Une Transeuropéenne

De Thessalonique à Kiato (Golfe de Corinthe)

La marina s'avère fort prétentieuse et n'a d'yeux que pour les grosses unités qui viennent s'exhiber ici. Le lieu est très cher, l'amabilité calculée sur votre étendue financière. De service ? n'y comptez pas, aucun, absolument aucun, informations pratiques sur la ville, documentation sur la région, de quelle ville ? de quelle région ? Ne cherchez pas, il n'y a rien. J'oubliais pour pimenter, ou plus exactement pour corser le lieu, le port est situé au pied d'une colline meublée de bars de nuit et de boîtes qui déversent en contrebas des amalgames techno, des décibels saturés, les vibrations sont garanties pour la nuit... Ce quartier est, il est vrai, celui de la Jetset de Thessa. Pour s'en convaincre, il suffit de monter au sunset boulevard, où s'étalent par dizaines des bars ultra branchés et restaurants huppés et où s'enfilent les derniers to model, les derniers modèles du salon de l'auto version cabriolets et grosses berlines... ça donne... La nuit s'annonçait musicale, elle le fût... Bon, comme Thessalonique, on a déjà vu, nous n'avons qu'une envie : fuir , fuir au plus vite...

 

Le Mont Olympe et Platamonia

Etape de 46 miles, la longue traversée de la baie de Thessalonique en laissant au loin les raffineries et autres activités portuaires et la mer est d'une huile bleutée, aucune ride, le calme plat... à quelques miles un petit vent d'Ouest fraîchement raffiné vient nous embaumer. Notre objectif initial était Pydna mais le port encombré de barques de pêche s'avère si minuscule que l'annexe y ferait figure de navire et pour parfaire le tableau le lieu n'a rien de paradisiaque, baraques défoncés, ateliers en tôles rouillées, quais surchargés de mille ferrailles, l'endroit est pour le moins inhospitalier. Nous longeons donc la côte, sur la carte, le port de Paralia paraît tout à fait acceptable mais, oh rage, son accès est bouché par une barge dotée d'une puissante grue, le port est fermé pour cause travaux et qui plus est, une fête foraine est installé sur ses quais, après la Techno les flonflons, bonjour la nuit, non merci. Nous filons au Sud et passons au pied du Mont Olympe, le sommet à 3000 m est noyé dans des nuages qui s'accrochent à lui comme des berniques. Voilà notre port, il est refait à neuf et astucieusement divisé en 3 bassins, un pour la pêche, un pour les petites embarcations et un pour la plaisance, des quais équipés de bornes, c'est Byzance... non c'est Platamonia. Là comme ailleurs, tout est prévu, tout est prêt, sauf l'organisation humaine pour le faire fonctionner. Capitainerie, sanitaires, bornes électriques, prises d'eau, tout est là, fraîchement inaugurés mais l'intendance ne suit pas, rien n'est ouvert, rien n'est branché. Faute d'avoir eu la fête foraine, nous avons eu droit à quelques  gâteries "classées X", pensant être seul au monde, un jeune couple est venu faire leur petite affaire, pensez donc sous nos hublots, engager en trois temps, une parade en trois mouvements qui n'avait rien de nuptiale, pour sitôt fait s'engueuler... non mais...

 

au fond le mont Olympe 

10 Juillet

Platamonia / Stomio (10Mn)

Une petite brise force 3 est bien présente, comme la houle devient cassante et hachée, que le vent monte, nous naviguons que deux heures pour nous poser à Stomio, une petite ville, que dis-je un village côtier un tantinet suranné. En surplomb, l'ancien village aux maisons authentiques distribuées par des raidillons particulièrement ardus pour une population visiblement âgée, mais il fait chaud et c'est l'heure de la sieste, quand on dit heure, il faudrait mieux parler au pluriel car la sieste grecque se fait de 15 à 17... et à ces heures plus rien ne bouge, plus rien ne bruisse, même les insectes se taisent, c'est l'heure du chaos estival où seul règne le soleil.

 

Samedi 11 Juillet

Stomio / Agiocampos ( 16Mn)

Alors que nous quittons le port, un pêcheur nous fait signe que le temps va changer, il est vrai que des nuages menaçants arrivent au loin, nous rebroussons chemin, une bonne décision car une bourrasque et une grosse averse viennent balayer le port. La dernière goutte évaporée et l'azur retrouvé, nous quittons pour de bon Stomio. Nous longeons une côte ciselée, falaises escapées, petites plages camouflées dans des criques étriquées... se succèdent. 

