez le créneau, vous ne mangerez pas ! Ce soir-là, le repas est frugal : tomates, concombres, feta. Certains moines préfèrent laskete, kellia ou kalyvates, des petits monastères où habitent deux à sixmoines. Le père Joachim vit avec le père Epifanios dans la kellia de Mylopotamos, une grande bâtisse accrochée à la falaise. C'est en partie pour échapper à la rigueur des monastères qu'il a choisi la vie en kellia...

Un pèlerinage au mont Athos doit être vu comme un séjour itinérant. Impossible de rester plus d'une nuit dans le même monastère. Tous les matins, après les quatre heures d'office et le petit-déjeuner à base d'olives et de pain, les pèlerins prennent la route. Des bus rejoignent la capitale, Karyès. Les visiteurs peuvent aussi arpenter les sentiers aux pavés inconfortables qui relient les monastères. Entre une heure et deux heures de marche au bord d'une mer au bleu profond...

Au Mont Athos, on utilise le calendrier julien et non le calendrier grégorien comme dans la majeure partie du monde. Le calendrier julien reste en correspondance avec le Soleil, sans intervention humaine alors que le calendrier grégorien est décalé de treize jours.

Icône : Du mot grec "eikona",petite image, l'icône est une peinture religieuse. Les images, dans la confession orthodoxe, sont sacrées et l'esprit du personnage représenté setrouve dans la peinture. C'est pourquoi on embrasse l'icône. L'iconographie est un art sacré et l'iconographe se prépare dans le jeûne et la prière.

En France, il existe des extensions du Mont Athos : En 1978, Aimilianos, higoumène (le supérieur) du monastère de Simonos Petra, décide de renvoyer en France trois moines, dont le père Elie et le père Placide. Leur mission : créer des dépendances du Mont Athos. Quatre lieux ont vu le jour : le monastère de la Transfiguration à Terrasson-Lavilledieu en Dordogne, le monastère Saint-Antoine le Grand à Saint-Jean-de-Royans dans le Vercors, le monastère de la Protection-de-la-Mère-de-Dieu à Solan dans le Gard. Et depuis 1996, le père Séraphin vit en ermite sur l'île de Porquerolles. Au monastère de la Transfiguration résident cinq moniales et une novice, accompagnées du père Elie, fondateur, aumônier et père spirituel de la communauté, tous français. Leur vocation première est la prière, l'étude et le labeur ascétique. Comme les moines de la Sainte-Montagne. "Les offices sont moins longs, nous avons plus de travail et nous vivons davantage dans le siècle qu'eux, mais nous suivons le même typikon - le livre qui contient les instructions monastiques - et la même règle de vie", explique la soeur Silouanie. Ils donnent un enseignement spirituel et accueillent des croyants pour les offices liturgiques. La petite communauté possède aussi neuf chambres pour des retraites.

Ici, les rites sont figés depuis plusieurs siècles. Des ermites résidaient déjà là au milieu du IXe siècle. "Le plus célèbre d'entre eux, Saint-Pierre l'Athonite, aurait vécu pendant cinquante ans reclus dans une caverne, se nourrissant d'herbes et de racines", s'enthousiasme le père Joachim, avec un sourire malin à peine dissimulée par sa barbe épaisse ».

Pour compléter ses propos, il faut savoir que la péninsule est un véritable état théocratique dont les modalités de fonctionnement sont opposées à la Grèce antique, les monastères sont dirigés par un higoumène. Cet "abbé" n'est pas élu par ses pairs mais désigné à vie par son prédécesseur.  Quant à leurs ressources, les moines du Mont Athos sont de véritables hommes d'affaires, ils possèdent d'un vertigineux patrimoine foncier avec des îles, d'immenses pars éoliens, des usines, des monastères partout dans le monde... d'invraisemblables privilèges comme celui de ne pas être imposable et de bénéficier des subventions européennes pour restaurer les coûteuses restaurations immobilières.

Après cette rapide visite par procuration, revenons à bord de Romar 1, la mer s'est durcie et est plus cassante, les rouleaux veulent nous envoyer sur les récifs, mais Romar 1 n'entend pas s'y résoudre et luttent, lame après lame. Visiblement, Dieu veille à la tranquillité de ses ouailles, comme il nous est interdit et impossible d'accoster, nous contournons donc l'offrande divine, le doigt marial. Là-haut, quelques ermitages seulement accessibles par les voies aériennes sont creusés dans la roche, accrochés à la falaise, soutenue par d'invisibles forces. Tout,ici, est impénétrable. Si sur le versant nord certains manifestent quelques gestes d'hostilité,, nous viendrons troubler leur vie érimitique, un moine du Sud n'hésitent pas à brandir un drapeau byzantin pour rappeler son attachement passé. Il faut dire que le Mont Athos n'est pas avare d'allègeances, ils sont politiquement très souples, tout à tour, ils épouseront successivement les thèses d'Hitler, puis ceux des colonels puis  ceux du communismeet, tout récemment Poutine viendra se ressourcer en ce haut lieu.

 

Porto Kuffo

Cap donc de l'autre côté du Golfe de Sithonie, sur le deuxième doigt, sur l'index de la Chalcidique. La cote est toujours aussi primitive, fatras de rochers ciselés, arêtes vives, pics acérés, falaises crevassées, cailloux éboulés, blocs égarés, chicos d'une bouche édentée, seules quelques criques pourvues de minuscules plages laissent du répit au harcèlement marin, il nous reste à trouver la faille dans ce maquis côtier, franchir la passe qui donne accès à la rade de Porto Kuffo.

 

Le village est là, lové dans son anse avec comme port un unique ponton en béton désarmé, le décor bien que semi désertique est superbe, pas étonnant que durant la dernière guerre un sous-marin soit venu s'y abriter. La survie ne tient qu'au tourisme car dans ce bout de doigt arthrosé qui ne montre nulle part, seuls poussent les cailloux. Sur les bords de l'eau, les tavernas se succèdent, terrasses ombragées, menus rallongés,elles patientent jusqu'au soir, au réveil des quelques clients égarés, plus loin sur la rive, posé sur un socle, un hélicoptère semble faire office de monuments aux héros, une stèle égrène une litanie grecque, une liste de noms gravés.  Leur nombre relève plus d'une catastrophe que d'un simple accident. En fait, l'histoire nous parviendra bien plus tard, ce mémorial évoque la disparition le 11 Septembre 2004 à 5 Miles nautiques des côtes de 17 personnes, du numéro deux de l'église orthodoxe le patriarche d'Alexandrie Petros VII, de onze de ses proches dont l'évêque de Madagascar et des 5 membres de l'équipage, leur hélicoptère gros porteur Chinook de l'armée grecque s'est mystérieusement abîmé en mer alors qu'il se rendait au Mont Athos. Mais le souvenir se rouille.

Comme nous sommes à sec, il nous faut remplir les soutes, le kiosque d'épicerie ne présentant rien d'alléchant, nous longeons l'unique route goudronnée et là-haut dominant son petit monde, il y a « Captain », un tavernier-épicier rabatteur à grande gueule, toujours prêt à tout pour vous extirper quelques sous, nous n'y achetons que le strict nécessaire. La station-service située plus bas accepte de nous livrer illico avec un petit camion 400 litres de diesel avec paiement CB (oui oui cela existe).

 

Port de Néa Folkia 

Et de deux, nous reste à franchir le troisième doigt du trident chalchidique, pour cela nous optons pour le couper par le canal de Potidéa avec préalablement une pause à Néa Folkéa. Contrairement à ce que nous pensions, la journée ne sera pas folk du tout mais plutôt rock ‘n roll car ce fut un concentré comme sait le faire la mer Egée, vent tournoyant, courants tournants, lames brisantes, mer hachée, tout, nous vivrons tout,  les seuls moments de calme relatif furent à l'abri de Turtle island et à l'arrivée au port de NéaFolkéa.  Si l'unique quai est réservé aux pêcheurs, il y a par chance de la place sur le coté plage, it's perfect. Là-haut en front de mer les Tavernas nous attendent.

Canal de Potidéa 

Kallikratia - Thessalonique

Route pour Potidéa, nous atteignons le canal en 1 heure et voilà vitesse réduite nous franchissons cette saignéeétroite, un isthme d'un kilomètre qui débouche sur la Therme bay, le corridor de la Saloniki bay, la baie de Thessalonique. Pour ce jour nous ferons étape au Port de Kallikratia, le port est un vaste chantier, et les places rares, nous nous ferons une petite place dans l'angle SE au milieu d'une décharge flottante peu ragoûtante. Encore heureux c'est gratuit. Là encore dans la rue principale, nous pouvons constater que les fonds européens sont religieusement employés, l'église orthodoxe s'est refaite une santé.

 

Le lendemain pendant 6 heures nous côtoyons la rive jusqu'à Thessalonique, nous croisons plusieurs cargos qui sortent du golfe ainsi qu'un remorqueur qui tire péniblement deux barges sans âge, ici et là des pêcheurs en barque attendent le poisson... La ville s'ouvre à nous, de droite à gauche un large front urbanisé dans lequel est inclus un vaste port voyageur qui distribue toutes le nord de la Mer Egée, de longs quais industriels qui desservent de fumeux complexes industriels... nous savons les marinas à l'Est, mais pour laquelle opter car nous avons l'intention de laisser le bateau deux semaines, les différents appels VHF ne répondent pas plus que les appels téléphoniques, notre choix nous pousse vers Kalamaria marina qui paraît mieux protégée.

Ponton d'accueil, salutations, attribution d'une place, une fois les formalités accomplies et Romar 1 amarré, une bonne sieste s'impose. 

 

Publié à 08:29, le 27/11/2010,
Mots clefs : porto kuffoThraceegéesamothracelouis-MariebosseauRomar1Bateaunavigation

{ Lien }

Le Bosphore : Voyage

 

Aujourd'hui est un jour « exceptionnel,unique » déclame Koss avec son accent de l'autre bout de l'Europe, son accent d'Ameland. L'appréhension est perceptible sur les bateaux, nous attendions ce jour depuis si longtemps, c'est un jour forcément chargé d'émotions, nous allons passer le Bosphore. Ce « fleuve » maritime large de 500 à 3 000 m, ce bras de mer eurasien profond de 60 m, cette tranchée maritime qui sépare et unit les 2 continents, l'Europe de l'Asie, l'Orient de l'Occident, mais aussi le Midi du Septentrion. A la fois fossé et trait d'union, ce qui en fait un détroit hautement stratégique, une voie hautement symbolique.

 

Le port de Rumeli s'éveille lentement, nous le traversons au ralenti, sans vague, silencieusement. Bien que le jour s'annonce printanier, ce matin, une brume légère opalise le Bosphore, il s'est drapé d'un voile pudique pour nous cacher sa magie. La première partie est une paisible mise en bouche, nous nous sommes discrètement insérés dans l'étrange couloir bordé de collines au dense couvert végétal, l'urbanisation n'a pas encore pris d'assaut cette partie abruptement sauvage, nous sommes à 30 Kms du cœur d'Istanbul...

