Une Transeuropéenne

De Kiato à Corfou (Grèce)

Kiato - 8 Avril 2010

Nous sortons de notre hibernation et arrivons à Kiato. Les doux rayons du soleil d'Avril sont rafraîchis par le vent d'Est qui balaie les demeures enneigées d'Apollon. Au sommet du Mont Parnasse, là où les neuf muses Calliope, Clio, Érato, Euterpe, Melpomène, Polymnie, Terpsichore, Thalie et Uranie vivent en communauté céleste.

 

Epidaure 

Au pied, au niveau zéro des mers, Kiato baigne dans sa moelleuse léthargie hivernale. La relative rudesse de l'hiver est quand même parvenue à geler les travaux d'aménagement urbain entrepris l'année passée. Ils n'ont absolument pas avancé d'un pouce, les trottoirs sont toujours aussi chaotiques, tranchés, troués, encombrés de poubelles, voitures, déchets, panneaux de signalisation et publicités pléthoriques, présentoirs détournés, arbustes incongrus. Se promener à pied sans avoir à marcher sur la chaussée est ici chose impossible. Quant à la grande voie piétonne, elle  est toujours en construction et son revêtement relève plus d'un hall d'exposition de matériaux dépareillés que d'un agencement savamment étudié, c'est une mosaïque sauvage aux formes hétéroclites pompeuses faussement géométriques, des motifs qui manquent sérieusement de cohérence et d'humilité.

Il nous faut nous réimprégner du mode de vie grec, horaires des magasins décalés pour ne pas dire aléatoires, seules sont rythmées les allées et venues des pêcheurs qui, matin et soir, vont poser et retirer leurs filets, des gestes intemporels qui semblent figés dans l'éternité. Cela suffit pour leur petit bonheur, quelques cagettes de poissons sans valeurs vendus directement au quai. Par contre sur le môle les pêcheurs à la ligne tournent 24/24 pour extraire de la mer les rares poissons dépressifs.

Pour satisfaire les contingences matérielles, nous louons pour quelques jours un véhicule, aller retour au Pirée pour remplacer notre système WC chez Alex Marine, un accastilleur d'origine turc, cérémonie du thé, tuttiquanti...  Nous en profitons pour parcourir le Pélopenèse, Mycène, Epidaure, Nafti, orangeraies.

Bien que l'état des routes laisse souvent à désirer, la Grèce s'est tissée progressivement un réseau routier qu'elle consolide. Dans un pays au relief accidenté, toutes réalisations de voies nouvelles exigent d'incommensurables travaux, tunnels, ouvrages d'art. Seule Athénes s'est dotée grâce aux JO d'un véritable réseau, mais il est archi saturé, une autoroute vient de s'ouvrir sur l'axe Thessalonique-Igometnissa, deux autres sont en cours de construction, une vers le Nord du Pelopenése, Patras, l'autre à l'Est vers Thessalonique. Les routes grecques sont les plus dangereuses d'Europe, à cela plusieurs raisons. Un style : purement méditerranéen la vitesse, le doublement sans visibilité, au plus lent de se ranger. Un mode de transport relativement récent : l'automobile ne s'est massivement implantée que depuis les années 80. Des écarts de moyens, sur la même route, vous croiserez ânes bâtés, mules attelées, puissants 4x4, véhicules en fin de vie et motos de course ou scooter à l'agonie. Le code de la route n'est qu'indicatif, feux, stop sont des avis de décès comme les offertoires qui jalonnent les routes et comptent les morts, eux seuls sont entretenus, le Saint Antoine planté dans le tableau de bord est plus un saint des causes perdues qu'un saint protecteur. Des modalités non respectées, les permis, assurances ne sont guère prisés. L'état des rues et des routes sont à la hauteur des finances de l'Etat , les panneaux publicitaires sont prioritaires et masquent la signalétique routière.

 

Aéroport d'Athènes Elefthérios-Venizélos

Pour ce qui est des voies ferrées, là aussi il y a du changement, s'il n'existe qu'une seule ligne de Train à Grande Vitesse, entre Salonique et Athènes, les prix y sont prohibitifs, deux autres lignes sont en cours de réalisation.

 

 

La configuration du pays éclatée entre une partie continentale et de nombreuses îles fort prisées des touristes font que le transport aérien a connu une progression fulgurante et les tableaux d'affichage de l'aéroport Elfaristo d'Athènes confirment la multitude des lignes. Sinon pour les plus romantiques reste les lignes de ferries, ils sillonnent les mers de jour comme de nuit, passez voir au Pirée l'incessant et impressionnant va-et-vient des navires passagers.