 

Le bateau va bien, la brise est légère. le paysage se métamorphose. Si les sommets du PELION sont nus et de pure minéralité, les basses montagnes appelées «montagnes noires » sont, quant à elles, densément boisées et impénétrables. A partir de là nous longeons une côte inabordable, inaccostable, limite...barbare.
 
 
 
Qu'ils soient français, roumains ou grecques, tous ont cette propension existentielle à faire des remous, nous parlons des Costs-Guards, leur bateau s'arrête dans une superbe gerbe d'eau à un mètre de Romar 1 qui n'apprécie guère ce genre d'approche. Alors que les deux bateaux se touchent, ils nous interrogent par VHF : ils veulent connaître notre destination ? Nous improvisons une réponse car rien n'est déterminé, ils n'en demandent pas plus. Sans doute des oiseaux de mauvaise augure car peu de temps après le ciel se charge noir, le baromètre bascule et le vent forcit en quelques minutes de 2 à 4 BF, heureusement il nous reste 3 Mn avec des méchantes lames de travers pour nous abriter à Agiocampos. Là encore, nous ne disposions que d'une vue satellite de Google Earth, nos cartes marines ne marquent rien hormis un brin d'abri pour barcasse mais derrière se cache en fait un nouveau port (désert parce non répertorié). Le long quai est doté de nombreuses bornes bien sûr non branchées, comble du modernisme ou de l'ironie, elles disposent de prises RJ45 pour que les bateaux branchent un téléphone filaire. L'ensemble est fort bien protégé par des môles constitués d'énormes tripodes en béton culbutés en vrac.
 
 
Sont à quai 3 voiliers ukrainiens arraisonnés par les « Costs-Guards » grecs, sans entretien et ainsi abandonnés leurs jours à flot sont comptés. Tout au bout, un bateau de pêche grec de 80 pieds attend que la mer se calme, l'équipage est constitué exclusivement d'Egyptiens, ils mangent et dorment à même le pont bâché ou dans la cale. Bien qu'éloignés de la ville les quais sont comme partout des espaces très prisés par les pêcheurs à la ligne à la pointe de la modernité, détection ultrasonique de touches, bips électroniques, bouchons luminescents, manque plus que l'ipad pour communiquer avec l'appât et aiguiller la prise. Le lieu doit être bon car les technos pêcheurs se relaient jour et nuit dans un incessant va et vient, bizarrerie, on ne les voit jamais rien pêcher.
 
          
 
«Comme le port a été inauguré l'an dernier, pour son alimentation, il faudra attendre la prochaine inauguration» plaisante un grec de passage, fin connaisseur du système hellénique. L'après-midi c'est un incessant défilé de visiteurs, l'un d'eux s'arrête, se présente en français, il est avocat, inscrit au barreau de Larissa (la capitale régionale), donne des cours de Droit et a étudié le français au Lycée, etc... le dialogue s'instaure et l'invitons à s'asseoir à bord pour continuer cette agréable conversation... L'homme a dans les 45 ans, nous remarquons rapidement sa propension à se signer dès qu'un nom de saint est prononcé, notre remarque confirme l'emprise de la foi sur cet homme de loi... mon prénom Louis-Marie est pour lui une hérésie, je suis un homme et avoir la mixité dans mon double prénom relève du sacrilège, quasiment du blasphème et il se signe trois fois encore, 3 signes de croix triangulés et à l'envers... comme pour s'expier ou pour conjurer je ne sais quel mauvais sort. La prudence nous porte vers d'autres sujets, nous passons à notre itinéraire, là encore, indéniablement nous sommes sur les pas de St Paul, je vous le dis, c'est un signe, passés au pied du Mont Athos, là encore, nous sommes bientôt des envoyés divins, nous essayons bien de lui faire prendre conscience que le pouvoir religieux est ici omniprésent, que la richesse appartient à l'église et que la République du Mont Athos est anti-européenne, là nous franchissons la limite et sommes en état de péché mortel, cela nous vaudra plus de signes de croix que de réponse consistante...l'homme est, devrons nous conclure, particulièrement illuminé, l'avocat de Christ Jésus. Notre homme céleste se rend régulièrement sur la montagne sacrée voir son confesseur et se ressourcer... il y trouve une énergie telle qu'à la fin il lévite... oui oui 1 bon mètre nous fait-il de la main. A son départ, il nous signifiera sa déception de n'avoir converti ces âmes damnées. Impies, nous sommes, impies, nous vivons, impies nous mourrons, Amen.
 