 

Bien que notre modeste gabarit nous laisse libre de naviguer comme bon nous semble, nous optons pour la voie conventionnelle, celle de droite, afin de ne pas interférer dans les voies commerciales, celle qui permet de suivre la rive rouméliote, celle imprégnée de notre histoire, celle des confins européens. Sur ces premiers miles, Romar 1 vogue à 8 nœuds, tranquillement. Son étrave ouvre la fleur d'eau et l'éclate en millions de pétales d'argent ; nous nous laissons guider par le courant, il est la main qui nous porte et nous déporte parfois. Nous prenons doucement conscience que nous donnons vie à un vieux rêve longtemps enfoui, une finalité jamais avouée, l'objectif impossible, aux confins de l'utopie.

 

Devant nous, au centre du chenal, un cargo nous précède, derrière nous, un autre nous succède, l'attention est totale, vigilance, vigilance, vigilance. Il faut anticiper les vagues formées par les mastodontes que nous croisons, les prendre légèrement de biais quand cela est possible, sinon, c'est la claque assurée suivie d'un inconfortable roulis. Tout est question d'habitude car certains remous viennent outrageusement malmener les frêles esquives des quelques pêcheurs qui attendent imperturbables la bonne prise.  Nous arrivons à un coude 90° Est et les navires sont obligés de prendre très large pour l'amorcer ; à tribord, lové au pied de la forêt, Sariyer, un petit port, puis là, niché au fond d'une anse celui de Tarabya.

 

Le courant pousse, voici déjà devant nous, à 6 miles le coude 90° Sud et là encore les capitaines doivent jouer de la gouverne pour négocier au mieux le changement de cap, les courants sont forts dans cette portion car la passe se rétrécit de 1500 à 600 m au niveau d'Istinye. De part et d'autre, l'urbanisation se densifie, au loin apparaît le pont Fatih SultanMehmet, ouvert en 1988. Il enjambe très haut le Bosphore en son point le plus étroit, là où il y a 2500 ans, le roi Perse Darius traversa le détroit sur un pont flottant. A l'arrière du pont, nous esquissons sans peine la métropole. Des deux côtés coiffant les hauteurs, de gigantesques drapeaux rouges avec croissant et étoile, la fierté du peuple flottent au vent.

 

De Rome ou d'Istanbul, il est bien difficile de dire qui a copié l'autre,majestueuse l'une comme l'autre, elles s'offrent avec gourmandise aux visiteurs. Elevée comme sa jumelle sur 7 collines, Istanbul a certes l'avantage de se mirer dans l'extraverti Bosphore, un qualificatif qui ne sied pas au Tibre latin plus réservé, plus discret, ne s'exprimant guère, en retrait, rare pour un italien...


Maintenant commencent l'ivresse, l'ébullition sensorielle, il y a tant et toutà voir... tout à sentir, tant à ressentir.

 

Au loin les formes évanescentes se dissipent, la ville doucement se dessine, la confusion fait progressivement place à la fusion et on mesure oh combien est fabuleux de découvrir de la sorte cette ville multimillénaire, cette ville éternelle. Le Bosphore a l'immense privilège d'en offrir une lecture à collines ouvertes, d'embrasser à pleine bouche les lèvres pulpeuses qu'inspirent deux rives, de dévorer l'exégèse passion historique, de humer les délicieux quartiers, d'en capter quelques mélopées et d'en saisir quelques soupçons de flagrances.

Envoûtés, nous avançons lentement, la métropole sereinement s'effeuille, nous dévoile à babord le quartier d'affaires de Levent d'où s'élancent de célestes tours de verre et d'acier, des gratte-ciels, ces temples  futuristes d'affaires monétaires, ces minarets du XXIème siècle dans lesquels se reflète la Turquie moderne.

En face, l'autre rive n'entend pas être en reste. Hautes de 500 m, les collines anatoliennes sont couvertes d'une horde de pylônes et d'antennes enchevêtrées, un monde d'aiguilles monolithiques et statiques. Surmontées d'énormes paraboles, elles se font à la fois porte-parole et big brothers du génie turc. Au pied, à l'ombre de ce monde numérique, les bucoliques berges d'Anatolie sont garnies de centaines d'esquives de pêcheurs, de frêles barcasses, de vedettes anciennes, de yachts et de bateaux taxis ; beaucoup mouillent à l'écart, à quelques mètres.

Là-bas, à tribord, quelques vestiges d'anciensremparts, un reliquat des 22 kms des protections passées.

 

 

 

Voici maintenant Yeniköy et ses célèbres yal?, charmantes demeures en bois dont les terrasses baignent dans le Bosphore. Ce sont parmi les mètres carrés les plus chers d'Istanbul, là où habite la jet set stambouliote. 3 miles et deux coudes plus loin, nous passons sous le pont appelé Pont du Bosphore.  Inauguré en 1973 pour le 50ème anniversaire de la République Turque, il lie les quartiers d'Ortaköy et de Beylerbeyi, porte d'entrée de la ville ottomane. Les nombreux monuments, palais, mosquées et autres sites ayant marqué l'histoire se succèdent. Bien qu'ayant réduit la vitesse, le film du Bosphore se déroule vite, trop vite et le temps manque pour tout voir, tout assimiler à en devenir même frustrant.

 

Nathalie, notre cicerone est chez elle, dans son élément ; elle virevolte sur le bateau, mitraille sur tous les bords, commente là un monument, une histoire, c'est l'encyclopédie vivante stambouliote, toute en gaieté, en humour et en passion. Pour s'en faire une idée, il suffit d'aller sur son site  http://www.dubretzelausimit.com

              

Nous pénétrons dans le cœur liquide de la ville, parlà même où elle respire. Nous en percevons les premières palpitations ; les caler sur les nôtres nous apporte une sorte d'étrange communion, un égrégore, un orgasme spirituel. Nous faisons corps, nous sommes hors de l'espace, hors du temps mais si intensément dedans.

                                                                        

Il y a partout à voir, à dévorer, mais s'arrêter se révèle impossible, trop risqué dans cet infernal défilé nautique qui prend parfois des allures de joutes. Les palpitations se font saccades pour le capitaine car la zone n'est que blanche écume. Nous approchons de la gare maritime, il nous faut franchir le rail de navigation, bouillon chaud de navettes intercontinentales. Le capitaine se concentre car la circulation est extrêmement prégnante, nous sommes l'intrus dans cette frénétique ruche marine où tout va, vient, vole, virevolte, ici, un vapur nous frôle, là, coup de barre car une vedette taxi nous rase et envoie une gerbe d'eau, les bateaux passagers assurent d'incessantes rotations et manoeuvres en deux temps trois mouvements, dépotent puis rempotent leur cargaison humaine et repartent communiquant à coups de corne de brume, de klaxons à piston ou de sirènes, se frayant un passage dans cette cacophonie nautique en mouvement perpétuel. Ainsi vit l'embarcadère, à l'emporte-pièce  comme orchestré par un capitaine ivre jouant une symphonie fantastique sur laquelle les bateaux tournoient dans une interminable danse de Saint Guy, du délire ! Cela devient fou, où suis-je ? Où vais-je ? Comment faire ? cela n'a plus de sens... pourtant, il faut nous sortir de cette invraisemblable tourbillon, ce chaos maritime.

Oui là, derrière ces deux paquebots, ces géants blancs des mers, nous pourrons poser nos esprits et trouver un peu de tranquillité, desérénité. Nous sommes entre Istanbul l'ancienne et Istanbul la jeune, près d'Istanbul Modern, anciens docks transformés en musée d'art contemporain.

                      

Malheureusement nous ne pouvons remonter le Haliç - la Corne d'Or - jusqu'à la maison de Pierre Loti car passer le pont de Galata nous est interdit. Nous virons babord au pied d'Eminönü et de la gare de Sirkeci, terminus de l'Orient-Express, ensuite barre à tribord pour contourner Sarayburnu - la pointe du sérail - et le parc de Gülhane. Nous arrivons à l'embouchure du Bosphore sur la mer de Marmara, au milieu, travaillant au trait d'union entre les deux continents, d'énormes barges posent d'impressionnants caissons en béton, tronçons du tunnel sous-marin qui doit ouvrir dans deux ans. Nous voici donc à l'embouchure de deux époques, de deux mondes avec chacun ses décors, la rive asiatique où s'active l'économie et le port de commerce et ses immenses portiques qui dépilent et empilent des containers, à tribord la rive européenne qui étale toute la magnificence culturelle turque, le quartier de Sultanahmet, le palais de Topkapi, les multiples dômes de Sainte-Sophie, l'emblématique mosquée bleue et ses 6 minarets. Tout est là, concentré d'histoire, carrefour des civilisations.

                        

La Mosquée bleue                                                                        Le Palais Topkapi           

Sur la rive, en contrebas, des mosquées se succèdent et s'étalent jardins verdoyants et plaines de jeux. Le week-end, ces espaces sont pris d'assaut par les stambouliotes qui viennent trouver calme, fraîcheur, s'y détendre, y retrouver les amis. Les enfants jouent, les hommes s'adonnent au thé, les femmes discutent, l'ambiance est familiale et festive autour des barbecues qui fument et enfument.

Pournous, c'est relâche, la tête a frisé la congestion cérébrale, c'est l'ère de la confusion, tant d'images fugitives, de sensations indéfinies. Impossible d'en extraire une quelconque impression, la digestion viendra plus tard, pour l'instant il faut gérer cette nouvelle mer, parce que s'ouvre à nous Marmara, avec la zone de mouillage pour l'impressionnante armada en attente de passage. Cela deviendrait presque un jeu s'il n'y avait pas toutes ses vedettes d'avitaillement, de gestion portuaire, sans compter les ferries... Au loin, on entrevoit la marina d'Ataköy, point final de cette mémorable journée.        

 

 


Publié à 20:51, le 22/12/2009, Istanbul
Mots clefs : ritzmannmarmaralouis-MariebosseauRomar1Corne d'oristanbulBosphoreBateau

{ Lien }

La Marina d’Ataköy.

 La Marina d’Ataköy (coté Europe) et son double, celle de Fenerbahce (côté Asie) sont impressionnants par leur taille, plus impressionnants encore par leurs tarifs, tout est ici dans la démesure. Aussi étant quant à nous très mesurés dans nos comptes, nous n’y resterons qu’un jour, préférant aller nous installer durablement à Bostanci sur la rive Asie de la Mer de Marmara, un port qui abrite un petit yacht club particulièrement accueillant et une grande gare maritime qui nous met à 15 minutes de la Corne d’Or et ce pour un prix modique. Aussi en profiterons nous pleinement d’Istanbul, et ce, à moindres frais.