 

Sinon pour les inconditionnels du voyage terrestre et des transports collectifs, le pays est desservi par un réseau de bus géré par la KTEL (prononcé lactel) qui est tout à fait convenable. J'oubliais une astuce grecque, aux stations d'arrêt sont agrafés les horaires, mais les horaires sont ceux du lieu de départ de la ligne, c'est donc à vous de calculer son horaire de passage. Pas toujours aisé. Parfois des surprises, par exemple vous pouvez monter dans le bus à Corfou et n'en redescendre qu'à Athènes, le bus prend lui aussi le ferry, c'est compris dans le prix et c'est moins cher ?. Sachez aussi que les chauffeurs s'arrêtent partout sur un simple signe ou sur demande. En parlant de signes ne vous étonnez pas, le grec est très religieux et se signent systématiquement quand ils passent devant un lieu de culte, c'est sur certaines routes assez répétitif.

 

 

Superstitieux, le rétroviseur et le tableau de bord regorgent d'icônes diverses et variées, St Nicolas  tient le haut du pavé, de protection, pour sûrs les grecs en ont besoin car ils détiennent le record d'Europe des accidents routiers, s'ils possèdent les derniers modèles automobiles, ils sont détendeurs aussi des plus anciens modèles, quant à détenir le permis ou une assurance cela est autre chose, vous pouvez sur justificatif de votre identité louer n'importe quel véhicule, là-dessus ils ne sont pas regardants.

Nous allons chercher Joel et Thérèse qui vont nous accompagner pendant deux semaines. Direction, l'Aéroport Eleftherios Venizelos d'Athènes situé à 25 kms de la capitale, il a été lui aussi  construit pour les JO. Simplicisme, c'est au bout de l'autoroute, Ikéa, Leroy-Merlin, bordent les pistes, dépaysant Non ? Arrivée au bateau, transbordement, demain c'est le départ. En milieu de matinée nous faisons nos adieux à notre hôte Panos qui prépare ses voiliers pour la future saison.

Itéa

Notre première étape est Itéa, l'antique port de Delphes, sur la cote occidentale de la Grèce continentale. C'est une journée tranquille de réadaptation maritime, les sensations reviennent. Au fond du golfe, le port, peu de monde en cette saison, nous avons le choix et optons pour le quai le plus abrité. Un vieux marin vient nous prêter la main pour amarrer, c'est ainsi que nous ferons connaissance de Francis, le normand, avec son ketch historique « le Jean Delbard ». Francis est parti sur les mers depuis plusieurs années, il s'arrête au gré des humeurs et Itéa lui sert de base arrière depuis deux ans.

  

Comme nous lui demandons où se trouve le bus pour accéder au site de Delphes, il nous propose tout simplement d'emprunter sa Modus. Il nous recommande de découvrir au-delà quelques superbes villages nichés dans la montagne. Le lendemain matin, nous montons donc à Delphes, un site d'une richesse inouïe mais envahi de cohortes de visiteurs autocarisés.

La Tholos de Delphes 

Pour la visite je ne peux que conseiller une approche de ce lieu fabuleux à la première heure lorsque les visiteurs n'ont pas pris leur aise dans l'antique sanctuaire. Nous rentrerons par Amfissa, antique cité d'Etolie et une forêt de 400 000 oliviers appelée ici la mer des oliviers. Le surlendemain nous suivrons les conseil de Francis et gravissons par une étroite route montagnarde jusqu'à Eptalofos, un rustique village montagnard lové dans une vallée boisée près du sommet du mythique Parnasse. De superbes cascades entourent le village. Là haut habitaient les neufs muses des arts et des lettres, ce qui fit de cette montagne le symbole mondial de la culture.

 

Itéa est une ville au carré sans spécificité architecturale, banale, ses immeubles sont de briques et de béton, seule la promenade dégage une ambiance de villégiature que la ville n'a pas. Quelques commerces font face à la mer et attendent désespérément la saison. Devant changer les amarres nous nous adressons à un shipchandler, après plusieurs dessins, s'il acquiesce notre demande, à la livraison on comprend rapidement qu'il n'a rien compris, il s'est improvisé mateloteur mais ne sait pas faire la moindre épissure, c'est vrai, pourquoi vouloir une épissure alors qu'un nœud suffit, c'est tout grec. Cet après-midi nous avons démonté l'un des deux alternateurs qui ne recharge pas comme il devrait, vite fait bien fait. Le soir nous dînons à bord avec Francis, et nous annonce qu'il doit rentrer en France pour préparer la Fête nautique de St Valérie sur Somme dont il est Président. A l'automne il ramènera le « JeanDelbard » en France via Monastir.

Adieu Itéa, au revoir Francis, et encore merci 

 Le "Jean Delbard" photo issue du site de voile ancienne de Francis

 

Voici Trisonia avant la bataille de Lépante

La navigation s'est posée sur une journée calme à longer les rives de la Locride et ainsi couler paisiblement jusqu'à Trisonia. Un îlot de 2 km 2 pour 40 habitants, planté à 600 m de Glyfada. Il est appelé « l'île aux français » tant leur présence est forte. Et c'est vrai, dès notre arrivée les pavillons Bleu Blanc Rouge sont majoritaires, mais qu'importe, ne sommes-nous pas belges. Le village typique dispose de 3 cafés dont un fait office de supermarket qui a essuyé une razia, il y a des siècles, la petite navette est une barque reconditionnée qui traverse le bras de mer et rythme la langueur de l'île. Adossée au village, la petite marina qui ne sera jamais achevée apporte un brin de vie, elle abrite les maigres bateaux locaux et quelques voiliers venant hiverner ici à l'abri dont on ne sait quel regard, une goélette a mal supporté l'hiver, elle a coulé le long d'un ponton, seuls les mâts sortent de l'eau, apportant une touche noire au petit port. Chut...