 
 


La mer Egée fait encore sa tête des mauvais jours, clouant un peu plus Romar 1 dans ce coin perdu. En cette fin d'après-midi saturnienne, nous parcourons Agiocampos. La ville est filiforme, toute allongée sur son front de mer, avec une promenade parsemée de commerces, bars et restaurants aux constructions hétéroclites, les rues et parkings sont gorgés de voitures, l'immense plage est sectorisée et chaque tronçon est géré par un bar de plage avec équipements musicales, plagistes, chaises longues et parasols.

 

 

 

 

Malgré la mer survitaminée la population est là, allongée baignant dans une atmosphère saturée de décibels survoltés. Un peu en retrait, loin de ce vacarme, nous apprécions nos rafraîchissements. Soudainement, derrière la pointe, le ciel se plombe d'un noir profond, d'un noir menaçant, une lourde chape céleste avance lentement, inexorablement, obscurcissant progressivement tout ce qu'elle recouvre, avalant la lumière et repoussant au large le soleil, le jour se fait nuit. En quelques minutes le vent se lève, s'engouffre, s'amplifie, il prend de la force, il devient violent et entend bien tout déménager... et de fait, le grand nettoyage commence, les touristes un instant médusés, s'agitent, paniquent, s'affolent, ils veulent plier chaises longues, serviettes et parasols, mais le vent leur arrache des mains, contraints d'abandonner face à un ennemi invisible, ils se replient médusés, s'enfuient en sauvant quelques affaires, le joug d'Éole les expulsent, ils courent, propulsés, chassés par le vent, ils tentent de quitter ce chaos, tout vole, tout s'envole en d'incontrôlables aéronefs, les parasols sont devenus javelots acérés, les transats bondissent dans des pas de géants désarticulés, même le sable se lève et s'enfuit en de longs nuages gris. fuir cet apocalypse en voiture, impossible, la route côtières est un imbroglio d'automobiles dans lequel les containers poubelles qui ont pris les voiles roulent tout couvercle battant et jouent aux auto tamponneuses.

 

Nous interceptons une voiture qui tente un demi-tour dans cette grande foire, cette grande débandade, nous enjoignons son jeune conducteur paniqué de nous transporter au port pour renforcer les amarres du bateau, il est désappointé devant cette marée d'objets volants et de voitures en tous sens... qu'importe, nous arrivons, le remercions vivement.

Une fois le bateau mis à l'abri de la pluie, nous regardons passer au large cette mini tornade et quelques minutes plus tard, le ciel est de nouveau bleu, le vent est tombé, que s'est-il passé : rien. Le lendemain nous constaterons que les gargotes ont été sévèrement touchées, parasols, chaises amoncelées, serviettes et toiles accrochées dans les arbres, portiques et mats couchés, enseignes et sonos arrachées... une plage de désolation... la musique s'est tue.

Mardi 14 Juillet

Agiocampos / Kamari

 

A 5 H, le bateau de pêche parti hier soir rentre au port pour décharger sa cargaison, au moment de notre départ, les égyptiens viennent nous apporter 2 kg d'anchois que nous préparons illico en marinade. Malgré le beau temps apparent, la houle résiduelle de 4 Bf est appelée à se renforçer, notre volonté de changer d'air nous pousse à partir longer les côtes Thessaliques. La montagne est toujours là, les rives y sont toujours escarpées, colorées de quelques villages et animées de colonies de cigales. Bien que l'entrée du port de Karami soit imperceptible, nous parvenons à la découvrir, le lieu est charmant, bucolique, un long quai, peu de bateaux, quelques barques mouillent au milieu du petit bassin. Le village situé à 2 km est un hâvre de paix et de toute beauté.

 

 

Mercredi 17 Juillet

Kamari / Kiriaki (40 Mn)

Nous laissons à notre gauche l'île de Skiatos (qui fait partie des Sporades) pour nous engager le long de l'île d'Evia que l'on va accompagner jusqu'au sud de la Grèce...

 

 
en rose, l'île d'Evia
 
La houle se lève et la navigation devient inconfortable, le petit port de Platania est saturé, nous filons vers le Golfe de Volos situé à 12 miles, nous savons qu'ils existent des mouillages bien protégés et des petits ports mais cela devient dur, les quelques voiliers qui sont dans le secteur éprouvent également des difficultés car le vent ne cesse de tourner et la houle ne sait plus quel sens prendre. Au fond d'une grande baie est niché un superbe village de pêcheurs, c'est Kiriaki, le village est construit au ras des quais nous optons pour une place derrière un voilier danois, nous accostons quasiment dans les tavernas. Le village est aussi authentique que tranquille qui s'avère être une très belle escale.