 

Mais avant revenons à notre arrivée, en entrant dans la marina deux zodiac nous enserrent pour nous conduire à notre emplacement, par peur sans doute que nous nous perdions dans ce labyrinthe maritime, une fois Romar 1 amarré et enregistré, ce sont les retrouvailles, nos amis danois sont là sur un autre ponton et attendaient pour effectuer les démarches d’entrée en Turquie. Comme nous ne sommes pas avares, nous partagerons l’effort et l’aventure. Nous expédierons donc tous ensemble les formalités en une journée et demie,  exténuante mais oh combien riche en rebondissements…

 

 

 

Acte 1 : Obtenir la liasse administrative près de la Chambre de Commerce maritime située à Findikli. Nous avons droit à une entrée grandiose, le taxi entre dans la cour d’honneur, des grooms nous ouvrent les portes, des officiels nous saluent, nous serrent chaleureusement la main et nous passons en grande pompe sous une haie du personnel administratif, dans le grand hall nous découvrons qu’il y a eu confusion. Les autorités de la Cambre de Commerce attendent en fait une délégation de «La Rochelle» pour le Salon Nautique d’Istanbul… excuses confuses… et nous irons droit au bureau d’accueil qui nous fait les papiers illico non sans avoir laissé 55 euro par bateau. Munis de cette liasse de 50 feuillets nous pouvons entreprendre notre rallye stambouliote, un parcours de bureaux et d’attente qui exige courtoisie et patience.

 

 

 

 

Acte 2 : Service des douanes à Karaköy, autres lieux, autres personnes, un membre de la Chambre de Commerce a l’extrême gentillesse de nous accompagner, mal lui en a pris car il est pour le moins mal accueilli dans ce service, s’ensuit une discussion orageuse. Le capitaine refuse tout simplement de remplir le volet lui incombant, il veut que nous passions par un agent en douane moyennant finance, revenez plus tard, la discussion se poursuit avec pas moins de 6 interlocuteurs, enfin fatigué de nous voir squatter son bureau nous optenons du gradé nos coups de tampon, non sans verser quelques incompréhensibles oboles pour les bateaux qui dépassent plus de 10 T… ?

  

 

Acte 3 : Service des passeports à Zeytinburnu, nous traversons Istanbul, hélas le tuyau était percé, ce n’est pas le bon bureau, il nous faut refaire la traversée inverse, les nerfs craquent, on se fout de nous, la colère monte, un officier de police analyse la situation, il siffle un taxi, le réquisitionne, nous fait monter à cinq dedans, lui et son adjoint enfourchent leur moto, c’est donc à 6 dans un taxi, escortez par deux policiers qui ouvrent la route que nous traverserons Istanbul à tombeau ouvert, le voyage s’arrêtera devant le bureau attitré. Après explications de cet officier près du service compétent, en quelques minutes tout sera en règle. Dommage l’officier est reparti sans nous laisser sa carte, cela aurait pu servir…

 

 

 

Acte 4 : Bureau d’enregistrement des bateaux, 5 jeux de photocopies sont requis, notre taxi nous dépose devant une de ses connaissances qui nous les fait en express, il rentre passons au bureau ou tout est tamponnés, signé, paraphé.

 

 Acte 5 :  La journée s’avance mais il nous faut passer par la case Départ à Findikli pour faire valider la liasse, c’est bientôt l’heure de la fermeture, ce sera très juste mais finalement l’affaire est rapidement expédiée.

Et dire que certains bateaux étrangers paient des prestataires 300 à 500 euro pour effectuer ces démarches, ils perdent une occasion en or de voir de l’intérieur une administration formée à l’occidentale. Une bureaucratie impressionnante que l’informatique risque prochainement de bousculer…

 

Sur ce, un peu dépassés, les danois qui n’aiment pas les grandes métropoles quittent le lendemain la Marina pour se poser quelques jours dans un petit port à 20 miles au sud d’Istanbul. Nous ne les reverrons plus…

Quant à nous nous irons nous poser à Bostanci, nous pouvons à loisirs visiter Istanbul.


Publié à 20:31, le 22/12/2009,
Mots clefs : BosphoreRomar1transit logistanbulBateaupapiersnavigation

{ Lien }

Istanbul la Magnifique

Istanbul, parler d'Istanbul, voilà un exercice bien difficile à réaliser, d'autant plus compliqué qu'Istanbul est une ville addictive, qui envahit vos pensées et inhibe vos facultés.  Par où commencer, il y a tant et tant à dire, tant et tant à décrire et puis, pourquoi écrire alors qu'il y a tout à vivre...intensément.

 

Mais avant de partir effleurer la ville, voici quelques propos liminaires à la façon du guide. Plaçons-nous à Karaköy, point de confluence du Haliç -la Corne d'Or -, près du pont de Galata, plus précisément aux docks, là où les paquebots accostent. 

      

                                                                                   La tour de Galata

Tournons-nous, je vous en prie, sur les fonds baptismaux d'Istanbul. Voyez devant vous cette colline baignant dans la mer de Marmara et surmontée de palais, de dômes et de minarets, c'est le vieux cœur d'Istanbul. Ce quartier possède les monuments les plus emblématiques, il détient la quintessence historique de la ville. Mais cette colline sacrée contient en son seing les premiers signes de la vie d'ici, la souche mère est enfouie à Yenikap?. De récentes fouilles ont mis au jour des vestiges néolithiques (tombes, urnes, outils, armes,...) confirmant ainsi une implantation humaine il y a plus de 8000 ans, soit l'équivalent de 300 générations. Laissons aux archéologues le soin de remonter le temps en creusant, tant il y a encore à apprendre.

                          

Aussi allons nous faire un saut dans l'histoire pour maintenant côtoyer Byzantion car tel fut le premier nom donné à la vénérable capitale de la Thrace antique. Byzance tient avec une succession de périodes fastes et de déclin 500 ans et le 11 mai 330  elle passera du joug grec aujoug romain et devient Constantinopolis. S'ouvre alors une nouvelle ère de prospérité. Elle portera ce nom impérial durant 1600 ans jusqu'au 28 mars 1930où la République la baptisera Istanbul, une déformation du terme «eis tênpolin» (à la ville), les dénominations sont parfois d'un simplicisme.

 

 

 

Quand j'évoque les fonds baptismaux, je parle bien sûr du Bosphore dont l'étymologie signifie « gué des vaches ». Oui, car du Bosphore, Istanbul lui doit tout, son implantation, son organisation spatiale, son développement économique, son expansion démographique, sa vitalité touristique ; plus clairement, Istanbul puise par ses racines toute son énergie des eaux du Bosphore. Au-delà du formidable rôle symbolique qui transforme un vide en trait d'union, un trait qui à la fois tient et retient deux continents, une interface entre deux mondes. Le Bosphore joue un rôle singulier, central, fédérateur comme nul autre ailleurs, ce qui lui confère une indéniable fonction mécanique et sociale. Régulateur, catalyseur, condensateur d'Istanbul, sans lui la ville n'est rien.

 

 La Corne d'Or et le Pont de Galata à gauche

Commençons notre visite par le centre névralgique de la capitale culturelle et économique turque, son point G, là où se concentrent tous les grands événements, les grandes manifestations, les grandes cérémonies : la place de Taksim (place du réservoir) dans l'arrondissement de  Beyo?lu. Est-ce par symbolisme ou par conjuration que cette emblématique place est implantée sur une ancienne caserne ? Bien sûr, au centre, Atatürk, père fondateur de la Turquie moderne,bronze en marche, harangue le peuple. Comme un prolongement naturel, une voie à suivre, d'ici partent les avenues d'Istiklal et de Cumhuriyet (avenues del'Indépendance et de la République)...

 

 

Mais la place n'est pas qu'un concentré d'histoire récente, elle concentre aussi le présent. Ici convergent tous les flux de mouvement, tous les modes de transport et ce n'est pas un vain mot tant la circulation est à l'image de la ville, exponentielle, avec ses embouteillages dantesques. L'automobile est omniprésente mais exige patience et dextérité car la conduite dépasse souvent l'entendement. Au milieu de ce fourbi de tôle, vous ne pouvez le louper il y a le taxi, jaune et qui fait partie du paysage. Si son tarif s'est stabilisé depuis que la municipalitéa mis de l'ordre dans les plaques et licences, il reste quand même, selon la course, à négocier...

 

  

 

Par contre, en matière de transports collectifs, Istanbul n'a rien à envier aux capitales occidentales et peut donner des leçons à bien des métropoles tant elle offre un choix de modes, avec fréquence et qualité, ce pour un coût modique ; pas de portillon, pas de ticket, tout se fait sans arrêt par badge magnétique et ne génère pas de resquille. Dotée de deux lignes de métro et de lignes de tramway high-tech, la ville dispose aussi d'une vaste desserte de bus et de métrobus (busway), des funiculaires très modernes et les inénarrables dolmu?, ces taxis collectifs dont rêve New-York, qui drainent tous les quartiers de laville pour un coût modeste. Rares sont les deux roues, l'inconscience a ses limites ! Abandonnons voulez-vous ce vacarme et de là, laissons guider nos pas par l'instinct et perdons-nous dans cette fourmilière urbaine chargée de contrastes et de contradictions.

 

Prenons tout d'abord l'avenue Istiklal, une grande rue piétonne que traverse un tramway des années 1900. Pénétrons dans ses rues latérales, nous voici dans des rues à l'urbanisme hétéroclite, bâtiments bois, des immeubles XIXème et début XXème Art Nouveau ou Art Déco, brassage de styles et d'époques qui se respectent et s'harmonisent. Dans ce quartier piétonnier, les commerces orientaux et occidentaux se succèdent, boutiques de sapes haut et bas de gamme, librairies anciennes et contemporaines, bouquinistes, antiquaires, apothicaires, plus bas à Tünel et vers Karaköy, magasins d'instruments de musique, boutiques de téléphonie ou d'hifi, ...

 

La jeunesse y déambule joyeuse, ici comme ailleurs exubérante ; faut-il rappeler que l'âge médian turc est très jeune, 28 ans ? Jeunes filles voilées, pantalon moulant, tennis de marque, portable greffé, homme-sandwich, marchand de bibelots, de petits riens, ambulant poussant sa  vitrine roulante rouge pleine de petits pains en anneau doré, le fameux simit au sésame... Plus bas, nous arrivons dans ces rues aux commerces plus petits, plus rares, royaume de la débrouille, où les récupérateurs, comme partout, arrachent papier, carton, ou canettes d'alu aux containers poubelles avant que les légions de chats, un temps écartés, ne reprennent possession de leur empire mille fois fouillé. Une charrette tirée par une mule remonte une rue escarpée, un panier au bout d'une corde se joue du linge à sécher, un rémouleur arthrosé traîne sa chignole et son banc à aiguiser, un triporteur pétaradant vend par  haut-parleur sa pyramide de pastèques, les marchands ambulants s'activent pour proposer moules farcies, maïs bouilli, ballons, babioles et autres pacotilles. Ici, peu de mendiants, mille petits services, mille petits boulots qui font office de petits bonheurs, ces petits riens qui, mis bout à bout, font vivre une population déshéritée, souffreteuse, brinquebalée, handicapée, appareillée, véhiculée, mais toujours digne. Istanbul c'est aussi tout cela, un incommensurable patchwork de vies !

