Une Transeuropéenne

Santa Maria di Leuca

Que dire de la marina de Porto Turistico...
La marina n'a qu'un leitmotiv : l'argent. Un but un seul, faire chèrement payer ceux qui s'y arrêtent, il faut préciser que l'accueil n'a rien de chaleureux et que la protection des bateaux y est plus que succinte.
Aucune inquiétude à avoir, nous sommes sous la bonne protection de Santa Maria et de son représentant Benoît XVI. Une plaque apposée sur le sol de la marina signale que les mules papales dudit Benoît ont foulé cette sainte terre en 2008. Pour comprendre les raisons de sa venue il faut monter à l'imposant phare qui domine la pointe. Pour cela, gravissez le monumental escalier qui encadre une cascade géante voulues par Mussolini, cela symbolisait l'entrée en Italie. Au fil du temps, la source s'est tarie, le torrent asséché et ce n'est plus qu'un filet d'eau qui se faufile discrètement entre les pierres. L'empreinte du dictateur est toujours là car si le mot « Rex », est sculpté dans l'escalier Est, le mot « Duce » a été gommé mais reste là en filigrane sur l'escalier Ouest... la sainte pierre a la mémoire dure... suez, souffrez, prenez de la peine, là-haut vous parviendrez à l'objet de la visite papale, la Basilique, belle et pompeuse elle surplombe une haute falaise.

 

 

 

Entrons dans la ville, hormis quelques villas ubuesques, c'est une station balnéaire sans charme particulier si ce n'est la promenade sur pilotis au-dessus des rochers qui dessert les terrasses des nombreux bars... aux tarifs champs-élyséens... Vous cherchez du Wifi, filez votre chemin, ici c'est impossible, bien qu'une dizaine de bars se revendiquent cybercafés, il n'y a rien à faire, la réponse est nette et sans appel, c'est no, passez, il n'y a rien à voir, surtout ne vous avisez pas de savoir pourquoi, à demi-mot, on comprendra que la police surveille de près l'usage du net, la mafia aussi... cela sent bon le conflit... le profit...

Vu les tarifs prohibitifs du port et le peu d'intérêt de Santa Maria, nous ne nous attarderons pas en ce saint et haut lieu. Il nous faut franchir les 80 miles du golfe de Tarente, soit 11 heures de navigation, la météo n'est pas des meilleures, mais une fenêtre nous est ouverte pour quelques heures, pas d'hésitation, on y va.
Départ à 4 heures, la nuit est très claire et la mer s'est enfin posée, c'est parfait. Autour de nous, se déploie une féérie lumineuse, à tribord les lumières des usines et des réverbères de Tarente jalonnent la côte des Pouilles, et à babord au large les fanaux des navires qui contournent la botte. Alors que le jour se lève, les contours du golfe se dévoilent progressivement avec, surplombant le trait de la côte calabraise, une multitude d'éoliennes qui turbinent, elles habillent les collines lunaires des contreforts nord des Apenins, de Sila et d'Aspromonte. Dans la matinée nous croisons quelques navires de plaisance qui font route inverse.
Bien que nous ayons été prévenus que la fenêtre se fermait à 15:00, elle se claque 2 heures plus tôt que prévu, le sale temps est en avance et c'est avec une houle plutôt musclée de 5 BF que nous passons les 4 plate-formes gazières implantées à 5 miles des côtes... au loin se dessine l'immense jetée bétonnée du port de Crotonne, dans cette muraille nous percevons l'entrée cachée du port de pêche et de plaisance. Il était temps.
Nous voici dans l'entrée du port de Crotone, la ville n'a rien d'engageant, est ce la torpeur estivale ? S'en dégage une certaine laideur mêlée d'une âcre odeur de déprime. Qu'importe, les textes des marins décrivent une ville sinistre, un port sale et un accueil peu encourageant. C'est peu dire, là encore nous étions prévenus...


Publié à 17:59, le 9/09/2011, Santa Maria di Leuca
Mots clefs : tarenteromar 1Crotonelouis-marie bosseaubateautranseuropeaSanta Maria di Leuca

{ Lien }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Avril 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

de Circéo à Nettuno
Sur le Mezzogiorno
de Maratéa à Naples
Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
de Gioia Tauro à Maratéa

Amis