 

         

Mercredi 19 et jeudi 20 Juillet

Kiriaki /Livanates / Khalkis

En avant toute, pendant quelques jours nous allons parcourir le vaste bras de mer qui sépare les 200 km de l'île d'Evia du continent. Pour l'heure cap sur Rahes, une ville située au Nord de cette espace maritime. Montagnes arides, petites cités côtières et carrières à ciel ouvert se succèdent ? Rahé, un ancien port de pêche mué en port de plaisance, malheureusement s'il dispose de tous les commerces, aucun n'accepte la CB, de la monnaie en plastique, nous sommes bien dans le pays des espèces sonnantes et trébuchantes. Comme la charmante cité balnéaire n'offre ni banque, ni distribank, et comme nous sommes à sec, la seule solution pour manger est d'aller voir ailleurs, là où niche un distributeur.

         

A 20 miles au Sud, Livanates disposerait d'un robot argenté. En avant toute. Bien que le port ne soit pas dimensionné pour accueillir une unité telle Romar 1, nous nous blotissons, en biais et en bout de quai, pas idéale mais suffisant. La ville isolée, esseulée, possède quand même une boîte aux trésors, c'est bon pour le ravitaillement.

                                 

KHALKIS 

Le lendemain, direction Khalkis, étape obligée pour qui emprunte cette passe maritime car Kalkis est un isthme doté d'un pont très bas, un pont mobile qui ne coulisse qu'une fois par jour, par nuit devrais je dire car ce pont à péage ne s'ouvre brièvement qu'à la renverse de la marée, en pleine nuit, juste le temps nécessaire pour faire passer les bateaux en attente, un retard de votre part, et hop vous serez bon pour le lendemain. Amarré en plein cagnard le long du quai en pleine ville, nous sommes au cœur des décibels des bars branchés. Allons remplir les formalités, le bureau du péage nécessite un jeu de piste, quand aux formalités, là aussi cela tourne à la farce, pour payer des redevances, Romar 1 a connu des calculs sur le volume en tonneaux, sur la longueur en mètres ou des ratios longueur / largeur calculés en pieds, jamais sur son poids, c'est chose faite, la logique s'appuie ici sur la bascule, plus votre bateau est lourd plus le péage sera pesant ??? 55 € pour 15 T. Tout est lourd ici, c'est lassant, agaçant, compliqué et irrationnel, et pompon, la peu aimable administration locale ne connaît pas la carte bleue, seules ne sont admises des espèces. Mettez-vous en attente sur le canal 12, nous vous donnerons les instructions. A 19.00 - verdict, soyez prêts, vous passerez entre 20 heure et minuit, voilà qui relève d'une précision hellènique.

 

23 H la VHF crépite, l'ordre est inverse de celui de 19.00 ? nous passerons les derniers, et oui nous sommes arrivés les premiers ? Logique ? Non, le fort courant qui coure depuis 21 h s'est calmé, le pont glisse doucement et son ouverture relève du spectacle, par centaines les spectateurs applaudissent, commentent, filment, photographient, les dix bateaux montants s'alignent coté ville hors du chenal pour laisser le passage aux descendants... c'est bon c'est à nous, nous faisons office de bateaux balaie sous des crépitement de flashs.

 

Sitôt le pont franchit nous plongeons dans l'oubli et dans la nuit, nous suivons notre petite flotte qui rapidement s'éparpille, certains filent, d'autres vont mouiller dans une anse quasi invisible, nous préférons les pontons du port de plaisance mais la passe cachée par le quai industriel n'est pas signalée et donc difficile à trouver dans l'obscurité. Pas une ombre de mat, pas une ombre de coque, le port est désert et énigmatique ? Qu'importe un ponton se présente à nous, ne le rejetons pas, un rapide coup d'œil nous indique que les bornes d'énergie sont neuves mais déjà hors d'usage. Nous apprendrons que le port est fermé pour cause de vacances... logique en juillet. Non ?