 

Plus bas après avoir pris d'innombrables escaliers cassés, parfois désappareillés, longé des fondations béantes d'où sortiront des tours de verre et béton puis emprunté pour nous reposer le funiculaire ultramoderne, nous atteignons Kabata? et les rives du Bosphore. La promenade arborée baigne dans une torpeur de fin d'après-midi printanière. Un peu plus loin, entre Tophane et Findikli, elle est truffée de bars aux sofas fluo pour jeunes branchés, de cosys bars à narguilés pour adeptes de fumettes, et des immanquables jardins à thé très prisés des promeneurs solitaires en quête de tranquillité. Vague, devant, sur le rivage mélancolique, la population, cherche la fraîcheur, s'adonne à la sieste, à la pêche, à l'échange, à lalecture... Nous dégustons les çay sucrés, tout en douceur, en volupté, par lippées et petites gorgées. A quelques mètres ,le Bosphore scintille en autant de clins d'œil et continue à nous charmer, à nous subjuguer.

 

Nous déambulons sans but, au gré des humeurs, nous nous laissons guider par l'instinct de Nathalie, notre cicérone qui a sa petite idée en tête, nous voilà revenus sur nos pas, près des docks qui abritent à présent un musée d'art contemporain. Nous voici à présent sur le pont de Galata reliant deux époques Eminönü (Constantinople) et Karaköy (ville moderne) un pont qu'avaient imaginé en leur temps Léonard de Vinci et Michel-Ange, des œuvres qui ne resteront qu'à l'état de projet, qu'iconographie. Ce nouveau pont n'a pas 20 ans, il bascule en son centre et il est doté de deux niveaux, la voie supérieure pour le transport, l'étage inférieur «habité» par une galerie marchande, bars, restaurants, boutiques, étals, attractions en tous genres. Là-haut sur le trottoir, les pêcheurs s'activent ; ils assurent le spectacle en lançant leur ligne dans d'étranges arabesques pour envoyer au loin leur amorce armée, d'autres envoient en l'air quelques produits de leur pêche et dans d'impressionnants vols acrobatiques suivis de joutes aériennes sans merci, les goélands attrapent leur pitance.

 

A l'autre bout, nous nous arrêtons pour dîner dans une guinguette située juste après le marché aux poissons de Karaköy, les bateaux sont là et déchargent leur pêche... Le poisson ne peut être plus frais, tout est grillé et c'est dans un nuage de fumée permanente et sur fond de discussions, de rires et de musiques que le muezzin d'une mosquée voisine lance de sa voix plaintive et lancinante l'appel à la prière du couchant mais rien n'y fait. La musique mise en sourdine, nenni,la coutume se perd à Istanbul, les jeunes sont plus attachés qu'hier à un état laïc, ils se tournent plus volontiers vers l'orgasmique tintamarre occidental que vers les reliquats islamiques de l'empire ottoman... Non seulement le muezzin insiste mais il fait des émules et maintenant nous parviennent de toutes parts des cantilènes incantatoires qui migrent de minarets à minarets, les échos tournoient et se perdent dans le ciel comme les mouettes qui n'en ont rien à faire.

 

 

 

 

La chaleur de la nuit a été éprouvante (...) et ce matin, les rides du ciel s'étirent lentement. Le tramway nous porte vers Eminönü, nous partons sur les traces de «Constantinople». Nous voici au seing du seing, sur la colline originelle de Sultanahmet. Au plus près des cieux s'étale Topkap?, méditent Sainte-Sophie et la Mosquée Bleue prosternée entre ses 6 lumineux minarets. Les visites sont émouvantes, chaque lieu dégage sa magie, sa spiritualité.

 

Le Palais de Topkap?, la résidence des sultans Ottomans expose ses trésors et les richesses de sa gloire d'antan. Dans le marbre, on soupçonne le raffinement de la vie du harem, lieu d'inspiration mais aussi des intrigues  et des conspirations passées.

Sainte-Sophie, l'ancienne basilique devenue mosquée puis musée, avec ses coupoles flamboyante set ses lustres orientaux, s'impose dans l'architecture religieuse byzantine et porte une part de mystère, est-ce vraiment celui de la foi ?

 

La Mosquée Bleue a été construite sur ordre du Sultan Ahmet Ier, au XVIIe siècle ; l'intérieur recouvert de faïences bleues d'Iznik est de toute beauté et le lieu invite au respect, au silence et au recueillement.

 

 

   

 

Visite du Grand Bazar, le temple du commerce. Ce capharnaüm, contrairement à ce que l'on pourrait penser, n'est point, loin s'en faut, un lieu d'anomie, tout y est, au contraire, savamment organisé. Il est à l'image d'Istanbul,  impressionnant!

  

18 portes, 30 hectares d'allées voûtées, de ruelles labyrinthiques desservant une trentaine d'anciens caravansérails et plus de 4000 échoppes installées par spécialités, tissage, teinture, cuir, cuivre, bijoux, orfèvrerie, pierres, épices, etc ... Son bouillonnement relève du mouvement perpétuel, les marchandises arrivent et repartent débordant de toutes parts. Lieu de passage, lieu de brassage, les produits sont achetés, vendus, revendus, déconditionnés, travaillés, transformés. C'est un creuset d'alchimiste dont l'amalgame est constitué de tous les métiers et de toutes les matières de la planète. Mais ne nous méprenons pas, le grand Bazar remplit de multiples fonctions, ses flux sont indicateurs de la bonne santé économique du pays. C'est un peu le CAC 40 de terrain...

 

En fait, ce gigantesque orgue sensoriel dispose d'un nombre incroyable de claviers, toutes les gammes d'Istanbul sont ici représentées et la palette chromatique y est enivrante, envoûtante et parfois un brin fatigante.

 

Attention, là, chaussé de babouches, un porteur,échiné, courbé, cassé, achemine une masse indivisible disproportionnée qui écrase son demi gabarit. Le ballot dégueule de partout, le vieux débardeur avance lentement à coup d'avertissements, d'injonctions, il avance et fend la foule qui s'ouvre devant lui, tel Moïse.

Nous arrivons dans le quartier des cuirs, les échoppes regorgent chacune de surstocks, sacs, chaussures, ceintures, vêtements. La mixité des styles défie les frontières, il y en a pour tous les goûts, pour toutes les bourses, pour qui sait marchander. L'odeur est là plus prégnante, de fortes notes tanniques et ambrées, musc, hyraceum, cire d'abeille, gris havane,humus, faisandées... et bien d'autres d'animalités non identifiées.

 

Nous avançons vers le han - caravansérail - des orfèvres, en haut les ateliers des fondeurs, mouleurs, étameurs, polisseurs, doreurs, argenteurs, presque tous sont arméniens. En bas dans les boutiques,les pièces, des œuvres d'art, sont vendues au poids et coûtent bien moins cher que chez un détaillant.

 

Nathalie interpelle nombre de marchands, combien d'articles de presse ou de photos a-t-elle fait sur eux, leur métier, leur famille, leur région d'origine, tout, elle sait tout, elle a arpenté chaque mètre de ce lieu et en connaît tous les secrets, d'ailleurs elle nous dévoile l'un d'entre eux, seul connu des initiés, les toits d'un caravansérail tout proche les toits du Büyük Valide Han. L'accès est délicat mais là-haut c'est l'extase, du pur bonheur. Debout, devant nous, s'élancent les minarets de la mosquée bleue, derrière les îles des Princes se dispersent sur la mer de Marmara et paraissent à portée de main. A gauche, Topkap? comme jamais observé, une vue imprenable sur le Bosphore dans lequel miroite la rive asiatique, et puis à nos pied, la Corne d'Or. Tout autour émergent des centaines et des centaines de minarets, dômes et palais, un foisonnement architectural d'un éblouissant et inégalable passé. Anesthésier, ébahis par cette ville hétéroclite qui se  déploie, tel un oiseau aux couleurs d'Orient et se mire dans les eaux fortes du Bosphore, nous dégustons près d'une heure ce paysage enchanteur.

Notre excursion passe au retour par l'autre bazar situé près de Yeni Cami, le bazar égyptien qui possède une dominante alimentaire, ses registres jouent une ode aux couleurs et aux odeurs. Ici domine l'empire des sens,  l'empire d'Orient, un Orient exclusif, un Orient excessif pourqui n'est pas d'ici, les odeurs sucrées, miellées, vanillées, fleur d'oranger et autres fruitées.

 

Ainsi s'étalent pétales, feuilles, graines, fruits, poudres, en coupelles multicolores posées tel un nuancier ou dans des sacs ouverts aux bords roulés, henné, santal, pistaches, antimoine, dattes, cannelle, benjoin, arachide, mastic, ambre gris, gingembre, noix de muscade...c'est vraiment un monde sensoriel dans toutes ses variétés, il faut s'y promener, marcher nez au vent... humer...

 

Doucement, nous remontons vers Beyo?lu en passant par Galata et nous retrouvons au centre des animations culturelles avec théâtres, cinémas, galeries, cafés, musées, restaurants mais aussi un des centres religieux avec églises latines, orthodoxes, grecques, arméniennes, russes, mosquées mauresques, synagogues, qui sont autant de témoignages de l'ouverture d'esprit des Ottomans. Indéniablementen Europe, nulle ville, nul quartier n'est plus riche qu'Istanbul, à l'image du Bosphore, à la fois ouverte sur le monde et attachée à sa propre identité. Tout ce qui fait sa force, sa grandeur, sa splendeur.

Après cette journée de folie, une pause est nécessaire pour que l'esprit troublé retrouve un peu de sérénité. Nous allons dîner en terrasse, mais que prendre devant cette carte aux noms exotiques pour ne pas dire ésotériques pour les quidams que nous sommes, Kadin budu köfte (boulettes d'agneau), tur?u (légumes en saumure), patl?can (aubergines tranchées frites), past?rma (viande séchée salée), börek (friand farci), karn?yar?k (aubergine farcie à l'agneau), p?lak? (haricots blancs à l'huile). Là encore, Nathalie, bienveillante nous guidera dans ce dédale de plats et traduira en 3 langues la carte des délices d'icibas.