 

Pour aujourd'hui nous voguons dans deseaux chargées du tonnerre de l'histoire, nous traversons le Golfe de Lépante oùs'affrontèrent en 1571, la flotte de la Sainte Ligue, constituée des vaisseaux de l'Espagne, des Etats pontificaux, de la République de Gênes, du Duché de Savoie et de l'ordre de St Jean de Jérusalem à ceux des troupes ottomanes conduites par Ali Pacha. La bataille fut rude et fit près de 40 000 morts dont 30 000 turcs, 260 navires turcs furent coulés. La large victoire chrétienne fut attribuée à la Vierge Marie qu'avait priée le Pape Pie V. Amen. Malheureusement le port de Navpaktos est trop petit pour notre humble galère, aussi nous ne retrouverons pas le bras perdu de Cervantés cni la tête d'Ali Pacha sa tête qui fut plantée en haut d'un mat espagnol.

 

 

Nous voici à l'ombre du pont de Patras, à la sortie du Golfe de Corinthe, le jeu des courants se fait sentir et nous pousse vers Mesolonghi. Nous longeons très au large la lagune, des bouées doivent être là, oui mais où ? enfin les voilà, il nous faut prendre le chenal ainsi balisé qui traverse les marécages, soyons attentifs car les hautsfonds sont tout proches et s'échouer dans la vase n'a rien d'attrayant. Nous voilà bien engagé, bien centré au milieu du chenal, de par et d'autre le paysage dévoile quelques cités lacustres prisonnières des marais ? au bord du chenal sont plantées quelques maisons fleuries sur pilotis, à leur débarcadère branlant sont encordées quelques barques hautement colorées, anciennes maisons de pêcheurs transformées en maisons de vacances.

 

Tout au bout un large bassin circulaire dessert un quai de chargement industriel, aire de stockage d'un grand nombre de monumentales pièces d'éoliennes et la marina gréco-néerlandaise en pleine rénovation de Missolonghi. La ville est à 10 minutes de la marina. Sans charme aucun si ce n'est la simple présence des grecs, avec leur rythme et leur coutume, l'église appelle ses ouailles, par curiosité nous y allons, l'église est pleine, c'est un office catholique. La ville tire son économie d'autre chose que du tourisme et cela nous convient. C'est vendredi soir et nous traînons dans les rues en quête d'une bonne table... ce ne sont pas les tables qui manquent... C'est ici que le 19 Avrl 1824 meurt Lord Byron frappé par la fièvre des marais.

Ithaque - l'île d'Ulysse

 

 

 

Le paysage est grandiose et oh combiensymbolique pour qui arrive par cette côte escarpées et déchiquetée, là,derrière l'abrupte pointe rocheuse, une profonde baie s'ouvre, à babord sur uncaillou inabordable, d'une blancheur immaculée, la chapelle de Taxiarches et d'Evangélistria semble bénir les entrants et les sortants. Progressivement la baie nous découvre un paysage grandiose tel un fjord, dans un creux, une large passe nous dévoile une anse au fond de laquelle se love dans un cadre somptueux de collines verdoyantes le pittoresque village de Vathy, la bourgade capitale...  Là-haut accrochée à la montagne, la chora, l'ancienne cité domine et veille à la baie. Le village est fort agréable et bien sûr, impossible d'y échapper trônent au centre la statue d'Ulysse et un buste d'Homère...

 

De zèle et de transit-log

Peu de temps après notre arrivée, nous sommes invités au bureau des cost-guards sous les fenêtres desquels nous avons amarré Romar1. La jeune de service s'étonne que nous n'ayons aucun papier hellénique, nous lui expliquons notre périple et nos divers contacts avec ses collègues, il nous faudra voir son chef qui arrive le lendemain à 10h. Le chef est ponctuel et dès son arrivée nous nous présentons avec tous les papiers du bateau et la crew-list dont il n'a rien à faire, mais que nous n'ayons pas de Transit Log lui est insupportable, coups de téléphone, ce document est obligatoire, nous lui rappelons les nombreux contacts avec les autorités helléniques, rien n'y fait : « ses collègues ne font pas leur travail » « il n'en est pas responsable, mais lui il sait »... il sait aussi que cela fera 50 euro, à payer au Trésor qui par chance habite au dessus... nous montons payer et avec le reçu, le chef nous établit un document A3 aux multiples feuillets, avec qu'il nous faudra dorénavant présenter dans tous les ports, nom du bateau référence moteur, tonnage, longueur, etc, etc... pour des questions pratiques, Romar1 bat pavillon belge, l'officier nous abat de la question qui tue, c'est dans l'Europe, la Belgique ? Yes Sir. Il est rassuré car les formalités sont simplifiées. En fait, cela semble être du pur zèle car, plus tard, aucun de ses collègues auxquels nous nous présentons ne veut tamponner ce sésame dépassé ?