 

Vendredi 19 Juillet

Khalkis / Oropos / Panagia

 

Aux premières lueurs nous quittons le port semi désertique de Khalkis, cap sur Oropos, la mer est plate et parcourue de légers frémissements sous les volutes de vent, à bâbord, les monts de l'île d'Obé sont d'un total dénuement, quelques rachitiques arbrisseaux peinent à vivre. Côté continent le paysage est aussi plat que la mer, rien ne dépasse si ce n'est quelques cyprès esseulés. S'ouvre à nous la ville d'Oropo avec à l'ouest le port des ferries et devant la cité, le bassin du port mixte pêche et plaisance. Pour la plaisance seuls sont admis les bateaux grecs, ce qui fait bien peu de places pour les pavillons étrangers, quoique une place nous convient dans l'angle, en quelques manœuvres, nous nous y glissons. Mais les versions divergent, certains pêcheurs nous autorisent d'autres veulent nous refouler, qu'importe, nous allons faire quelques courses dans cette ville agréable et particulièrement bien achalandée. Un responsable du port nous retrouvera et nous demandera de quitter rapidement les lieux car le port est réservé aux grecs et qu'une grosse unité arrive, bien que surpris, nous nous exécutons. On ne veut pas de nous, qu'à cela tienne, nous irons voir ailleurs.

 

 

 Bien que les couleurs de l'Europe flottent, le port serait réservé aux Grecs ? 

En avant tout, les guides et cartes nous désignent Panagia. Nous entrons par l'échancrure d'un massif abrupt et aride dans la vaste baie d'Almiropotamou, l'entrée est marquée par les vastes bassins circulaires d'une ferme marine. Nous voici devant les quais de la petite ville, une chance pas ou peu de bateaux y sont amarrés. Là encore, il y a divergence, une personne nous fait signe d'accoster mais au moment où nous mettons pied à terre, un restaurateur vient nous dire qu'il faut illico partir car un bateau à passager est attendu et de nous montrer l'autre côté de la baie où plusieurs voiliers sont au mouillage. Ne cherchant pas la contradiction, ils ne veulent pas de nous, qu'importe, allons en face. Tant et si bien qu'à la nuit tombante, une dizaine de bateaux mouillent dans ce coin de baie tandis que le quai est toujours vide. Ce doit être cela l'accueil grec...

 

 

 

Samedi 20 juillet

Panayia / Lavrio

Le soleil se lève sur la baie, juste un léger souci, les repères ont bougé, il semble que nous soyons déjà partis, vite un coup d'œil au sondeur, bizarrerie, il indique 70 m au lieu des 7 m d'hier soir, assurément avec 30 m de chaîne, l'ancre ne tient plus, le voilier français est comme nous, il dérive. Nous remontons la ligne de mouillage et quittons la baie. Heureusement que cela ne s'est pas produit durant la nuit, l'alarme n'était pas branchée, où serions-nous ? de l'autre coté de la baie a frotté le quai interdit ?

 

Longeant la côte de l'Attique, nous passons Marathon mais le site est militarisé avec interdiction de pénétrer dans la baie, nous longeons Rafna pour parvenir à Rafti. Cette côte jadis aride vit pour l'heure d'une urbanisation sauvage et agressive, les espaces libres se font très rares, même les collines les plus inhospitalières sont mitées de complexes immobiliers. Notre désir de nous y poser est vite balayé par le débordement d'un nautisme puissamment motorisé. Nous mouillerons deux heures à l'abri d'un îlot au calme tout relatif car nombre de bateaux passent et repassent, nous larguant vagues et vapeur de benzine.

 

Nous tentons de trouver un point plus charmant près du cap Sounion, la pointe sud de la Grèce continentale. Comme nous passons devant, nous lançons un appel VHF à l'Olympic Marina, là encore le silence règne. Nous tentons d'y faire une halte, mais dès l'entrée, le gardien du port nous refuse l'accès au motif que le port est complet, une vue de l'esprit plutôt fantaisiste car de la place il y en a ! Nous nous rabattons sur Lavrio à 2 miles de là. Ce grand port mixte : commerce, ferries, pêche et plaisance n'offre guère de places, après longue négociation Romar1 se trouvera un bout de quai à cul dans la zone « charters ». Bien sûr, à peine posé, un quidam prétendument capitaine vient réclamer son dû, mais sans reçu, pas d'argent...