Après une dernière rasade de rak?, nous prenons congé et allons prendre le pouls des nuits d'Istanbul. Nous déambulons dans cette ville-monde, enfants innocents, sans cesse émerveillés, sens grand ouverts, yeux écarquillés, une fois encore notre palette sensorielle est en éveil. Dans les rues frénétiques et bouillonnantes flottent des odeurs de poissons et de mouton grillés, de kebap, de thé et de café, d'olives et de rak?, de pistaches, d'épices et d'encens dispersés... géant melting pot des flagrances d'orient. Décibels de rock et pop mêlés, tempo jazz et de blues éthéré, fas?l joué par un groupe rom,  mélodies de saz et de clarinette, rythmes de darbuka et de tef, cris d'enfants et rires mêlés, mosaïques de sons et de musiques enchevêtrées débordent bruyamment, des cavernes de jeunes en fête, des terrasses de gens huppés, des restaurants bondés et des bars branchés...

 

Istanbul est bien une ville de paradoxes, de dualités. C'est une ville sexuée où se mêlent une masculinité exacerbée et une authentique féminité. Oui car il y a quelque chose de féminin dans cette cité. Istanbul est indéniablement une femme. Une femme délicieusement contrastée au corps souple et ferme, à l'esprit vif et énergique, simple et subtile, dotée d'un regard doux et lumineux qui tourne parfois le soir à la mélancolie, une femme à qui tout va, elle peut avoir une élégance à la fois orientale et occidentale, jamais sophistiquée toujours raffinée, cachant mal ce zeste de frivolité qui lui sied si bien. Aux rythmes des mélopées et des mélodies, elle s'exprime volontiers dans les danses orientales qui la font tourner, virevolter et tourner encore, elle donne, s'adonne, s'abandonne jusqu'au bout de la nuit à en donner le tournis. Mais à l'occasion, elle sait s'enflammer et là elle est pétillante, exubérante, turbulente. Et quand arrive le petit matin, que s'éveillent ville et Bosphore, elle retrouve cette divine sensualité qu'elle seule sait porter.

Respectée, admirée, désirée, convoitée, mythifiée, parfois battue, abattue, ravagée, brûlée, souvent assiégée, Istanbul est toujours là, grande, immensément grande, splendide et merveilleuse, debout face à l'Orient, debout face à l'Occident, relais entre les peuples, qu'ils soient juifs musulmans, chrétiens ou non-croyants, Istanbul les rassemble.

 

Mégapole grandiose et surpeuplée placée au carrefour des civilisations, Istanbul est une capitale de culture, d'art et d'histoire, une ville d'asile et d'accueil pour des gens de toutes races et de toutes religions, ce qui fait d'elle une ville cosmopolite, ville de transit mais aussi caravansérail de l'immigration clandestine. Istanbul n'est ni la terre promise ni le jardin d'Eden, c'est une ville en pleine mutation qui a un pied sur deux continents, un grand écart pas facile à tenir en ces temps d'incertitudes politiques, économiques et sociales.

Pourra-t-elle, à la fois,  continuer sa modernité, sauvegarder ses cultures en respectant son passé ? Istanbul sait créer d'étonnantes synergies et c'est au pays de relever le pari. Quoiqu'il en soit, le destin d'Istanbul est inséparable des deux continents qui la composent. Si la volonté est d'intégrer la Communauté Européenne, le premier travail à accomplir est de sortir les mauvais esprits de ses voisins de leur gangue d'à prioris malsains pour avancer sur un chemin commun, mais pour cela, il faut que les Turcs l'instillent aussi dans leur champs politique.

Croyons en l'avenir, ne sommes-nous pas en Turquie, le pays de tous les possibles ? Et puis qu'importe, Istanbul, immortelle suivra sa route et survivra... même à la vieille Europe.

 

« Si la Terre était une nation, Istanbul en serait la capitale.» Napoléon Bonaparte.


Publié à 09:55, le 22/12/2009,
Mots clefs : galataLouis-Marie BosseauBosphoreRomar1istanbulBateauplaisancemer noireeurope

{ Lien }

D’un déluge en Turquie ?

   

Le déluge est certainement un des plus anciens mythes de l’histoire humaine, presque toutes les civilisations en possèdent un de la sorte. Pour les philologues ce mythe existait probablement avant même l’écriture quand la tradition orale était le seul mode de transmission des savoirs.

Le premier texte connu à ce jour est issu de tablettes sumériennes à l’écriture cunéiforme, c’est-à-dire au tout début de l’écriture. Ce texte date de 2700 ans avant notre ère et est connu sous le titre de  « l’Epopée d’Atrahasis » ou « Poème du Supersage ». La civilisation assyro-babylonienne réécrira ce récit sous le titre « Epopée de Gilgamesh » (an 1200 av. JC). C’est cette version qui sert maintenant de référence, les autres écritures reprennent le scénario, seuls changent le nom des acteurs, l’époque et le lieu.   Citons par ordre d’écriture quelques récits connus :En Chine, deux récits, celui de l’Empereur Yu de la dynastie Xia (21 siècle av. JC) ou celui de l’île Maurigasima avec le Roi Peiruun…En Inde où les récits sont légions, citons celui de Rig Veda et celui du Mahâbhârata avec Manou (env 1000 ans av. JC)…En Iran, l’un des plus anciens récits, le texte Zoroastrien (env – 600 av. JC)  avec l’Avesti YimanEn Grèce, le récit (écrit estimé –-500 av. JC) avec pour héros Deucalion et un déluge voulu par Zeus où un vaisseau échoua sur le Mont Parnasse au-dessus de Delphes ou bien le mythe de Philémon sauvé par Jupiter dans « les Métamorphoses » d’Ovide (-43 av. JC à +17 JC)Et celui de l’Atlantide cité par Platon (-427 à  -347 av. JC), un texte qui s’est mu en un déluge d’encre.Le récit de l’Ancien Testament - Livre de la Genèse (ch. 6 à 9) (écrit vers -400 av. JC) mentionne ce déluge près de 3000 ans av. JC avec comme héros Noé, Nuh, Noah, Noun… En Amérique, on trouve des variantes chez les Mayas, les Incas et dans les tribus indiennes ainsi qu’en Europe à travers des textes irlandais.  Cette multiplicité de récits ne fait que confirmer que la mondialisation existait déjà, que la mobilité des populations était importante et que les mythes se transformaient selon les lieux et les époques. D’autre part lors des conquêtes, les envahisseurs apportaient leurs croyances. Il en est ainsi de la Christianisation, pardon de la pacification de ces peuples barbares, il n’y a rien d’étonnant à ce que les peuples d’Amérique du Sud aient repris cette légende.   Alors le déluge : Véracité ou fantaisie ? Comme la plupart des mythes, ils trouvent leurs origines dans des événements ayant frappé durement les esprits et ils sont entrés dans l’histoire en ayant été largement dévoyés pour servir une cause, une croyance.Les analyses linguistiques de ces multiples récits se sont affinées et sont maintenant confrontées aux outils scientifiques que sont l’hydrologie, la géologie, la paléontologie et l’archéologie… des matières qui permettent de lever progressivement le voile, de cerner leur contexte originel et donc d’en infirmer ou d’en confirmer la véracité. De tous les mythes, celui du déluge a été de ceux qui ont été les plus repris et interprétés par les scriptes. Ces copistes cherchaient à les ancrer dans une vérité, celle de leur dogme. Sans parler de la thèse soutenue par Anastase Kirchner au XVIème proche de celle déclamée aujourd’hui par les fondamentalistes qui affirment que le déluge est une œuvre de Dieu, ils sont à même de vous préciser la date précise, de décrire par le détail l’architecture du bateau et la composition exacte de son hétéroclite chargement ; des interprétations fantaisistes liées à des pathologies connues.Cependant dans le mythe du déluge, une piste concentre les réflexions des chercheurs et alimente depuis quelques années les revues scientifiques ; cette hypothèse s’appuie sur les modifications géologiques et les séismes qui sculptent l’écorce terrestre. Replongeons nous dix millénaires en arrière. Nous sommes au néolithique, ça y est, vous y êtes ! Notre planète ne ressemble pas tout à fait à celle d’aujourd’hui. A la place de l’actuelle Mer Noire se trouve un lac d’eau douce, « le lac Pontique » d’environ 300 000 km2. Ses eaux sont issues du bassin danubien, son niveau est inférieur de 200 m à celui de la mer de Marmara, et donc par conséquent à celui de la Méditerranée. Pour nombre de chercheurs, un séisme lié à un mouvement tectonique - n’oublions pas que nous sommes sur la faille nord anatolienne -, aurait rompu l’isthme situé au Nord -Est du Bosphore. Cette rupture aurait créé une gigantesque chute d’eau équivalant à 200 fois les chutes du Niagara déversant les eaux saumâtres de la Méditerranée dans ce lac d’eau douce. Le niveau de ce dernier augmente de 170 m en 18 mois. Comme chacun sait, les populations partiellement sédentarisées s’établissent le long des points d’eau. Il est facile de comprendre que ces populations voyant monter inexorablement l’eau (les rives reculent de 1 à 4 km par jour selon les lieux) noyant au passage biens, terres et ressources, ont dû avoir une peur bleue et évoquer quelques esprits maléfiques. Réfugiés sur quelques collines, certains ont péri, d’autres sont montés sur quelques embarcations de fortune pour retrouver terre (1). Cette thèse est issue des années 1980. Un géologue bulgare, le Docteur Dimitrov, trouve en Mer Noire des coquillages d’eau douce. Une analyse au carbone 14 les date de 7 000 ans, c'est-à-dire avant-hier. En 1993, sous l’égide de deux américains, William Ryan et Walter Pitman, est lancée une campagne de recherches avec une équipe internationale et pluridisciplinaire. Les résultats confortent la thèse hydrogéologique d’une montée des eaux dans cette région du globe. En 1998, William Ryan mène avec le concours de l’Ifremer une campagne de carottage géologique qui confirme l’hypothèse. En 2000, le géologue américain Robert Ballard, soutenu par la revue National Geographic, lance une nouvelle campagne pour trouver d’autres indices. Equipé des robots, il explore le fond et découvre au large de Sinop (au Nord-Est d’Istanbul) du matériel archéologique et des traces d’habitat. Si la communauté scientifique n’est pas encore unanime sur cette thèse et d’autres expéditions sont en préparation, il est vrai que d’autres versions existent. Gageons que la science pourvue de plus de moyens et de nouveaux outils pourra apporter un éclairage sur cette transformation géologique et dire si ce mythe est fondé. Notons qu’une équipe de théologiens chinois vient d’annoncer en cette année 2010 avoir découvert l’arche de Noé sur le Mont Arafat… la quête du Graal continue…  
 (1)  Est-ce en mémoire de ce cataclysme que les Grecs ont d’abord baptisé la mer Noire "Axine" c’est-à-dire « la mer inamicale », avant qu’elle ne devienne plus tard Euxine (ou Pont-Euxin) c’est-à-dire « la mer amicale » ?  
 