D'agora et de démocratie...

Le soir arrive, non point que Romar1 soit le point G, le point central du village mais devant sur le mail s'installent chaises et sonorisation, nous pensons concerts, en fait le mail se transformera 3 heures durant à une agora, trois heures de discussions pour que l'île soit dotée d'un pédiatre... la discussion s'enflamme, s'apaise, s'attise puis redescend à nouveau, les gens vont, viennent, parlent et repartent, bonenfants... vote, encore et encore... de résultat nous ne saurons rien... à la nuit tombée la sono est rapidement démontée et les chaises empilées...

 

Siège du Parti Communiste d'Ithaque 

Du baromètre comme ouzographe

Comme le baromètre est tombé d'un coup et que notre périple n'impose ni contrainte ni date, nous restons et accompagnerons Pénélope dans l'attente de son Ulysse depuis si longtemps parti. L'île est  l'une des sept îles qui forment l'archipel des îles Ioniennes, elle recèle certainement quelques mystères que nous devons découvrir aussi louerons nous une au-tole-mobile, une basique, sans chichi, d'ailleurs nous n'avons pas le choix, ce sera une fiat uno, caisse rouillée, habitacle empoussiéré, réservoir vide, 25 € pour la journée, kilométrage illimité, c'est sans rique sur cette île de 100 km2 doté de 50 km de route goudronnée, "pour ce soir garez là sur la place, la clé sous le tapis". On ne saurait s'embarrasser de plus de formalités.

 

Alors nous sommes partie à la recherche des sirènes sur la côte Ouest et sommes tombés sur les gardes côtes, nous avons cherché le cyclope dans quelques tavernes du côté de Stavros, nous n'avons trouvé qu'un musée fermé, alors nous sommes descendu dans le petit village de pêcheurs d'une unique et simplicisme beauté, ensuite nous sommes montés à la grotte des nymphes mais elle se sont depuis longtemps évaporées, le lieu est désormais délaissé, abandonné... Nous avons cherché Ulysse mais ne l'avons pas trouvé, des archéologues viennent d'entreprendre une campagne de fouilles au Nord de l'île sur ce qu'il pense être le palais du roi d'Ithaque, qui sait ? Un constat, contrairement à la Grèce continentale où tout semble permis, Ithaque prend un soin particulier à son urbanisme et veille à une soigneuse restauration de son patrimoine architectural... là dessus repose aussi son économie, car enveloppée d'une végétation verdoyante, l'île possède de magnifique forêts et de superbes plages aux eaux cristallines. Mais aujourd'hui le ciel tourmenté, plombé donne à l'île et à la mer des lumières surnaturelles qu'aurait volontiers croquer Turner. Le seul inconvénient : bien peu protégés du Maiestro nous sommes sévèrement malmenés à bord de la lessiveuse « Romar1 " et les nuits se font longues... pour les digérer, autant vous dire que l'ouzographe varie à l'inverse du baromètre.

  

Méganisi

Direction l'île de Meganisi, quasiment accolée à celle de Lefkadas, le lieu est là encore paradisiaque, pas de problème pour se mettre à quai, visite du petit village fraîchement badigeonné d'un blanc estival, peu de touristes, cela nous sied parfaitement. Alors que nous prenons l'apéro à la terrasse d'une taverna, nous nous retrouvons progressivement au coeur d'une discussion, une agora d'une vingtaine de personnes naît là sous nos yeux, nous trouvant un peu trop au centre nous nous rabattons à l'extérieur du cercle pour assister à la discussion, mais faute de traducteur nous ne comprendrons rien de l'objet du débat.

 

Le lendemain nous optons pour aller à Vlikho, le mouillage de rêve décrit dans tous les guides nautiques. Hop là, alors que nous ne sommes qu'en Avril, la très belle baie bordée d'une quantité de bases de location n'est plus l'idyllique point de mouillage mais un parking de type autocariste où tout le monde vient mouiller, cela donne du bord à bord et d'incessants passages d'annexe, bonjour la quiétude. Filons vite d'ici, ceci n'est point pour nous. Nous abandonnons à tribord l'île de Skorpios si chère à Onassis puis laissons la forteresse d'Agios Georgios qui garde l'entrée du chenal de Lefkas. La passe de 4 km entre l'île et le continent est assez curieuse, le paysage qu'il déroule est un peu surnaturelle entre terre et eau mi lac mi marais mi vasière, une inqualifiable rencontre entre le solide et le liquide. A la marina très chère nous préférons les quais gratuits du centre ville mais cela ne devrait durer car toutes les bornes sont enveloppées et débranchées, et la vocation des quais sera d'accueillir les grandes unités, bien sûr... Lefkadas est une charmante et riche ville qui est visiblement solidement assise sur la manne touristique.