 

Le lendemain, la météo s'est dégradée, du 7 BF est annoncé pour plusieurs jours. Nous profitons de ce répit à l'abri pour visiter cette ancienne ville minière. Grâce aux fonds européens, la cité restaure les vestiges d'un passé argentifère qui a longtemps été l'apanage d'une société française. Soucieux de creuser ce passé nous tenons à visiter le musée de la mine, mais il est fermé, alors allons au musée archéologique, fermé... Décidément la chance ne semble pas inscrite ou dans nos gènes ou dans ceux de la ville. Pourtant les panneaux annonçant des financements européens sont légions, mais là comme ailleurs en Grèce, on investit en oubliant juste le budget de fonctionnement, cela parait chronique. Décidément l'accueil n'est pas la vertu cardinale dans cette portion du pays.

    

                    Le minerai de Lavrio                           Sculpture : les mineurs                  L'embarcadère minéralier Eiffel (classé) 

Au cours de la semaine nous serons dérangés par un convoyeur de chez Vernicos gêné par notre présence, plusieurs fois il manifestera sa mauvaise humeur par des propos particulièrement injurieux accompagnés de signes aussi déplacés que significatifs, un coup de pouce tranchant la gorge... un signe courant dans cette contrée...

Au bout de la maigre avenue crachote d'une mauvaise sono un discours inaudible, un pope en tenue d'office s'adresse à quelques personnes debout dans le carrefour, la circulation est bloquée. L'homélie achevée, se met en place un étrange cortège avec dans l'ordre sur la grille de départ, la voiture de police tous gyrophares allumés, la fanfare municipale suivie de loin par le pope et les porteurs d'un autel où repose une immense icône de Ste Anne, derrière une nouvelle flopée de dignitaires religieux en habit de lumière, talonnés par les représentants des corps dé.constitués, politiques, armées, police, enfin pour clore la procession le bon peuple... et pendant toute cette calvacade de plus d'une heure, les cloches sonnent, sonnent, sonnent... des cloches que les bars tentent de couvrir en déversant des flots de musique disco... c'est la fête aux décibels...

  

Le jeudi après-midi, la mer ne s'est guère améliorée et nous décidons de changer de places pour laisser la quai aux charters du vendredi. La manœuvre n'est pas aisée car dans le port très sale traînent beaucoup de corps morts et de nombreuses aiguilles d'amarrage. Alors que Romar1 se trouve au milieu du bassin, il est un bref instant brutalement retenu puis poursuit sa route, point mort pour vérifier, tout semble aller, l'hélice a dû cisailler un lien inopportun, mais quelques secondes plus tard, l'alarme, tous les voyants s'allument, le moteur cale et ne veut pas repartir, je saute ouvrir la cale, horreur, le fond du bateau est une mare d'huile. Reprenant la barre, je laisse le bateau poursuivre son erre et vise le quai du port de commerce qui est là devant, l'accostage moteur arrêté est sportif dans la forte houle. Les amarres passées, le constat est rapide, le moteur 6 cylindres de près d'une demi tonne a bougé, ses supports sont cisaillés, le périple s'arrêtera là. Le moral a pris un sérieux coup...

 

Après moult péripéties avec les autorités portuaires il est décidé de sortir le bateau de l'eau le lundi. Autant vous dire que le week-end n'est pas joyeux d'autant plus que ce quai est perdu au bout du port industriel et est soumis à la houle et aux remous des ferries...

                

Romar 1 est mis sur son brancard

Lundi, le grutier est là avec grue et camion. Romar1 est emmené sur son brancard loin des regards, à  500 m de là dans un sinistre no man's land contigu au port. Le propriétaire du lieu est déjà là et réclame déjà de lamonnaie. Le mécanicien marin tout proche vient faire le diagnostic :« c'est grave » merci mais encore « il faut sortir le moteur pour évaluer les dégâts ». L'assurance «Allianz» prévenue depuis le vendredi nous envoie après moult relances un expert d'Athénes (Spyros Karamalis). Le mercredi suivant l'expert arrive mais sa corpulence non-marathonienne l'empêche de monter à bord, il envoie donc son dandy de fils à bord mais le minet refuse de descendre dans la cale par peur de se salir, difficile dans ces conditions d'établir un diagnostic. J'y descends et prends pour la deuxième fois les photos des points importants. L'expert reprend à son compte les propos du mécano, à vrai dire, il s'avère que c'est un de ses anciens employés, « il faut sortir le moteur ». Ok, comment voulez-vous procéder, leur méthode est simplicisme : couper le bateau en deux, rien de moins. Sceptique, j'envoie un mail au constructeur, sa prompte réponse est claire : Qui sont ses mécaniciens ? il n'est pas absolument pas nécessaire de trancher un bateau pour sortir le moteur. L'expert et le mécanicien campent sur leur position et ne veulent pas entendre parler de la méthode douce du constructeur. Que faire, l'assurance voue une confiance aveugle dans son expert et veut nous obliger à suivre sa méthode, cela tourne aigre.