Louis-Marie BOSSEAU - 2009

Publié à 20:53, le 9/11/2009, dans Articles thematiques,
Mots clefs : louis-MarietranseuropaeDélugebosseauturquieistanbulBateaumer noire

{ Lien }

Vers le Bosphore

Mai 2009

Nous retrouvons la petite cité balnéaire d'Eforié,située à quelques encablures de Constanza au Sud-Est de la Roumanie. La marina a été implantée au centre d'une longue plage de sable fin : le « AnaYacht Club » juste en dessous du « Ana Hôtel », une luxueuse résidence de balnéothérapie dont le propriétaire est passionné de voile, ceci explique cela. Le bassin du port est vide, les bateaux sont tous à sec sur l'aire d'hivernage. Face à la mer, au milieu de  cette forêt de mâts telle une compagnie de lanciers prête à se lancer dans la bataille, Romar 1 patiente sagement, posé sur ses madriers, il attend. Le moment est émouvant, indéniablement il nous a manqué et unec ertaine réciprocité semble perceptible. Nous montons à bord, il est tel que nous l'avions laissé, l'hiver ne semble pas avoir eu de prise sur lui, seuls qq bourgeons de rouille à l'extérieur ont pointés les jours de notre séparation, l'intérieur est extraordinairement sec. Nous déchargeons notre barda, remplissons la réserve d'eau, rebranchons l'électricité, il retrouve un peu d'énergie et reprend progressivement vie.

La Marina ne mettant jamais les bateaux à l'eau avant la mi-Mai, nous resterons qq jours à bord pour le nettoyer, y installer du  nouveau matériel de navigation, de nouveaux accessoires. Comme nous avons le temps nous poussons une excursion dans le Delta du Danube puis au pied des Carpates.

Au retour de notre semaine d'escapade, les danois sontlà et déjà à l'œuvre sur leurs bateaux, Willie a du pain sur la planche car une pièce lui a été subtilisée durant l'hiver et il ne peut remettre l'arbre d'hélice rectifié... pour corser le tout il ne trouve personne pour la réaliser sur place, elle sera donc faite au Danemark.

Le lendemain, à leur tour nos amis hollandais arrivent par le bus Hanovre-Constanza. Ils ont + de 100 kgs de bagages, les retrouvailles sont pour le moins festives.

Bon, fini l'hiver, il faut se mettre au travail, ponçage, antifouling, peinture, petites réparations diverses, dans la marina, les entreprises et les équipages s'activent, le grand jour approche... mais ce grand jour se fait attendre car le port est ensablé et il est impossible de mettre les bateaux à l'eau. Le constat est quelque peu tardif. S'ensuit alors une véritable débauche de moyens, un remorqueur usé amène une barge flottante tout aussi rouillée soutenant une énorme grue mille fois réformée, mille fois referraillée, mille fois ressoudée, indéniablement le matériel a de l'ancienneté. Amarrée dans l'entrée du port, son immense godet extirpe du bassin un sable liquéfié qu'elle dégueule sur le remblai, le tas prend au fil des heures des allures de dunes, l'aire de stockage s'avère vite insuffisante tant le volume est important. L'organisation est chaotique tant la chaîne de commandement est longue, que faire du sable, le lendemain arrive une grosse péniche maritime à coque ouvrante, le chantier est improvisé, au premier chargement, la péniche ne peut plus bouger, elle repose au fond, et doit remettre à l'eau la moitié de sa cargaison. S'ensuit sur plusieurs jours un lancinant et aléatoire va et vient. Comme le sable est déchargé à 200 m de l'entrée...pour sûr, l'an prochain le problème se reposera... mais nous serons loin.

 

                        

                              Draguage du port                                    Romar 1 retrouve son élément

La saison s'annonce. Sur tous les fronts s'activent des groupes de travailleurs. Tout d'abord, les plages qui au cours de l'hiveront pris des allures de décharge, plusieurs dizaines de personnes avancent en rangs serrés et enfournent les détritus dans d'immenses sacs poubelle, plusieurs jours leur seront nécessaires pour expurger des sables ses multiples déchets, la horde humaine partie sur d'autres lieux, un tracteur passe et repasse pour affiner et surfacer les futures plages sur lesquelles s'aligneront bientôt parasols en paille et chaises longues multicolores. Au delà, les chantiers sont fébriles, partout on construit, restaure, raboute, agrandit, repeint, des cabanons de planches voient le jour, de nouvelles terrasses s'installent, de futurs restaurants ou boutiques s'équipent, là aussi le mode opératoire est stupéfiant : une invraisemblable débauche de personnes, chaque chantier emploie un nombre inimaginable de travailleurs... Plus haut la ville est aussi en effervescence, en quelques jours elle retrouve de la couleur, le process est tout aussi impressionnant, les binômes de peintres munis de balais et de seaux peignent des kilomètres de bordures de trottoirs, chaque équipier à sa couleur, blanc ou jaune, quid d'un nettoyage initial du caniveau ou d'un ponçage, on ne fait pas dans la finesse, tout y passe, routes et trottoirs, mobilier urbain,tout a droit à de larges débordements, à des coulées de peinture, les poteaux d'éclairage et de signalisation subissent le même sort, jusqu'à hauteur du manche, l'au delà est inaccessible et restera dans sa gangue de rouille...

Ce matin, une grue gémissante, suintante, ruisselante et puant l'huile hydraulique est arrivée dans la marina en traversant plages et gargotes. L'écurie du big boss ne saurait attendre davantage et est mise illico à l'eau. C'est à notre tour, un à un dans un étrange ballet aérien où rien n'est millimétré mais tient plutôt de l'arraché, les bateaux prennent en l'air d'étranges et inconfortables positions que nous préférons ne pas regarder. S'il n'y a pas eu de casse, il y a eu quelques belles frayeurs et de gros frissons.

Maintenant à l'eau nous attendons une fenêtre météo pour partir, aux dires des responsables du port, nous sommes visiblement un peu trop optimistes, partir au mois de Mai leur paraît un peu prématuré. Qu'importe nous attendrons le temps qu'il faut...

Mais l'attente est compensé par différents spectacles, le premier d'entre eux est celui que nous offre le Directeur, le « Big Boss » Général du Ana Hôtel. Autour de sa flottille, devant caméras de télévisions et nuée de journalistes il se livre à un véritable numéro de séduction. Pas très grand, un visage de cire et toujours doté d'un large sourire ravageur, il a tout de « Berlusconi », même style, même discours de bonimenteur. Tout d'abord habillé d'une combinaison de chantier rouge avec logo Ana,  il présente sa marina, évoque au passage nos pavillons pour montrer la dimension internationale du port, le voilà sous la coque d'un de ses bateaux, tenant un rouleau à peinture préalablement enduit d'antifouling il donne quelques coups de rouleau, les caméras gourmandes filment... enregistrent... il demande une pose, il s'éloigne et revient vêtu d'un sweat avec écusson, d'un pantalon sport et de chaussure bateaux, le skipper peut dorénavant parader sous les objectifs à bord de son plus gros voilier et il s'y entend le bougre... et il en ajoute et en rajoute, tout le monde prend goût au bagout... même nous. Nous apprendrons plus tard quele soir après son One Man show il a proposé à l'ensemble du personnel unepartie de football sur la plage, le personnel en est encore tout retourné, jouer au foot avec le Big Boss... cela vaut tout l'or du monde...Il s'agit en fait de Georges Copos, Homme d'affaires et ancien ministre, propritétaire du Club de Football le Rapid de Bucarest. Il vient de lancer l'édification de la pus haute tour de Bucarest pour y installer ses bureaux.

A la tombée de la nuit un petit yacht bulgare fortement motorisé accoste près de Romar1. Il est là pour faire le plein de carburant, on compte en milliers de litres bien sûr, mais aussi en centaines de bières et de tous liquides consommables. Tard dans la nuit un puissant halo sous-marin éclaire sa coque accompagnée d'une « musique » que les décibels rendent inaudible, c'est d'un effet ! deux hommes membrés comme des bodyguards, nourris de bières, d'alcools et de fumée s'exhibent sans retenue, ils portent fièrement tatouages et bijoux. Pour rester dans la démesure, le  lendemain matin, un hélicoptère dépose sur la pelouse un équipage complétif. Maintenant toute la caste est à bord. Tout en eux respire le « customisé », l'ostentatoire, le « lourdingue ». Si, lors de notre descente danubienne il nous a été donné d'apercevoir çà et là quelques personnages aussi patibulaires, nous n'y avions pas prêtés attention mais là, tout prés nous, les ignorer nous esti mpossible tant ils envahissent la marina, ce sont des  « Moutri» bulgares.

 

Profil Type du Moutri 

Mais qui sont-ils ? Les « Moutri » ou« gueules de bandits » sont souvent issues des services secrets ou des apparatchiks de l'ancien régime.

L'écrivain Vladimir Levtchev dresse un portrait acide de cette nouvelle couche sociale aussi ignorante que flambeuse. Voici un extrait paru dans le « Courrier des Balkans », une excellente revue, ceci dit en passant.

« Après les bouleversements de 1989, une nouvelle culture s'est imposée en Bulgarie. Elle est révélatrice des goûts d'une couche sociale, les « moutri » ou « gueules de bandits » , des nouveaux riches, ex-sportifs reconvertis dans le crime organisé, liés aux anciens services  secrets et aux milieux politiques. Ils ont une préférence prononcée pour les grosses voitures et les villas de luxe. Ils apprécient un style particulier de musique, la tchalga, chansons langoureuses et lascives, exécutées par de provocantes beautés.

Est-ce que l'on peut acquérir une culture et du goût grâce à l'imitation ?

Les théoriciens du « proletkult » et du réalisme socialiste incitaient les classes supérieures et les intellectuels à faire l'apprentissage de l'esthétique auprès des ouvriers et des paysans. Mais les choses ne se déroulent-elles pas autrement dans l'histoire ? Le réalisme socialiste n'est-il pas une mauvaise imitation du réalisme du XIXe siècle ? Ainsi par exemple, le mémorial de la reine Victoria devant le palais de Buckingham est flanqué de deux statues représentant une femme avec une serpe et un homme avec un marteau. Elles incarnent l'agriculture et l'industrie, et ressemblent à s'y méprendre à la très célèbre statue « Ouvrier et kolkhozienne» de Moukhina, créée en 1937 en URSS. 

Généralement en Europe, c'étaient les classes inférieures qui s'imprégnaient de la culture et du mode de vie des classes supérieures et les adoptaient : le bourgeois voulait vivre comme le noble ; l'ouvrier, comme le bourgeois ; le paysan, comme le citadin, ce qui a influencé le style de vie et plus généralement la culture.