Prévezas

Saut de puce pour aller à la Cléopatra Marina de Prévezas afin de réparer quelques défaillances énergétiques, les batteries... mais avant il faut attendre que l'ouverture aux heures pleines du pont qui enjambe le chenal.

 
 
 
Nous nous posons pour quelques jours à l'excellente Cléopatra marina, une rotation en minibus nous emmène de l'autre côté de la baie à Prévezas. Nous profitons de cette halte pour changer deux batteries de 250 Ah, excusez du peu. Elles sont évidemment inaccessibles. Heureusement Léo est arrivé ce matin et sa capacité musculaire fait que l'opération est rondement menée. Le lendemain, Antoine, après un périple Rennes/Prévezas Kafkaien vient compléter l'équipage afin de poursuivre le périple. L'étape suivante est Paxos et son inséparable Antipaxos.

 

L'île est d'emblée magnifique, elle baigne dans une torpeur printanière que rien ne saurait distraire, nous contournons Agios Nicolaos et Panagia les deux îlots qui protègent le port, le premier est dominé par un château de l'époque de la domination vénitienne(1423), tandis que sur le second s'élève un monastère consacré à la Vierge (Panagia). Nous voici au port de Gaïos, la capitale de la plus petite des îles ioniennes, 25 km2 pour 2400 hbts. Le cadre est enchanteur. Comme les bateaux sont rares (essentiellement des scandinaves),  nous avons le privilège de nous placer en long. L'habitat est typique de l'archipel, petite maison à un étage desservies par d'étroites ruelles. Sa grande ressource, on s'en douterait, le tourisme mais à côté une économie locale reposant sur la pêche, l'agriculture dont celle de l'olivier, comme Tonio est connaisseur, nous passerons quelques heures à déguster les huiles locales aux verres, et oui, dans une huilerie peu ragoûtante située sur le port, l'huile est stockée dans des fûts métalliques qui tiennent plus de la mécanique générale que de l'alimentaire. Chacun a choisi son huile et repart avec son bidon.

 

Le lendemain nous faisons le tour de Paxos, si la côte est était calme, à la pointe Nord, les choses changent et l'état de la mer ne nous permet pas de profiter des innombrables criques et des cavernes qui sont la proie des bateaux promenade. Nous nous poserons quelques temps pour profiter des eaux turquoises. Le midi nous irons déjeuner au mouillage sur une des belles plages d'Antipaxos.

 

Sivota :

Cap le continent, cap sur Sivota, la traversée aurait pu être calme si le capitaine n'avait pas voulu aller explorer la rivière Acheron dont l'embouchure donne au sud d'Ammoudia. Oui il y a bien une rivière, nous la remontons sur deux kilomètres, oui il y a bien de l'eau douce, son courant qui descend des montagnes est plutôt fort,  oui il y a bien des pontons, mais aucun n'est en capacité de nous recevoir, plus on avance plus la rivière se rétrécit au point de pouvoir toucher de par et d'autre du bateau les roseaux. Comme ce n'est pas l'heure des moissons et que le public du bord ne perçoit guère l'intérêt de l'aventure, il faut faire une longue marche arrière, puis un savant demi-tour pour nous délivrer de ce piège à moustique. Donc faute de place ici cap sur Parga,  faute de place à Parca, cap sur sur Sivota. Atteint en fin d'après midi nous sommes réceptionnés par le serveur du bar devant lequel nous nous amarrons, cela ne lui convient pas et nous demande de partir place réservée, il est hors de question de bouger. Conclusion, cost guard et paiement d'une taxe d'amarrage ? A vous dégoûter d'une ville. Pour lui signifier notre agacement nous irons consommer dans le restaurant voisin. Assis en terrase nous constaterons combien les bateaux de loc sont maltraité, une équipée d'allemands à bord d'un Lagoon 500 viendra en marche arrière violemment embrasser le quai, bonjour l'arrivée. Visiblement cela n'a choqué que le quai.

 

 

Pétriti - Corfou

 

Nous abordons l'île par le Sud Est en provenance de Sivota, la terre est là à quelques miles, nous passons la pointe Sud : Cape Candouris, puis Lefkimi pour nous poser à Petriti, un petit port de pêche inséré dans la lagune de Lefkimi et protégé par une petite jetée. Comme pour nous inviter un voilier nous laisse quelques mètres de l'unique quai qui contient tout au plus une dizaine de caïques. Amarré, nous laissons les nombreuses tavernas qui font face à la mer et montons au village en quête de quelques victuailles...le soir nous dînerons dans un restaurant qui cuisine à merveille le Kalamar grillé : excellent, le patron a été chef de rang sur les paquebots de croisière et est de ce fait polyglotte.