          

Le boot (cordage) qui a fait office d'arrache-moteur et les fixations coupées net 

 

Faute de ne pouvoir vivre à bord, nous nous rabattons sur le seul hôtel de la région situé à 5 km de Lavrio ? Pendant 10 jours nous nous discutons avec le mécanicien, l'expert et l'assurance pour faire évoluer la situation, rien n'y fait, c'est la ronde des sangsues, un prétendu menuisier vient sur conseil du mécanicien démonter les boiseries préalable à la découpe du bateau, un électricien s'invite pour déposer le réseau électrique, un autre l'électronique, tous réclament d'être payés cash avant le travail, l'assurance par téléphone accepte et nous demande d'engager les travaux, mais sans papier desdites entreprises nous refusons. Il faut dire que les quelques bateaux étrangers parqués près de Romar ont de quoi nous faire douter, ils sont tous partiellement démontés et sont abandonnés. Les conditions ne nous semblent pas bonnes, la confiance n'est pas de mise.

    

Romar 1 et ses voisins d'infortune dans le no man's land gravement pollué de l'arrière port

(une zone au coût prohibitif) 

Las de ces palabres et épuisés, nous décidons de rentrer en France. Allianz ne veut pas nous suivre, nous envisageons toutes les possibilités, un rapatriement par la route, par la mer, une réparation au Pirée ou ailleurs. Ayant quelques notions de mécanique, avant de partir je constitue un solide dossier technique pour avoir d'autres avis, constructeur et mécaniciens marins français. Le chantier naval m'envoie ses recommandations, mes mécanos français les leurs, elles se recoupent, seule l'assurance se range à l'avis de l'expert. Il a déjà pré-chiffré les travaux pour permettre un diagnostic à 15 000 euro, prix hors réparations ni le probable changement du moteur, tiens donc... De retour en France, je croise aux fêtes de l'Erdre, Pascal, le patron charentais du « Dépôt du moteur », grand spécialiste des moteurs marins, je lui donne illico le feux vert pour trouver les pièces nécessaires, ce qui sera chose faite en 48 heures, ils me livrent les pièces dans la semaine et me propose de venir faire le travail en Grèce après ses vacances, on ne peut rêver mieux. Chiche.

Je réserve 4 places d'avion pour Octobre. Partis la veille avec Laurent nous pompons l'huile qui souille la cale et mettons en place le logistique nécessaire et préparons l'arrivée des sauveteurs.

Arrivés de la veille au soir, ils plongent à 7 h du matin dans la cale, le moteur est repositionné, les pièces changées. A 17 h précise, je tourne la clé, le moteur démarre comme si rien ne s'était passé, encore une heure de vérifications diverses, l'opération est terminée. N'ayant pas prévu un dépannage aussi rapide il me faut réserver urgemment des places dans l'avion du lendemain matin. Ouzo, Retzina, coktails divers arroseront ce dépannage express.

BRAVO PASCAL, BRAVO PATRICE. MERCI AUSSI A LAURENT qui a profité de cette sortie pour faire à Romar un lifting, antifouling... entre deux plongées dans la décharge sous-marine de Lavrio.

Vous voulez savoir, à la suite d'un courrier d'avocat, Allianz a réglé sans rechigner l'intégralité des frais inhérents à l'incident, cela correspondait à 70% de la pré-expertise ??? Nous sommes bien bons...

     

Lavrio /Aegina

Comme il n'est aucunement dans notre intention de laisser Romar1 dans cet univers hostile, nous le faisons mettre à l'eau le surlendemain de la réparation afin de balayer au plus vite ces mauvais souvenirs. Hormis quelques péripéties propres à cette région comme la nécessité d'une liasse de papiers à remplir et quelques  billets (of course) pour le mettre à l'eau puis une évidente mauvaise foi pour obtenir le plein d'eau, nous larguons les amarres pour le Cap Sounion. Nous avons hâte dépasser sous le temple de Poséïdon qui marque la pointe sud de la Grèce continentale.