Que pouvons-nous dire à propos de la situation culturelle en Bulgarie ? La société bulgare est par principe une société égalitaire et patriarcale (pré-moderne). Nous n'avons pas d'aristocratie depuis le XIVe siècle, mais nous avons conservé de fortes traditions patriarcales.

Au temps du régime communiste, notre « élite », notre « aristocratie » était animée conjointement par l'esprit du Parti et celui de la milice. À cette époque, il était à la mode d'être issu d'une famille paysanne pauvre et, encore plus prisé, d'avoir un père maquisard à moitié analphabète. Les enfants des maquisards à moitié analphabètes de la génération de Todor Jivkov sont devenus la nouvelle élite de notre société, l'objet des potins des années 1970 et 1980. Ils aimaient la Russie soviétique, mais ils roulaient en même temps en Mazda, en BMW ou en Mercedes (selon leur rang), alors que les Bulgares roulaient en Trabant ou en Moskvitch, mais le plus souvent en transport en commun. Ils aimaient le folklore bulgare et les chansons russes (du moins en public), mais ils préféraient en même temps le rock 'n' roll. Leur culture était un hybride d'Est et d'Ouest, de mentalité paysanne et d'esprit citadin, de traditions patriarcales et d'aspirations à la modernité. Beaucoup d'entre eux étaient formés dans les universités soviétiques.

Cette couche sociale a gonflé au début des années 1990, quand les agents de la Sécurité d'État ont surgi comme des cafards de leur repère, et se sont mis à étaler leur argent au grand jour, à s'offrir des voitures occidentales et à bâtir des datchas semblables à celles des fils et des filles des membres du politburo. S'y sont ajoutés nombre d'ex-sportifs, eux aussi galonnés, et la mode s'est répandue d'équiper les voitures de plaques minéralogiques « à la milicienne », comme une sorte de signe d'appartenance à une caste, valable encore aujourd'hui.

Finie la Russie, le nouvel eldorado ce sont les États-Unis

Les nouveaux riches se sont mis à partir non plus en Russie mais aux États-Unis, pays qu'ils méprisent par ailleurs, mais qu'ils préfèrent de loin pour y dépenser une masse d'argent blanchi et placé à l'abri sur des comptes bancaires à l'étranger. Ce sont les mêmes qui reviennent en Bulgarie ces temps-ci. Bref, la culture « moutresque » de la tchalga d'aujourd'hui est la variante populaire, popularisée, de l'ex-culture «supérieure » qui traduisait l'esprit clanique du parti et de la milice dans les dernières décennies du régime communiste.

C'est là que réside la racine « de classe » des «moutri », qui se sont multipliés au début des années 1990. Liés génétiquementet littéralement à la milice du régime communiste, ils écoutaient la tchalga «du peuple », mais portaient des survêtements et se paraient de grosses chaînes en or à la manière des gangsters des quartiers noirs aux Etats-Unis, tout encollaborant en même temps avec la mafia russe.

C'est bien triste, mais il y a peut-être un peu de lumière au bout du tunnel. Les enfants des « moutri » font des études dans les universités occidentales. Certains arriveront probablement à s'imprégner d'une autre culture et reviendront en Bulgarie en tant qu'amateurs d'une autre musique que la tchalga, et pourquoi pas de Joyce et de Flaubert... ».

 

 

Vendredi15 Mai

Eforié à Mangalia (Ro)

Départ Eforié pour Mangalia, pour cette première sortie, pour cette mise en bouche,cela s'annonce plutôt agréable, la houle et la brume sont légères... Mais,c'était ignorer la Mer Noire et son caractère imprévisible, rapidement nous nous retrouvons enveloppés dans une mélasse, prisonniers des brumes, la visibilité tombe à 200 m. Nous tenons les 105 cv de Romar1 à petit régime car la navigation doit se faire aux instruments, comme j'ai un souci avec les miens, le logiciel refuse de se lancer, je suis, sans le perdre de vue le catamaran CO2. La route se fait tout de suite plus longue mais quand, enfin arrive Mangalia, la brume se dissipe. La marina est toute neuve et dotée de nombreux pontons vides de bateau. Un jeune douanier nous attend pour une inspection des papiers, tampons, signature, et posez ses traditionnelles questions : avez-vous des clandestins, des armes, des bombes ou explosifs, question à laquelle Koss répondra : Oui, ma femme ? surpris le douanier ne cherche pas à comprendre tant l'hilarité est générale sur le ponton, c'est bon, nous sommes en règle.

 

Mangalia : bien que noyée au milieu de nombreux bâtiments sans véritable caractère, la ville a sauvegardé de nombreux vestiges grecs et romains. Initialement lancée par Caucescu en quête d'une identité suprême pouvant le servir, la recherche archéologique est sans conteste un point fort de la Roumanie, en de nombreux lieux, des chantiers de fouille sont ouverts, parfois abandonnés faute de moyens, mais nous ressentons très fort ce besoin de fouiller dans l'histoire antique, peut-être pour exorciser un passé récent, se refaire une identité après ses années de plomb.

 

En fin d'après-midi nous vivrons un phénomène météorologique assez curieux, presque angoissant, en deux minutes nous gagnons près de 10 degrés, une vague de chaleur inexplicable s'est abattue sur la ville et est repartie aussi vite qu'elle est apparue.

 

Samedi16 Mai (8h de navigation)

Mangalia(Ro) à Balchick (Bg)

La mer est un peu plus forte, nous affrontons une houle croisée sérieuse, malgré l'inconfort nous atteignons en milieu d'après-midi Balchick. Ma VHF crache je ne sais quoi, coup de sifflet dans le port, gestes de part et d'autre de la jetée, manifestement quelque chose ne convient pas... et pour cause... j'ai oublié d'accoster au quai des douaniers... c'est vrai nous sommes maintenant en Bulgarie...erreur vite réparée... papiers, tampons, tutti quanti. Après ces formalités, nous irons nous poser là où le vieux gardien l'exige, il grogne, 4 bateaux à placer en même temps, c'en est trop pour lui qui veut tout superviser.

Située à 48 km au nord de Varna et 36 km au sud de Dobritch, s'appuyant sur de hautes collines blanches Baltchik fut fondée il y a  26 siècles par des colons grecs. Son premier nom est Krouni, en rapport avec les nombreux sources karstiques.Plus tard, toujours sous les Grecs, la ville adopta le nom de Dionissopolis, en honneur du dieu Dionise et la ville battait sa propre monnaie, signe de son florilège commercial. Les Thraces ont également habité la ville, au 2ème siècle. Au 3ème siècle les Romains s'en emparent, c'est le point culminant de son essor économique et culturel. La ville ne retrouvera la gloire qu'au début du XXéme  lorsque la reine Marie de Roumanie y fait construire une villa surplombant la mer . Le site est magnifique,  la demeure est entourée de vastes jardins d'une étonnante diversité, jardins anglais, français, vénitiens, jardins d'eau, fruitiers : Un ensemble d'une indéniable beauté qui respire humilité, sérénité, générosité. A voir absolument.

 

 La villa de la Reine Marie 

  

                

    Les admirables jardins de la Villa de la reine Marie à Balchick

 

Lundi18 Mai (5h)

Balchickà Varna (Bg)

Avec une telle houle, l'équilibre est assurément précaire. Nous essuyons quelques bons coups de vent et quelques belles vagues croisées, heureusement l'étape est courte et arrivons vite à Varna. Nous nous amarrons dans l'étroit boyau qui sert de port de plaisance. Nous assistons en loge d'honneur à la visite en grande pompe d'un navire de guerre turque, matelots alignés sur le pont... traditionnels coups sifflets... l'apparat est de rigueur...

Derrière la marina, des stands sont en cours de montage, en fait ce sont les préparatifs du salon nautique de Varna, quelques beaux yachts attendent déjà leur futur propriétaire, fortuné cela va de soi. Longeant la promenade puis le jardin maritime, nous montons en ville, les rues sont faites de vieux bâtiments aux enduits lépreux et aux encorbellements mutilés, au rez de chaussée, des boutiques plus ou moins en déclins exhibent leurs rares produits. Un détail : à l'entrée des commerces, un autocollant stipule que les armes y sont interdites... La ville souffre d'une mainmise de l'anciens corps de la marine sur les affaires, toutes les affaires, cela ne sent pas bon. Avec ses 350 000 habitants, Varna est la deuxième ville de Bulgarie et sa "capitale d'été". 

Le cœur de la ville a des allures de métropole occidentale, les grandes places dégagent une froideur toute minérale s'opposant ainsi à la cathédrale qui affiche de voluptueuses coupoles vertes, en face, de l'autre côté de l'avenue est implanté un petit marché aux étals ordonnés et où des« babouchkas » vendent leurs dentelles faites à la main. Elles sont nombreuses mais les clients rares. La périphérie de la ville est constituée là comme ailleurs de vastes ensembles où s'entassent une grande partie de la population.

 

Mercredi20 Mai (7h)

Varna à Nessebar (Bg)

La houle est toujours aussi forte et les moutons se font plus gros, d'inconfortable la mer devient insupportable. A l'entrée de la baie plusieurs bateaux de guerre mouillent, à bord il ne semble y avoir âme qui vive, nous slalomons entre ces fantomatiques navires gris. Nessebar est en vue, nous laissons la marina sud qui est en chantier et optons pour le port de pêche placé au Nord, il est mieux protégé, offre de bonnes places et est situé sous l'enceinte de la vieille ville.

 

Nessebar est une des plus vieilles villes d'Europe, elle fut fondée par les Thraces il y a  environ 5 000 ans ce qui en fait aussi la ville bulgare la plus riche en architecture ancienne.
Située à environ 30 km au nord de Bourgas et tout près de la Côte duSoleil, la ville forme une toute petite presqu'île de  850 m de long pour  350 m de large...

 

23 églises et monuments divers retracent le passé grec, romain et byzantin de la cité, connue à ces époques sous le nom de Messemvria. La ville est inscrite au patrimoine mondial depuis 1983. Malheureusement, Nessebar a perdu 1/3 de son territoire depuis l'antiquité. Des vestiges de ses murailles peuvent être observés par les amateurs de plongée sous-marine à 80 m de la côte.

La presqu'île de Nessebar est fermée à la circulation automobile, et pour cause, les rues sont étroites et essentiellement commerciales, remplies de terrasses de bars, de restaurants, d'étals de souvenirs, d'échoppes d'antiquaires où l'on trouve de tout, des objets et insignes nazis à une large gamme de statues du petit père du peuple mais Nessebar c'est aussi des petites places sympas quand il n'y a pas grand monde... ce qui est très très rare.