Corfou :

Nous y voilà. Nous sommes à une des étapes importantes de notre périple, une ville qui s'est forgée au fil de l'histoire une singulière identité sans cesse tiraillée entre l'Orient et l'Occident, entre le monde chrétien et le monde musulman, entre le rite grec et le rite latin. Toujours à l'avant poste, l'île occupe une position stratégique à l'entrée de l'Adriatique. Des 4 siècles de domination vénitienne Corfou en a gardé une forte empreinte architecturale qui fait d'elle la plus italienne des villes grecques. L'architecture de la vieille ville est restée intacte, véritable palette des influences européennes à dominante italienne comme l'atteste les monuments et ruelles de la vieilles ville aux allures napolitaines. L'imposante forteresse à l'Est qui protégeait la vieille ville a été doublée d'une autre citadelle « vénitienne » placée au Nord, ce qui fait de Corfou un site tout à fait remarquable classé au Patrimoine mondial.

 

L'île du même nom s'allonge sur environ 50 et 20 kms de large et est construite crescendo, au Nord le massif montagneux dominé par le Pantécrator, au centre des collines et au sud des plaines. Elle a été de toutes les invasions sauf de la plus longue. A l'ouest visible par temps clair l'Italie à 50 miles, au Nord, à 5 kms, la tourmentée Albanie, à l'Ouest,la Grèce et au Sud le Pélopenèse, la province ennemie.

 Le mont Pantokrator, culminant l'île de Corfou

La baie de Kalami

et la maison Blanche de Lawrence Durrell, un ponton permet de s'amarrer pour y manger

 

Mercredi 19 Mai :

Sagyadas - Dernière ville grecque

 

Hier nous sommes allés à Sagyadas (ne vous affolez pas pour l'orthographe, en Grèce le même mot peut avoir plusieurs orthographes, pas vraiment simple pour un néophyte),,, en fait  c'est le dernier village grec situé sur une bande de terre complètement pelée avant l'Albanie (il y a peu encore, l'accès à cette zone était soumise à autorisation). Le port s'avère un mouchoir de poche, l'entrée et le TE (tirant d'eau) ajustés aux mensurations de Romar1, le bassin est quasiment vide hormis le zodiac des cost-guards et 2 canots de pêche, en début d'AM un voilier anglais nous y a rejoint. Dès notre arrivée nous allons signaler notre présence aux autorités, l'accueil y est souriant pour ne pas dire dilettante, nous parlons papiers, ils répondent qu'ils en ont cure. Sur le quai s'alignent des tavernas (restaurants) mais où pêchent ils donc leur clientèle car alentours il n'y rien, derrière cette ligne de bâtiments nichés dans une coulée d'eau se cache un autre port, réservé à la petite pêche. Ce bras jouxte une vaste lagune qu'arpentent des pêcheurs à bord de petites barques à fond plat, ils fouettent l'eau avec de longues perches pour rabattre les poissons dans les filets... Nous montons en vélo au village, Sagadia s'éparpille au pied d'un haut massif pelé, sur ses contreforts s'accrochent de fantomatiques murs de défense, le village estdesservi par la route de Butrin en Albanie, un haut lieu antique classé au Patrimoine mondial. Dans le village endormi, nous croisons une vache, 2 commerces, un laveur de tapis qui sieste, quand soudainement un bruit sourd fond sur nous, c'est une invasion, non une colonne d'Harley Davidson chevauchées par des papys allemands cuirassés de noir, la cohorte se clôture par un combi Mercédes blanc conduit par une femme, cela ressemble fort à une assistance médicale. Le soir nous faisons le tour du port, comme nous sommes dans l'avant saison les tavernas sont pour la plupart en rénovation, au milieu, une petite bâtisse abrite le poste de police, quelques policiers et une demi-douzaine d'albanais discutent et rient ensemble, l'ambiance est bonenfant, plus tard les albanais montent sans retenue dans un vieux« paniers à salade », surprenant, une reconduite à la frontière toute proche ? bien possible car il y a beaucoup de tentatives dans ce secteur...

 

Dans notre quête du soir,  nous optons pour la «Soria Malia», une Tavernas neuve au design soigné, l'accueil est pour le moins chaleureux, on sent d'emblée le caractère familial, visite des cuisines pour une présentation des poissons frais disponibles, une pratique courante en Grèce car le nom grec des poissons n'évoque rien aux étrangers, le patron nous offre une bouteille de Retsina, le serveur, s'installe à la table et nous offre un alcool de son cru, un tsipouro, ça décoiffe. Notre repas de petits rougets frits est accompagnés de« zuchinni balls », petits pavés panées de courgettes et fromage frits puis se termine par le traditionnel dessert offert par la maison (là encore, une tradition grecque). Pour clore le tout, ils nous invitent à utiliser leur ordinateur pour accéder à la météo.