 

Direction Aegina, une île sagement posée entre Athénes et le Pélopenèse. La météo est parfaite et la navigation agréable. Quelques heuresqui suffisent à gommer ses 3 mois de galère. Aegina est un lieu enchanteur et l'accueil d'une tout autre teneur. Dès notre arrivée au quai principal face aux terrasses, le responsable du port arrive en scooter, nous aide à l'amarrage, nous explique le fonctionnement des bornes, nous fait payer de symboliques euros et nous souhaite un agréable séjour. Si, si cela existe.

 

Nous sommes faibles, Aegina, nous plaît d'emblée. La ville vit du tourisme et le sait, la navette qui ne fait qu'aller et venir du Pirée déverse à chaque passage sa cohorte de japonais, américains, européens... qui viennent déambuler dans ce dédale de ruelles commerciales pour celle près de la promenade. Partout les étals débordent amplement, on y trouve de tout, commerces spécialisés, accastillage, quincaillerie, drogueries, épiceries et habillement.

 

 

7 Avril

Délaissant  Athènes noyée dans sa pollution, nous mettons cap au Nord du Golfe de Saronique pour franchir le Canal de Corinthe et trouver la mer Ionienne. Ce canal est un vieux rêve que Néron aurait eu ? Mais ce n'est qu'en 1894 que le rêve impérial verra le jour, après 12 ans de travaux herculéens, un consortium français l'ayant financé c'est un bateau français qui le franchira le premier le « Notre Dame du Salut ». No Comment. Reconnaissons que les 6,5 km de passage dans cette saignée d'ocre haute de 50 m est grandiose, le prix de cette grandeur : 150 €  pour un 12m. Heureusement qu'au péage les cartes bancaires sont acceptées.

 

Arrivée à Corinthe, dès l'entrée du port, un ponton est à notre disposition. Renâclant à monter visiter l'ancienne ville là haut sur la montagne, nous nous rabattons sur la ville neuve. Rien de particulier, si ce n'est que l'architecture ou plus exactement l'absence d'architecture fait de cette ville reconstruite après le terrible tremblement de terre de 1858, une ville pour nous sans âme, sans grand intérêt. Au cours de la nuit, à deux reprises, il faut nous lever pour faire fuir des intrus qui, avec beaucoup d'aplomb, tentent de glaner quelques objets ou argent ? C'est pas la peine de s'éterniser ici. Filons sur Kiato, dernière étape de l'année. Panos contacté nous attend avec une place pour hiverner.

        

La ville que nous fréquentons pendant une semaine n'a pas de caractère spécifique, tracée au carré elle est d'après guerre et ne semble pas baigner dans une longue histoire, rapidement nous prenons quelques habitudes avec une taverna située sur la promenade, tenue par les 4 membres d'une même famille. Simples et bon enfant, les tables sont, c'est une constante dans les tavernas grecques, recouvertes d'une nappe en papier plastifié jetables retenues par 4 pinces, les chaises sont souvent paillées et peintes aux couleurs de la maison. La carte est souvent bilingues Anglais Grec, et est composée des incontournables spécialités helléniques, salades grecques, feuilles de vignes, calamars, fritures, poissons, agneaux... A la fin du repas, le dessert est généreusement offert par les taverniers, selon votre degré d'intégration et le montant de l'addition, vous pourrez prétendre à quelques liqueurs du cru. A votre départ, desservir est d'une redoutable efficacité, les restes des assiettes sont rassemblés au milieu de la nappe qui est mise en bouchon puis expédier, le service suivant peut démarrer.

Panos Kanellos possède une petite société de charters Alkyon Sailing, il a gentiment accepté de nous attribuer un emplacement sur son quota de places, il surveillera le bateau et fera tourner le moteur toutes les quinzaines. Quelqu'un de confiance et d'une extrême gentillesse toujours prêt à rendre service. Qu'il en soit encore une fois ici remercier.

Pour ceux que cela intéresse http://www.alkyonsailing.gr/   

Panos Kanellos 


Publié à 17:20, le 25/12/2010,
Mots clefs : kiatopanos KanellosAthènesLavrioegéelouis-MariebosseauRomar1GrèceBateau

{ Lien }


{ Page précédente } { Page 14 sur 42 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités





«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 



Menu

Rumbalotte
Liberty
Troll
Bananec Blues
En radeau
Pandora
Le Danube en 1765

Rubriques

Articles thematiques

Derniers articles

de Circéo à Nettuno
Sur le Mezzogiorno
de Maratéa à Naples
Au dessus de l'Etat : LA MAFIA
de Gioia Tauro à Maratéa

Amis