Au port, nous ferons la connaissance des pêcheurs, ils sont ravis de voir des étrangers dans leur bassin, en fin d'après-midi nous devons déplacer deux bateaux pour leur laisser une place à quai, pour cela ils nous gratifient d'un turbo (plus très frais, il faut bien le reconnaître et d'une bouteille d'alcool, un alcool à faire exploser n'importe quelle chaudière homologuée...)

     

NESSEBAR 

 

Vendredi 22 Mai ( 7h00)

Nessebar (Bg) à Ignéada (Tq) 

Les Cost-Guards n'ont nullement envie de se déranger pour des formalités que d'autres ports sont à même de remplir. Et bien soit, la flottille quitte donc le port de bonne heure pour la Turquie, les  moutons d'hier ont été rentrés et la mer calmée. Nous ferons les papiers de sortie à Tsarevo où à Ahtopol où en extrême limite à Rezovo... mais là encore nos options administratives ne coïncident pas avec celles de l'administration locale, Tsarevo pour une raison qu'on ignore ne veut pas de nous, ensuite quoiqu'en disent les cartes, Athopol  dispose d'un trop faible tirant d'eau que nous ne pouvons entrer, alors nous filons sur Rezoto et nous stoppons les bateaux perpendiculairement à la côte face à la maison des Coast Guard bulgares situés là haut sur la colline, ils nous observent et réciproquement.  Après moult échanges plus ou moins audibles par VHF, les autorités refusent de nous faire les papiers et exigent que l'on retourne à Bourgas, à près d'une journée de navigation, il n'en est pas question. Après consultation des autres bateaux, nous délibérons et à l'unanimité nous choisissons de passer outre et laissons les autorités bulgares s'égosiller sur leur VHF... la ligne frontière est à 300 m marquée par un drapeau bulgare et un drapeau turc de par et d'autre d'une rivière.

8 miles de plus, et nous voici dans une grande baie où se présente notre premier port turc : Ignéada. Un port à la fois de pêche et militaire, un port bien protégé mais lugubre, lové au pied d'une colline semi désertique où la poussière passe son temps à balayer les cailloux. La chaleur est semblable au lieu,écrasante.

Le jeune planton en uniforme nous demande de nous amarrer sur le contre quai car la vedette des coast-guard va bientôt arriver. En fait, ce n'est qu'à 2 heures du matin que nous serons réveillés par le bruit tonitruant de la vedette militaire, un bâtiment de 50 m lourdement armé. On entend bien à l'extérieur des échanges assez vifs, des ordres secs  mais rien ni personne ne se manifeste à nos bateaux. Une heure plus tard, d'étranges bruits de bulles lèchent la coque et nous réveillent, par le hublot je distingue un homme-grenouille avec une puissante torche, remonté sur le quai, il a  inspecté la coque de nos bateaux. Il est vrai qu'il y a quelques jours un attentat a tué plusieurs soldats dans le sud de la Turquie et que les forces armées sont en état d'alerte maximum.

Au petit matin, deux militaires emmitouflés dans de vieilles capotes font les cent pas devant nos bateaux, il y a celui qui nous a aimablement accueilli hier, cela ressemble fort à une punition, notre amarrage à ce quai ne devait pas être conforme aux règlements mais on ne nous dira rien.

Il faut avouer que l'an dernier des amis ont mouillé au milieu du port sans le droit d'accoster. Que cette année on nous accorde le droit était un peu une bonne surprise... pour nous, pas pour le jeune militaire qui n'a eu droit d'aller se coucher.

 

 IGNEADA LIMAN (le port)

 

Samedi23 Mai (7H)

Ignéada - Kiyiköy 

Nos amis danois partent de bonne heure, ils sont pressés d'atteindre Istanbul, quant à nous, nous décidons d'attendre l'officier supérieur pour régler les formalités. Il s'avèrera qu'il n'en a pas la compétence et qu'Istanbul est seule habilitée à délivrer les fameux sésames, la consigne est d'y aller de suite sans mettre le pied à terre avant. Pour nous c'est inconcevable, impossible, mais bon nous lui signifions « No Problem », nous ferons comme d'habitude, ce que bon nous semble. Nous quittons notre base militaire pour officiellement Istanbul mais en fait nous optons pour K?y?köy un petit port de pêche non porté sur la carte. L'entrée est difficile à distinguer dans la côte déchirée. L'accueil y est magique, les pêcheurs surpris par notre présence en ce lieu serrent leurs bateaux pour nous laisser un  bout de quai. En quelques instants, nous tirons une rallonge électrique du box de 10 m2 qui tient lieu de « Supermarket », un super bazar qui ravitaille les pêcheurs. Le quai, quoique encombré de filets, de cagettes vides, d'ancres, de moteurs, etc... abrite de petits ateliers de pêche attitrés aux bateaux. Bien que constituée de coques de bois de 8 à 15 m la flotte va jusqu'au large de la Crimée pour pêcher.. Nathalie, journaliste française freelance résidant à Istanbul vient d'arriver, sa connaissance de la Turquie et son maniement aisé de multiples langues, français, anglais, allemand et surtout turc permet de lier connaissances et de trouver rapidement les bons interlocuteurs dont l'incontournable Président de la Coopérative, car ici chaque port est géré sous forme coopérative.

C'est un jeune patron pêcheur qui n'a pas 30 ans, il nous raconte qu'actuellement les gros bateaux restent à quai car la saison de pêche est terminée. Ceci dit la semaine dernière il est sorti en mer, les gabelous locaux s'en sont aperçus et l'ont attendu, Bilan : sa cargaison de turbot a été saisie pour être vendue aux enchères et ainsi payer l'amende de 60 000 euro,  ... comme cela ne semble pas l'affecter, on en déduit à haute voix qu'il a dû sortir un certain nombre de fois sans se faire remarquer, nous obtiendrons pour réponse un sourire.

Un autre pêcheur, son beau-frère tient à nous faire visiter ce qui semble le haut lieu touristique de la région un monastère troglodyte du VIème siècle « Aya Nikola Manasteri"  qui se situe à 2 km au bord d'une petite rivière. Bien qu'abandonné, dans son jus pourrions-nous dire, le  site est rupeste, exceptionnel.

Le soir, nous montons dans un petit restaurant qui domine la vallée d'où montent d'infinies croassements et enchaînons par une visite du vieux village dont subsistent quelques fortifications construites par Justinien, la population est dehors, assise sur les marches, sur les murets, ça discute, joue, les commerces sont ouverts et disposent tous d'une télé, les nombreux bistrots ont leur programme et leur clientèle attitrée, deux d'entre eux retransmettent le dernier match du championnat, le derby stambouliote: Fenerbahçe - Besiktas. L'ambiance est chaude... très chaude...

Le lendemain, la mer n'est pas bonne, personne n'a osé sortir, pas même les pêcheurs côtiers. Le Président soucieux de la sécurité de nos bateaux décide de nous placer au coeur de la flotte de pêche, pour cette manœuvre, à sa demande je lui offre la barre, il est ravi, en deux temps trois mouvements, il insère Romar 1 au décimètre près dans la flottille, du grand art.  L'après-midi, nous revisitons la ville et ses environs, le soir nous allons dans une petite guinguette réputée, faite de bric et de broc et tenue par un pêcheur. Indéniablement il travaille en flux  tendu ou à stock zéro, notre commande prise il envoie illico son fils chercher boissons et pain au « supermarket ». Quoique le lieu soit assez sommaire, tables, chaises, couverts dépareillés, déco ultra kitch, mais le poisson est excellent.

KIYIKÖY LIMAN 

                    

 MONASTERE ST NICOLAE

 

Kiyikoy- Rumeli Feneri

La Mer Noire se montre de meilleur humeur. Objectif du jour : Rumeli Feneri, à 25 miles nautiques, le port qui marque l'entrée du Bosphore. Comme le temps est très clair très rapidement nous devinons au loin le détroit mais avant  il va nous falloir traverser une étonnante armada de plus de 100 navires de commerce. Ancrés devant le détroit, ils attendent leur tour, cela dure souvent des heures parfois des jours. Nous voici maintenant au milieu de ces monstres d'acier, cargos de toutes tailles et de toutes formes, des grumiers, vraquiers, caboteurs, chimiquiers, gaziers, minéraliers, rouliers, porte-conteneurs, tankers et supertankers, heavy-liftset Postpanamax. Nous sommes là au cœur de la toute puissance des échanges internationaux. Impressionnant. Selon un ordre de passage établi selon leur cargaison, leur taille et leur destination, un à un il intègre cette lente procession de 32 kms.

Là au pied du phare, Rumeli Feneri, nous voici dans le plus grand port de pêche de Turquie. Le port est proche de l'apoplexie, plein à craquer, entre les chantiers navals, les divers ateliers de réparation, les bateaux de pêche et d'excursion, quelques bateaux de plaisance, c'est un incroyable capharnaüm dans lequel nous devons nous faufiler. Au loin, le Président de la coopérative,  informé de notre arrivée par Nathalie connue ici comme le loup blanc, nous attend et nous fait de larges signes afin de nous mettre à couple en 10 éme position... l'accueil est bref mais fort chaleureux, le secrétaire de la coopérative en charge des finances arrive pour encaisser le dû qui est fort symbolique.

Après un peu de repos nous montons sur la place du village et buvons quelques thés (Kay). Notre guide nous a réservé une partition de son cru : le gardien du phare nous ouvre exceptionnellement son musée « un musée des sauveteurs ». Etre sauveteur au début  du XX éme était particulièrement dangereux dans cette mer si peu hospitalière, d'autant que les moyens étaient dérisoires. A l'extérieur, en surplomb des récifs mis en place prêts à l'emploi sont positionnés des canons de secours, des canons qui visaient le navire échoué et dont la charge emportait un filin qui, une fois amarré de par et d'autre permettait d'envoyer par une tyrolienne les secours.

Ravis de notre intérêt pour sa passion, il nous ouvrira exceptionnellement un lieu unique au monde, un mausolée et une salle de prière située dans l'embase du phare de Rumeli (58 m de haut) construit par les français en 1855 , l'espace est un lieu envoûtant où règnent une immense paix et une totale sérénité. Ici repose Saltuk Baba, un derviche apparenté à l'ordre des Bektachis (soufisme) et considéré comme un saint par ses fidèles. 

Merci, encore merci... pour ces instants d'émotion. 

                                         

ENTREE DU BOSPHORE                                                             LE PORT DE RUMELI 

 

 

  LES DERNIERES VAGUES EN MER NOIRE

 


Publié à 20:23, le 8/11/2009,
Mots clefs : VarnaIgnéadaRumeli FeneriturquieBulgarieRoumanieBosphoreMarineRomar1Bateau

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Avril 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

de Circéo à Nettuno
Sur le Mezzogiorno
de Maratéa à Naples
Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
de Gioia Tauro à Maratéa

Amis