 

Jeudi 20 Mai :

Sagyadas et quand les dieux ripaillent

Nous ne resterons qu'une journée au pied de ces montagnes pelées, aux roches brunies par l'érosion du temps. Le baromètre de bord indique 1016 mb, la météo prise hier soir donnait au lever du2BF Est tournant à 4BF Sud à 15 h, avec 15 miles nautiques à couvrir, c'est gérable sans problème surtout en partant à 10 H, nous étions bons. bons pour 5 miles, oui pour 5 miles car c'était sans compter sur une réunion familiale dans la baie, aux cotés de  Poseïdon en colère brandissant son trident à 3 pointes d'où jaillissaient mille éclairs, se trouvaient ses frères Zeus et Hadès... quant au cousin Hélios, dieu du soleil il n'était malheureusement pas de la fête. En quelques minutes les conditions ont basculéet Romar 1 a du affronter de violentes bourrasques de vent de Sud Est puis des averses, des orages tournants,  des houles fortes, hachées, croisées semuèrent en mauvaises déferlantes difficilement gérables puis en lames écumantes. Romar1 était ballotté, secoué, chahuté, à l'arrière l'annexe était sur le point de rompre ses attaches, à l'intérieur par chance seule la bouteille d'Ouzo chuta mais ne se brisa point, c'était un signe. Il en fût ainsi pendant 90 minutes, ciel plombé, horizon bouché, nuages percés, mer déchaînée. Décidément le Mont Pantocrator qui ferme avec ses 900 m le Nord de'île porte bien son nom «Maître de toutes les choses», il retenait tous les vicissitudes climatiques dans son chaudron. Les secondes se firent minutes, les minutes se firent heures, 90 minutes interminables. Tirant des bords pour trouver quelques réconforts, se laissant surfer sur les lames les plus fortes,Romar1 fût malmené, roulant, déroulant, enchaînant gîte bâbord à gîte tribord, décidément les dieux ripaillaient fort ce 20 Mai, ce n'est pas possible, ilsétaient ivres. Ce n'est qu'en entrant dans l'anse de Gouvia que Romar 1 souffla un peu, qu'importe le déluge d'eau qui continuait de s'abattre, qu'importe les orages et ses éclairs qui zébraient la baie, les vagues étaient contenues. Unappel radio à la marina de Gouvia sur le canal 69 nous attribua la tête du ponton L. Là dans cet immense port nous nous savions à l'abri, derrière nous de nombreux bateaux étaient dans notre sillage et venaient chercher un refuge, un havre de paix dans cette fête céleste mais néanmoins païenne. Pour sûr les roses de Corfou ont souffertes...

 

Cette journée fût certainement la plus éprouvante depuis la France, c'est vrai que ce périple n'a rien d'un voyage tranquille, on garde en souvenir, l'orage sur le canal Rhin Danube, le toit de l'Europe fluviale près de Nuremberg, la tempête danubienne avant les Portes de Fer, certains passages difficiles de la Mer Noire. Oui, on en garde des souvenirs... mais bon... que d'appréhensions, de tensions, de stress... c'est cela aussi la navigation de plaisance...

 

Vendredi 21 Mai :

Le Jour de l'Union.

Cette nuit l'orage a continué à forger le ciel, il est ce matin en deuil, une pluie fine enveloppe notre univers.

Planning dujour :

Approvisionnement à Corfou centre, à 15mn avec la ligne bleue du bus urbain (à 1,30 euro).

Arrivés en ville, étonnement, aucuneanimation, aucune activité, serait ce un nouveau jour de grève pour protestercontre le plan du gouvernement socialiste ? Nenni, c'est le « Jour del'Union », la grande fête de Corfou, la fête des îles de la MerIonienne. 

Alors un brin d'histoire :

 

  • En 338 av J.C, le Roi Philippe II,empereur de Macédoine s'empare de Corfou
  • En 300 av J.C, l'île est envahie par lesSpartiates  puis par les Illyrienspuis les romains
  • En 337 ap JC, elle passa sous l'empireByzantin.
  • En 1267  Charles d'Anjou alors roi de Sicile s'empare de l'île
  • De 1386 à 1797, elle est dominée par lesVénitiens. La population juive était importante et jouissait d'un certainnombre de privilèges donnés par les vénitiens mais les Chrétiens excédésobligèrent les juifs à porter un signe distinctif jaune... Prémonition ? (Aucours de la seconde guerre mondiale 2 000 juifs d'ici furent déportés).
  • En 1797 Napoléon signe le traité de Campo-Formio, les îles ioniennes deviennent françaises.
  • En 1815, les Anglais envahissent l'îleet la place sous leur protectorat jusqu'en 1864.
  • Le 21 Mai 1864, les îles ioniennes sont rattachées à la Grèce.

 

Et c'est donc aujourd'hui le 146 éme anniversaire de la fin de cette odyssée historique.

 

La cérémonie :

Le décor : Devant la vieille citadelle, l'esplanade faite de promenades, de jardins, du terrain de criquet et oui les d'anglais sont ici chez eux... cette esplanade qui, hier était le champ de tir vénitien est le cœur historique de Corfou. Le public se masse surles pelouses et le long des avenues Dousmani et Eleftherias dit le Liston, une réplique de la « rue de Rivoli » une artère commerçante toute enarcades abritant essentiellement de terrasses de café pour tourisme huppé etjeunesse dorée. Un ensemble construit par le français Mathieu de Lesseps, le père de Ferdinand, le roi des canaux de Suez et Panama. En arrière plan, le monument de l'Union, l'Enoseos, un très simple pan de mur de pierres blanches de 3 m de haut sur 2 m de large, sans inscription, entouré de 8 murets dotés d'une plaque de marbre brun symbolisant chaque île ionienne, l'ensemble est pour le jour flanqué de 2 austères soldats et de deux faisceaux de 3 fusils retenant un casque renversé dans lesquels brûle de l'encens.

 

Des jeunes ont eu le temps de déployer une banderolle

mais celle-ci a été rapidement enlevée par des policiers de de type Robocop

Au regard des forces en présence, c'est une histoire de sabre et de goupillon. Qui a parlé séparation de l'église et de l'Etat, n'oublions pas que l'église grecque est inscrite dans l'article 3 de la constitution « au nom de la sainte trinité, consubstantielle et indivisible ». Face au monument, les autorités civiles et militaires, à droite, près des micros, les dignitaires religieux...

 

Les cuivres et percussions de la Fanfare de Corfou ouvre le défilé par une marche militaire, dotés de casques à pointe surmontés d'un plumet aux couleurs de l'île (bleue et pourpre), les musiciens ouvrent la cérémonie, les dernières notes s'égarent sur la vaste esplanade et retombe le lourd silence d'une chaleur écrasante. Une voix grave s'élève, c'est celle du Métropolite de Corfou (l'évêque), un embonpoint ecclésiastique au visage poupin emprunt d'onctuosité comme enduit de fond de teint, il porte tenue sacerdotale, chasuble, étole, manipule et une croix pectorale proportionnée à sa dimension. Encadré de ses primats prétoriens, il se lance dans un discours du genre vis sans fin où même les horloges marquent une pause, les quelques korfiotes noyés dans les touristes ainsi que les autorités civiles et militaires se signent et re-signent encore et se résignent (n'oublions pas le signe de croix orthodoxe est composé de trois signes de croix de droite à gauche), le discours se mue en une lancinante prière incantatoire, ses coreligionnaires  reprennent en cœur pour le soutenir et ils entonnent et empilent des canons (tout se fait à capella car chez les orthodoxes, l'instrumentation est bannie, l'instrumentation musicale j'entend, car l'instrumentation politique, est permise... ) les implorations tournent à l'office religieux... les dernières vapeurs d'encens dissipées et la liturgie achevée, on s'attend à quelques discours des forces vives de la nation, nenni, seule l'église a en ce lieu un droit de parole.

S'ensuit la dépose des gerbes, oui des gerbes, car ici, c'est un défilé de dignitaires qui viennent tour à tour poser, déposer, apposer, voire parfois, balancer une gerbe, à la fin c'est une compile d'une douzaine de couronnes vertes au pied du mur. Le premier dans l'ordre protocolaire doit être sans contexte le représentant de l'Etat (un grand,froid, sec, raide, au plastron empesé de sa chemise Vichy, une allure de préfet quoi... ), derrière les élus territoriaux, plus surprenant,  voici les partis politiques dont le PKK (PC grec) ! suivis des autorités militaires, pararme... Suivent sonnerie au mort et hymne national... la cérémonie terminée, c'est dans une jolie pagaille que les officiels rejoignent leur tribune, le public s'amasse de par et d'autre de l'avenue pour assister au défilé.

 

 

La deuxième fanfare de l'île en tenue d'apparat approche au rythme du tambour et se positionne devant la tribune des corps constitués.

MUSIQUE.

Au bout de l'avenue apparaît portant une bannière blanche ornée d'une croix rouge une matrone immaculée qui a tout du kapo, suit au pas, le corps de la santé, infirmières en tenue professionnelle, religieuses en tenue ordinale, médecins en blouse médicale, cela ne rigole pas,  viennent ensuite derrière leur porte étendard les associations sportives et de jeunesse, là, cela fait mal, on a quelques relents de scoutisme , de nationaliste, pas très sains, puis viennent les représentants (adultes et enfants) des différentes îles en tenue folklorique, cela ne manque pas de couleurs et de cachets, le pas est plus dansé que cadencé, c'est assez décontracté.

 

 

 

Changement de fanfare, retentit le chant du départ, l'ancien hymne napoléonien qui a déjà résonné en ces contrées il y a deux siècles passés, c'est au tour des grandes écoles, l'allure est parfois stricte parfois franchement rigolarde, jeunes femmes en talons haut à très haut et jupes courtes à très courtes, la marche au pas chaloupé fait que ça déménage dans les regards, puis plus surprenant voici celui des instituts spécialisés, les personnes handicapées mentales ou physiques placées sont accompagnées ou poussées par leur soignant...

 

 

itéa, pelopenesedelphecorinthekiatoRomar1corfouGrèceépidaurenavigation

{ Lien }


{ Page précédente } { Page 3 sur 34 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Septembre 2014  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
Grèce - Et si nous parlions Economie
De Kiato à Corfou (Grèce)
De Corfou et d'Othoni (Grèce) Article en chantier
L'Albanie, le pays des aigles

Amis